L’HISTOIRE DE PATRICE

« C’est certain que quand je m’imagine père, je pense à des choses que j’ai vécues et que je ne reproduirai pas. Par exemple, quand je vais avoir des enfants, ce seront les miens. Je serai toujours là. Ma blonde sera mieux de m’aimer, parce qu’elle va m’endurer en maudit ! »

La voix de Patrice est douce, animée d’un enthousiasme qui ne laisse pas de doute : le jeune électricien de 20 ans est heureux. Pourtant, il y a quatre ans, sa mère lui faisait une révélation qui remettait complètement en question ses origines…

Le secret

« Mes parents se sont séparés alors que ma mère était enceinte. Malgré tout, mon père a toujours été très présent. J’avais 16 ans quand j’ai appris que cet homme, Gaétan, n’était peut-être pas mon père biologique », m’explique Patrice.

C’est au détour d’une promenade que Lyne a expliqué à son fils qu’elle fréquentait deux hommes à l’époque de sa conception et qu’ils pouvaient tous deux revendiquer sa paternité. Elle les en avait avisés. Sans savoir s’il était le géniteur ou non, Gaétan avait spontanément répondu : « C’est mon enfant, j’en prends la responsabilité. »

Patrice poursuit : « Ma mère m’a révélé que cet autre père potentiel s’appelait Luc. Puis elle m’a demandé « Que veux-tu faire?» ».

Les conséquences

Patrice a rapidement réalisé qu’il n’était pas prêt à entamer des démarches pour rencontrer Luc. « J’ai mis ça en suspens pendant deux ans. Pour moi, c’était clair : Gaétan demeurerait mon père, qu’il soit mon père biologique ou non. C’est celui qui m’a aidé à me relever quand je tombais, qui m’a appris à faire du bécyk… »

Mais à 18 ans, en pleine quête identitaire, Patrice a eu besoin de réponses : « Je me cherchais, tout dérapait. J’ai voulu régler au moins ça, voir si ça m’aiderait à remonter la pente. Ma mère m’a appuyé. On a retrouvé Luc. Quand on est arrivé chez lui, ça faisait 18 ans qu’il ne nous avait pas vus. »

Parce que Luc avait déjà rencontré Patrice. Quelques heures après la naissance de l’enfant, il était venu le prendre dans ses bras, à l’hôpital. Il avait alors abdiqué en disant à Lyne : « C’est toi qui sais, c’est ta décision. » Comme Gaétan avait d’emblée pris l’initiative d’élever Patrice, la question était tout simplement réglée.

Et puis, les retrouvailles? Patrice me répond : « J’ai beaucoup de ressemblances physiques avec Luc, c’est évident. Dès les premières minutes, je me suis dit : « Ok, c’est peut-être bien mon père ». » Pourtant, des tests d’ADN ont ensuite rapporté des résultats négatifs.

« Malgré tout, Luc est persuadé que je suis son gars. Est-ce qu’il est mon père biologique? Je ne le sais pas. Mais je l’aime comme s’il l’était. Et Gaétan demeure lui aussi mon père. C’est comme si j’en avais deux! Et je ne le cache jamais à l’un quand je suis avec l’autre », m’explique fièrement Patrice.

Ce qui me fascine chez Patrice, c’est la façon dont il perçoit son histoire. Pour lui, elle ne relève pas du secret, mais d’une gestion responsable de certaines informations.

« Ma mère m’a toujours dit qu’elle serait honnête avec moi. Que j’allais peut-être la détester, mais qu’elle serait honnête. Le fait qu’elle ait gardé certaines choses pour elle n’a pas affecté ma confiance envers les autres. Avec du recul, je crois que 16 ans était le bon âge pour me révéler mes origines, j’étais assez mature pour comprendre la situation. »

Oh et, coup de théâtre ! En se voyant, ce soir de retrouvailles, après 18 ans de séparation, Lyne et Luc sont retombés amoureux. Alors depuis deux ans, à défaut d’être hors de tout doute son père biologique, Luc est le beau-père de Patrice.

Une histoire de même, ça ne s’invente juste pas…

***

Page suivante: « La vie après le mensonge ».

———–