Pourquoi je n’utiliserai plus le meme « Change My Mind »

L'humour comme arme de désensibilisation.

Les memes font tellement partie de notre quotidien que certains sont d’avis qu’ils devraient être enseignés dans les cours de littérature. Pour ma part, les memes sont devenus un procédé humoristique.

C’est un raccourci pour pouvoir passer une joke aisément. J’aime tellement les memes que j’ai recréé la chanson N’importe Quoi d’Éric Lapointe en memes!

Cette vidéo date de moins de 30 jours, mais si j’avais à la refaire, je substituerais un meme par un autre. Le Change My Mind meme.

La genèse de Change My Mind

Le Québec est parfois heureusement à l’abri de gros tarés du web américain. Je ne pense pas qu’une majorité de Québécois soit au courant de l’existence de Alex Jones ou, dans le cas qui nous intéresse ici, Steven Crowder.

Steven Crowder est un animateur web avec l’âge mental d’un adolescent de 14 ans coincé en 1997. Il colporte les valeurs masculinistes, homophobes et tout le tralala conservateur habituel.

Une affaire qu’il fait, c’est qu’il s’installe à des endroits avec un énoncé controversé et demande aux gens de le faire changer d’idée. Ça peut être qu’il est pro-vie, qu’il est pro-gun, que Trump devrait construire le mur et que la culture du viol est un mythe.

Tous ses liens se trouvent facilement sur YouTube et je refuse de les lier ici.

Donc, lors d’un de ses tournages, il s’est pris en photo et a publié ce tweet :

Et voilà, le meme était né.

Si seulement ses valeurs n’étaient que le problème

Évidemment, être de droite n’est pas nécessairement une catastrophe en soi. Le problème ici, c’est l’attitude juvénile de l’homme devant la caméra lors des enregistrements de Louder With Crowder.

Prétendre que Crowder ne mâche pas ses mots serait un euphémisme. Comme je disais plus haut, il tient un discours d’il y a quelques décennies en gardant le même vocabulaire qu’à l’époque.

Une de ses cibles, Carlos Maza, un journaliste pour Vox, a décidé de dénoncer ses propos en faisant un court montage des fois où Crowder l’a réduit à son orientation sexuelle ou son ethnicité, et parfois les deux en même temps :

Ce qui m’inquiète dans la situation, c’est l’appui que reçoit Crowder qui est un genre d’influenceur à sa façon. C’est la cyberintimidation quotidienne de ses victimes par ses disciples. C’est de se faire dévoiler ses informations privées en public pour se faire harceler ensuite.

Selon mes valeurs à moi, Steven Crowder est un déchet et c’est surprenant que son émission ne soit pas enregistrée à partir d’un dépotoir.

Rire de lui

Les premiers memes qui sont sortis se moquaient de lui. D’abord, on l’a traité de pleurnichard :

Ensuite, on a sous-entendu son manque de compréhension anatomique découlant de son affirmation initiale vraiment épaisse :

On a l’a même traité de gros tata sans subtilité :

Les memes étant ce qu’ils sont, Internet n’est pas resté au premier niveau. On l’a mélangé avec un meme du moment et les meme lords ont poussé le tout jusqu’à l’absurde et l’ironie.

Rire avec lui

La plupart des gens se sont arrêtés simplement à lui faire dire une phrase controversée. Comme dans ma vidéo :

L’affaire, c’est que sachant à quel point cet homme est toxique par ses propos, je suis mal à l’aise de le voir associé à quelque chose qui pourrait un tant soit peu être drôle.

Tout comme ses semblables dans les médias qui disent des horreurs sur d’autres humains, une de ses principales défenses c’est que « C’est juste des jokes ». Sauf que ce n’est pas le cas et que ce n’est pas drôle.

Malgré tout, il y aura des gens pour rire avec lui.

Les cheveux de Donald Trump

L’humour est généralement basé sur un capital de sympathie. Souvenez-vous de la blague de Jean Charest lors du conflit étudiant. Tous ceux qui étaient de son bord l’ont louangée et ses opposants l’ont décriée.

Une des forces de l’humour est de pouvoir rendre quelqu’un sympathique à nos yeux. C’est ce qui s’est passé lorsque Donald Trump est allé sur le plateau de Jimmy Fallon quelque temps avant ses élections :

Ici, on n’y voit qu’un homme qui niaise. On oublie un instant qu’il est raciste et qu’il parle des femmes en disant qu’il peut les grab by the pussy. On n’y pense plus parce qu’on rit.

L’humour est un outil de séduction tellement fort qu’il permet de changer notre perspective d’une personne au point de pouvoir se trouver tout nu dans un lit avec quelqu’un de drôle parce qu’il/elle est drôle.

La personne n’a pas nécessairement besoin d’être hilarante. Simplement l’associer avec un contexte comique peut suffire pour nous la rendre attendrissante. Jimmy Fallon a d’ailleurs exprimé des regrets face à cette action.

Désensibiliser à la longue

Évidemment, ce geste de Fallon n’a pas fait gagner les élections de Trump à lui seul, mais il n’a certainement pas nui. À force de se moquer de quelqu’un en le réduisant à un gros niaiseux, on peut oublier les véritables menaces et influences de cette personne.

Ce n’est pas pour rien que tous mes amis dans mon feed Facebook étaient surpris lors de son élection : « On a tellement ri de lui! Comment ça a pu arriver? » Parce qu’on a oublié qu’il était un réel candidat à la maison blanche.

Nous avons été désensibilisés.

Bye-bye Change My Mind

Essentiellement, c’est pour ça que je n’utiliserais plus le Change My Mind meme. Je ne  veux plus utiliser le visage de Steven Crowder pour faire rire.

Je l’ai fait une dernière fois pour la photo de couverture de cet article pour des raisons de clarté. Mais je refuse de contribuer de près ou même de très très très très très loin à rendre Steven Crowder sympathique.

C’est simplement une question d’éthique pour moi. Il y a des centaines de templates de memes. Je préfère me servir le web pour faire la promotion de gens que j’aime.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

10 projets de websérie du FIP qu’on voudrait voir se réaliser

Des projets titillants mettant en vedette notamment Monia Chokri, Julien Bernatchez, Pierre-Yves CArdinal, Anrnaud Soly et Yannick De Martino.

Dans le même esprit