Le deck des Petits Partis accueille de nouveaux venus

Les élections sont derrière nous, mais pas la « Politic ».

La politique, ça ne s’arrête pas aux élections. Et vous savez quoi? Notre jeu « Politic » non plus!

Depuis le 21 octobre dernier, la Chambre des communes fait peau neuve, alors quoi de mieux qu’une expansion de nos decks pour nous aider à naviguer dans tout ça?

Pour vous aider à mieux connaître les nouvelles forces en présence, on vous explique pour quelles raisons ces cartes apparaissent. On vous dit aussi quelles cartes elles remplaceront dans votre deck. 

Le parti libéral n’est pas le seul à s’être transformé. Le Bloc a pris du galon, le PPC est en déroute, le Parti vert perd sa chef. En fait, tous les partis qui constituent notre deck « Petits partis » ont subi de profondes refontes et ensemble, ils doivent désormais tenir tête au gouvernement ainsi qu’aux autres grands partis. Et de nouvelles cartes (à télécharger ici) arrivent en renfort afin de les aider dans cette mission.

Denis Trudel (BQ)

S’il y a une chose à retenir de la circonscription de Longueuil–Saint-Hubert, c’est qu’il ne faut pas changer de parti politique. Éric Ferland (ancien vert devenu NPD), Pierre Nantel, (ancien NPD devenu vert), et Réjean Hébert (péquiste devenue libéral au fédéral) ont tous perdu devant Denis Trudel grand vainqueur de la bataille des transfuges. Si son nom ne vous dit rien, son visage ne vous sera probablement pas inconnu. Denis Trudel est un comédien et humoriste ayant obtenu de nombreux rôles au petit et au grand écran (Octobre, C.R.A.Z.Y, Watatow, District 31). Il est également l’un des membres fondateurs des Zapartistes.

Pour jouer Denis Trudel retirez de votre deck l’un de vos Pierre Nantel, puisque ce dernier a été vaincu par le premier. 

Jenica Atwin (Parti vert)   

Jenica Atwin est sans aucun doute la surprise de l’élection fédérale 2019. Cette candidate, maintenant députée du Parti vert dans Fredericton, capitale du Nouveau-Brunswick, a ajouté un peu de vert à l’extérieur de la Colombie-Britannique, Jenica Atwin dit d’ailleurs être là pour donner une voix aux provinces de l’est au sein du parti. Cette victoire s’explique notamment par les votes universitaires dans la capitale et par une aide importante du parti vert provincial, qui a obtenu trois sièges aux élections du N.-B. en 2018. Les priorités de Jenica Atwin concernent la santé et surtout les relations avec les Premières Nations, un domaine qui lui est familier. 

Afin de jouer Jenica Atwin, retirez Simon Marchand de votre deck. Ce dernier n’a pas remporté le « combat d’Hochelaga » et laissera donc sa place. Vous pouvez également l’échanger pour Maxime Bernier, pour les mêmes raisons (ou parce que vous ne voulez tout simplement plus de lui dans votre jeu). 

Claude DeBellefeuille (BQ)

Collée aux frontières américaine et ontarienne, la circonscription de Salaberry–Suroît a été le théâtre d’une victoire écrasante du Bloc québécois avec près de 50% des voix. Victime de la vague orange, Claude DeBellefeuille reprend la circonscription en surfant sur la vague bloquiste qui, en gros, a permis au Bloc de reprendre plusieurs circonscriptions perdues lors de l’élection de 2011. Grâce à son expérience au sein du parti et à son parcours professionnel, elle obtient le poste important de « Whip ». Pour faire court, le Whip est celui qui est responsable de la discipline au sein du parti politique. Tsé ce que Frank Underwood faisait dans House of Cards avant de monter en grade, de tuer du monde et d’avoir un dangereux powertrip

Pour jouer Claude DeBellefeuille, retirez votre 2e Pierre Nantel ce qui l’éliminera complètement du deck… comme c’est le cas dans la vraie vie à la Chambre des communes. 

+++

Notez que les idées de remplacement de cartes sont des suggestions basées sur le reflet de l’actualité politique, en lien avec la réalités des acteurs ou pour éviter un déséquilibre entre les partis. Vous pourriez aussi simplement ajouter les cartes à votre deck, mais rappelez-vous que statistiquement vous aurez moins de chance de la piger dans un deck plus volumineux!

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Charlie Hebdo : « Le dessin de presse est immortel »

«Bon, y’a cinq ans tout rond, deux kassos’ avec 8,6 de Q.I rentraient dans la rédaction d’un journal parisien, et flinguaient à la […]