Un plan tordu… et payant !

Ou comment le fameux règlement P-6 est, en fait, un sombre moyen de mousser le tourisme à Montréal.

Chers lectrices et lecteurs du blogue d’Urbania,

Je vous écris aujourd’hui de mon bunker, loin des forces du Nouvel Ordre Mondial. Mon bonnet en papier d’alu brouillant les ondes satellites, le temps m’est tout de même compté avant que l’on retrace d’où provient cette communication. Je dois donc faire vite…

Tout comme vous, j’ai poussé un soupir en visionnant cette courte vidéo de La Presse où un journaliste et son caméraman couvrent une manifestation qui s’est tenue vendredi dernier… en direct d’une souricière mise en place par le SPVM.

CUTV y était aussi, d’ailleurs…

Pas un cri, pas une larme, ni même une exhalation interminable; un simple «oumph» tant ces images de répressions sont devenues communes. Montréal, mecque des arts éclatés, Silicon Valley en érable du jeu vidéo et maintenant décor en carton-pâte pour un mauvais film de science-fiction de série Z où des flics arrêtent manifestants, gens des médias, pandas et passants (!) au nom d’un règlement municipal dénoncé par des politiciens, des avocats et l’Association canadienne des libertés civiles, pour ne mentionner que ceux là.Mais ça… c’est ce que les médias voudraient nous faire gober…

C’est qu’un vulgaire écran de fumée projeté par Radio-Canada et sa tour brune qui, en fait, sert d’antenne gigantesque pour contacter les Élohim. C’est aussi une supercherie de La Presse, organe de Power Corporation, une organisation tentaculaire qui produit également Ricardo.

En fait, P-6 est le coup d’envoi donné à une nouvelle avenue pour la Ville : le tourisme extrême!

On se rappellera que, l’année dernière, plusieurs instances craignaient que les manifestations étudiantes nuisent à la saison touristique. Gibert Rozon, de Juste Pour Rire, a multipilé les interventions sur plusieurs tribunes afin de prier la jeunesse de ne pas venir troubler ses activités ainsi que les festivités de la F1, notamment. Pourtant, on apprendra des mois plus tard que non seulement le Printemps Érable n’a pas nui au tourisme dans la métropole, mais qu’on a eu droit à une saison record!

Ainsi, les bonzes de Tourisme Montréal – en collaboration avec plusieurs paliers – échafaudent un plan pour profiter de la manne du tourisme extrême. Après l’expédition en Syrie et le safari photo à Tchernobyl : l’expérience Montréal!

Écoeurés de la poutine et du smoked meat? Laissez-vous tenter par l’amende salée!

Vous en avez marre des balades avec itinéraires? Pour 637 $, on vous donnera le goût à nouveau!

Envie de croquer des espèces uniques sur le vif? Visitez l’enclos de la tête de panda, un sympathique symbole de contestation devenu «pièce à conviction» et, maintenant, attraction touristique!

Vous préférez bouger un peu? Cours d’aérobie en groupe (pratiqués en toute sécurité à l’intérieur d’un cordon de policiers) sont également offerts!

Montréal, ce n’est pas que des bolides de F1 qui tournent en rond en pétaradant, c’est aussi des règlements municipaux médiévaux qui en font tout autant!

En prime : un mystérieux métro qui fonctionne… parfois!

Et où ira le butin me demandez-vous? Dans le retour des Expos, j’imagine…

P-6, un petit mal collectif pour un grand trésor municipal.

NB : Parce que la province est hyper sensible ces jours-ci (quoique…), quelques clarifications : notre blogueur ne croit pas vraiment que P-6 a été mise en place afin renflouer les coffres de la Ville. Le règlement demeure une horrible farce dont les manifestants (à coups de 637 $) et les forces de l’ordre (qui, visiblement, préféreraient vaquer à des tâches plus utiles qu’encercler du monde plutôt paisible) font les frais. Bref, c’est une satire qui tente de démontrer que ce n’est pas la grogne populaire qui projette un éclairage peu flatteur sur Montréal, mais bien cette répression et autres politicailleries. Finalement, André Péloquin n’habite pas un bunker, mais bien un logement au-dessus d’un salon funéraire (ce qui est tout comme, en fin de compte). Il porte vraiment le bonnet d’alu, par contre. Photo : Gerry Lauzon via Flickr (à noter que cette image a été captée le 15 mars dernier et non pas lors des événements de vendredi) / Second vidéo : Moïse Marcoux Chabot

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Lettre à Francine Pelletier : les femmes trans méritent le même respect – et la même rigueur journalistique – que les autres

Réponse à la chronique de Francine Pelletier du 11 décembre dernier dans le Devoir.

Dans le même esprit