La fois où j’ai trollé un groupe raciste sur internet

L’avantage des messages anonymes laissés dans les toilettes publiques…

C’était peu après l’élection de Trump. Je me promenais dans un grand centre d’achat du centre-ville de Montréal. Tout à coup, je suis pris d’une envie naturelle, mais surtout pressante. Je me dirige vers les petits lieux. Un endroit sécuritaire, routinier qui m’a toujours offert la paix dont j’ai besoin. J’y suis allé souvent dans ma vie. Même plusieurs fois dans une journée.

J’ouvre la porte de la seule cabine disponible et j’y aperçois un message :

 

« Déportez les immigrants et noirs dans leurs pays afin de défendre la culture québecois francophone.

Merci pour votre compréhension

Écrit par la Coalition Nation Québecoise » (sic)

Mon premier réflexe est de regarder autour de moi. Est-ce qu’il y a une personne qui a l’air violente et/ou louche en ce moment dans la pièce?

J’ai déjà dû faire affaire à du racisme ouvert, mais venant d’un proche. Là, je pourrais être confronté par un pur inconnu. Qu’est-ce qui pourrait m’arriver si en sortant de ma cabine je tombais face à face avec une ou même plusieurs personnes mal intentionnées?

J’entre

À voir toutes les fautes dans le message, je me dis que le graffiteur doit manier aussi mal le couteau que son crayon.

Je ferme la porte. Je baisse mes pantalons. Je m’assois. Je regarde devant moi. Un autre message :

 

« Les immigrants et les noirs doivent retourner dans leurs pays origine afin de garder le Québec libre et français. Il faut défendre la culture québecoise. (Merci)

Écrit par la Coalition Nation Québecoise » (sic)

La première action des membres de la Coalition Nation Québecoise devrait être de se déporter eux-mêmes. Ils veulent défendre la langue française, mais ils la massacrent.

Mon premier réflexe, étant donné que j’ai mon téléphone en main (je suis un homme de mon époque) c’est d’essayer d’en apprendre plus sur cette fameuse coalition. Je cherche sur Facebook (je suis un homme de mon époque) et je ne trouve rien sur internet (ils sont un groupe d’une autre époque).

L’heure de la riposte a sonné!

Le désavantage de trouver des messages anonymes dans les toilettes publiques, c’est qu’on ne sait pas qui est derrière le groupe. L’avantage de trouver des messages anonymes dans les toilettes publiques, c’est que personne ne sait qui est derrière le groupe.

Ce collectif plaidant pour un pays blanc et francophone n’a même pas eu l’initiative de se créer une page Facebook. Alors je l’ai fait pour lui.

 

J’y ai publié des photos d’amour et d’amitié interraciales avec une description en français et en anglais. Dans votre face, la Coalition Nation Québecoise.

Oui, j’ai même gardé les erreurs («Québecoise» et non «québécoise»).

Aussi, il y a beaucoup de photos d’hommes avec des sous-entendus homo-érotiques. Il n’y avait aucun propos homophobe dans leurs missives, mais avec des valeurs de même… On ne serait pas surpris qu’ils aient des idées conservatrices à tous les niveaux.

Toutes les personnes qui auraient aimé joindre le mouvement ont ainsi été bombardées de messages d’amour.

Alors voilà, le voile est maintenant levé: chers membres de la Coalition Nation Québecoise qui militez pour un Québec blanc, votre gestionnaire de communauté est né en Colombie.

 ¯_(ツ)_/¯

« Merci pour votre compréhension »

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

J’suis allé à une messe dans l’église à l’affiche louche sur Papineau

Toute une messe, ou tout un mess? Si le salaire de mon péché, c'est l'enfer, et bien préparez ma chambre immédiatement, j'arrive!

Dans le même esprit