Le directeur de la police a des démêlés avec… la police

Aussi, Huawei riposte contre les États-Unis et Justin Trudeau se fait petit dans ses shorts.

Chaque semaine, j’écris et je donne mon opinion sur l’actualité nationale et internationale. Ainsi, je me fâche régulièrement contre nos élus, et contre leurs décisions. 

Naturellement, je m’attends à ce qu’une fois de temps en temps, vous, chers lecteurs, soyez en désaccord avec moi. Vous avez vos propres opinions, et on ne sera pas d’accord sur tout. Par exemple, je sais bien que mon opinion selon laquelle toutes les saveurs de poutine outre l’originale devraient être illégales ne fera jamais l’unanimité. 

Mais curieusement, les commentaires restent habituellement assez courtois sous mes articles qui traitent de l’actualité. 

PAR CONTRE, cette semaine, j’ai fait une liste humoristique de personnages qu’on devrait ajouter à Passe-Partout. Et ça, ça n’a pas passé. Que je dise que le ministre de l’agriculture devrait démissionner s’il n’est pas capable de résister à la pression des hauts-fonctionnaires, ça passe assez bien, mais ça a l’air que les jeux de mot avec Passe-Partout, c’est non. 

Je vais donc parler cette semaine de disputes commerciales et de questions éthiques quant aux têtes dirigeantes des corps policiers. 

C’est moins contentieux, il semblerait. 

Ça va ben mal pour Trudeau

Vous rappelez-vous quand Justin Trudeau a été élu à la grande surprise de tout le monde, pis qu’il est allé serrer des mains dans le métro, et qu’on s’est tous dit «Wow, c’est malade, c’est la fin de la grande noirceur Harperienne» et tout le monde capotait? 

Ben, c’est fini. 

Je vous ai parlé, à quelques reprises déjà, de la dispute entre lui et Jody Wilson-Raybould. Si vous n’avez pas suivi, je vous résume ça ben simple: elle était ministre de la justice, il voulait qu’elle abandonne les poursuites contre SNC-Lavalin pour garder ces jobs-là au Québec, elle a dit que c’était de la pression du PM et que ça devrait être illégal. 

Ce qui est inquiétant, c’est qu’une affaire finalement peut-être mineure devienne un si gros scandale. Ce que ça nous dit, c’est que Justin n’est peut-être pu tant populaire au sein de son propre parti.

Pourquoi je vous en reparle, encore? Pour deux raisons. La première, c’est que l’ancien secrétaire principal (et bras droit) de Justin Trudeau, Gerald Butts (butt, hinhinhin), a témoigné de nouveau, pour dire que tout avait été fait dans les règles de l’art. 

Le bureau de Justin Trudeau aurait rencontré la ministre 10 fois, et l’aurait appelée 10 autres fois, au cours de 4 mois. C’est sûr que ça peut paraître beaucoup, mais pour eux, c’était normal, puisque les 9000 emplois chez SNC-Lavalin étaient en jeu. 

Pour être honnête, j’ai déjà contacté Amazon autant de fois pour savoir où ma commande de jeu de PS4 était rendue. 

Bref, ça serait peut-être, un peu, une tempête dans un verre d’eau.

Ce qui est inquiétant, c’est qu’une affaire finalement peut-être mineure devienne un si gros scandale. Ce que ça nous dit, c’est que Justin n’est peut-être pu tant populaire au sein de son propre parti. 

La preuve, c’est que sa ministre au Conseil du trésor, Jane Philpott, a démissionné dans la foulée de l’affaire, disant ne plus faire confiance à son propre parti. Le trésor, en bref, c’est la personne qui gère l’argent. C’est un poste majeur. 

En gros, la situation actuelle, c’est un peu comme si mon comptable démissionnait parce qu’il a vu que ça fait 20 fois que j’écris à Amazon pour savoir où est rendue ma commande PS4, même si j’ai pas le temps de jouer pis que je devrais travailler au lieu de gamer anyway, et qu’il disait «Moi je sacre mon camp, t’es pas fiable». 

Le directeur de la SQ…sous enquête

Si vous aimez les feuilletons policiers et les intrigues compliquées, vous allez être servis. District 31 pis Gildor Roy, c’est rien comparé à la vraie vie. 

Martin Prud’homme, c’était le directeur de la SQ. Un de ses bons amis, c’est Guy Ouellette, le député qui a été arrêté par l’UPAC en 2017 parce qu’il aurait donné des informations confidentielles aux médias.

Il est aussi le gendre de Robert Lafrenière, l’ancien directeur de l’UPAC, qui a arrêté Guy Ouellette et dont la fille, elle-aussi policière, a marié Martin Prud’homme. 

La ministre de la sécurité publique, Geneviève Guilbault, a démis Martin Prud’homme de ses fonctions, parce qu’il y a en ce moment une enquête à son sujet. Pourquoi? Lui aussi, il aurait leaké des informations aux médias, notamment par rapport à une enquête sur Jean Charest.

Vous trouvez ça compliqué? Je vous ai fait un dessin. 

De rien. 

Huawei vs les États-Unis

Je vous ai déjà parlé du conflit entre les gouvernement américain et la multinationale chinoise des télécommunications, Huawei. 

Le Canada, à la demande des États-Unis, a arrêté la fille du dirigeant de Huawei et directrice financière de la compagnie, Meng Wanzhou, puisque la compagnie aurait été à l’encontre de l’embargo américain avec l’Iran. 

Depuis, ils sont à couteaux tirés. Comme vous le savez peut-être, le réseau 5G, qui promet de révolutionner le monde techno, s’en vient. 

Évidemment, en tant que leader dans le domaine, Huawei veut sa part de la tarte au cash. Mais le gouvernement américain, suite à de nombreuses pressions, vient de voter une loi qui interdit aux agences fédérales de faire affaire avec la compagnie chinoise. 

Pourquoi? 

Le gouvernement américain craint que les chinois puissent juste demander à Huawei: «Scuse, big, peux-tu me donner une copie de TOUS les textos envoyés aux États-Unis qui sont passés par ton réseau? Merciiiiii!»

Parce qu’une loi chinoise oblige les compagnies chinoises à collaborer avec les services de renseignement du pays. 

Donc, le gouvernement américain craint que les chinois puissent juste demander à Huawei: «Scuse, big, peux-tu me donner une copie de TOUS les textos envoyés aux États-Unis qui sont passés par ton réseau? Merciiiiii!»

Les américains trippent pas trop à l’idée. 

Mais Huawei ne compte pas laisser partir sa part de marché, et vient d’annoncer qu’ils poursuivent le gouvernement, qui selon eux, nuit à la libre-concurrence. 

Je sais pas comment ça va finir, mais en attendant, on devrait peut-être s’inventer un code secret pour texter.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

New York veut notre électricité pis on va être riches, beubé !

Aussi, Joe Biden se lance dans la course (soupir) et Fitzgibbon met sa propre tête sur le billot.