Julien Bernatchez est en amour avec le box-office

Ce box-office de la Saint-Valentin est très animalier

Les Birds of  Prey foncent dans la fenêtre

Bon bien, je me suis trompé! C’était inévitable, car si on pouvait parfaitement prédire le box-office, il n’y aurait aucun flop. Birds of Prey (and the Fantabulous Emancipation of One Harley Quinn) a eu une première fin de semaine de 33 millions, bien en deçà de ma prédiction de 53 millions et de celle du studio de 45 millions.

Traditionnellement, les studios sont conservateurs dans leurs prédictions pour garder la face quand leur film floppe et se vanter quand il fonctionne, donc disons que tout le monde est surpris. La critique est plutôt bonne, l’actrice charismatique, la promotion au rendez-vous, et pourtant le film s’avère une déception surprise. Que s’est-il passé? C’est pas mal plus facile d’analyser après la sortie qu’avant, mais ne boudons pas notre plaisir et allons-y!

Le R (17 ans et plus) était-il nécessaire? Le film repose sur le squelette d’un PG-13, la violence n’est pas excessive et les thèmes sont juvéniles. On est loin de Joker, un produit profondément adulte (et récemment oscarisé, avec le drôle de discours de Joaquin sur les vaches pis toute). Peut-être qu’une cote moins sévère aurait, par définition, agrandi son public?

Sinon, est-ce qu’un film d’action centré uniquement sur des personnages féminins attire moins les foules? C’est possible, mais ça n’a pourtant pas empêché Wonder Woman, situé dans le même univers, de faire 400 millions.

Le titre excessif porte-t-il à confusion? «Birds of Prey (and the Fantabulous Emancipation of One Harley Quinn)» est non seulement ridiculement trop long, mais aussi pas très clair. Au final, c’est quoi le film? C’est l’histoire d’Harley Quinn. C’est peut-être ça que le titre devrait dire. Pourriez-vous nommer les autres membres des Birds of Prey, ou expliquer c’est quoi? (Sans googler avant, sinon c’est tricher.)

Le studio semble comprendre cela et le film a officiellement changé de nom après une seule semaine à l’affiche (du jamais vu), pour Harley Quinn: Birds of Prey. Cela ne changera rien à sa promotion : il est bien trop tard pour cela. Ça changera juste le nom sur le billet pis sur le site web. Trop peu trop tard.

Sinon, est-ce qu’un film d’action centré uniquement sur des personnages féminins attire moins les foules? C’est possible, mais ça n’a pourtant pas empêché Wonder Woman, situé dans le même univers, de faire 400 millions. Et je n’ai aucun doute sur le succès qu’aura Black Widow ce 1er mai. La question se pose, mais je ne croirais pas que la réponse se trouve là.

Sonic le hérisson apprendra-t-il des erreurs de Mario?

Tournons-nous maintenant vers l’avenir, car Sonic le hérisson va prendre nos écrans à toute vitesse! Basé sur le légendaire personnage de Sega qui rivalisait contre Mario avec brio grâce à son attitude BADASS, en pleine époque de Ren et Stimpy, des Tamagotchis et des roller blades. Souhaitons-lui un meilleur destin sur grand écran. Le film du plombier italien, première œuvre basée sur un jeu vidéo, fut un flop notoire et l’exemple par excellence de ce qu’il ne faut pas faire. L’univers ludique de champignons, dinosaures et couleurs vives fut remplacé par un environnement post-apocalyptique ténébreux à la Blade Runner. Pis Luigi n’avait pas de moustache. Clairement, une suite de mauvais choix, mais surtout une leçon pour les autres à venir.

La production de Sonic a écouté l’Internet (public cible du film) jusqu’à repousser la date de sortie parce que le design du personnage était trop mal reçu. En effet, ses jambes «humaines» lui donnaient une allure, heu, crissement weird, et le studio a modifié un film presque terminé pour éviter les railleries. Un drôle de précédent qui démontre bien que la section commentaire de tous les sites de nouvelles geeks est plus puissante qu’il n’y paraît.

Le film semble anonyme, manichéen, prévisible, enfantin. Mais il semble aussi divertissant, ce qui remplit son mandat auprès de la majorité des gens. De loin le meilleur coup est d’avoir offert le rôle du coloré Dr. Robotnik à Jim Carrey, trésor canadien qui s’était un peu éloigné de la comédie et du cinéma en général. Son faciès de cartoon vivant s’applique parfaitement à un personnage grandiloquent de méchant de jeu vidéo, et nous donne du ”bon vieux Jim Carrey” de l’époque des VHS au club vidéo.

Mais tout de même, avec une citrique tiède sans être catastrophique, une bonne campagne de pub, le bon Jim Carrey, peu de compétition et un personnage connu de tous, je prédis une première fin de semaine de 35 millions et un box-office total de 100.

Si Détective Pikachu, sorti en début d’été, avec un personnage extrait d’une franchise plus populaire, a fait un résultat de 144 millions, je prédis que Sonic en fera un peu moins. Mais tout de même, avec une citrique tiède sans être catastrophique, une bonne campagne de pub, le bon Jim Carrey, peu de compétition et un personnage connu de tous, je prédis une première fin de semaine de 35 millions et un box-office total de 100. Accompagné d’une performance honorable dans son Japon natal, le film pourrait justifier son budget de 90 millions, et qui sait, nous offrir une trilogie de films poches pour notre plus grand plaisir.

Le box-office est fascinant!

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Lorenzo vit l’expérience québécoise en grand avec Les Anticipateurs

Au fur et à mesure que le rap francophone gagne en popularité et en crédibilité, de plus en plus de connections transatlantiques voient […]

Dans le même esprit