LA VIE APRÈS LE MENSONGE

Alors, est-ce qu’on peut vraiment arriver à dealer avec la vérité? La candeur de Patrice et son étonnante façon de se laisser porter par la vague me donnent espoir. Dans son cas, il semble évident que le bonheur s’est fait plus grand une fois le voile levé.

Par contre, je ne saurais dire s’il en va de même pour Simon. J’ai l’impression que l’acceptation est venue après un difficile renoncement, puis qu’elle a engendré un lot de questions qui continuent à le tenailler.

La vérité n’est pas toujours rassurante.

C’est probablement pourquoi, de mon côté, je tente férocement de la nier. Ce que ces rencontres m’ont fait réaliser, c’est que je ne suis pas prête à faire le travail nécessaire pour tenter de transformer mes secrets de famille en quelque chose de positif. Pour fouiller, comprendre, faire la paix.

Je n’ai pas envie de souffrir. Je me contenterai donc de poursuivre mon déni, tout en cultivant ma peur de faire l’amour avec un membre de ma famille. D’ailleurs, j’avais oublié de vous dire… ma mère a été adoptée. Rendue là, faut se rendre à l’évidence : je devrais envisager l’abstinence.

 

Article suivant: « La planète en non-dits ».

Pour continuer la lecture, un autre texte de Rose-Aimée Automne T. Morin: « Depuis que ma mère a trouvé sa famille grâce à Facebook ».

———-