Concevoir une ville moins sexiste en deux exemples

Vienne et la Suède (encore elle) sont encore en avance sur tout le monde.

On vous en parlait la semaine dernière : le design des villes peut être sexiste. Heureusement, des villes à travers le monde peuvent nous servir d’inspiration. On vous en présente deux venues d’Europe, qui redonnent foi en l’humanité.

Vienne

La ville de Vienne, en Autriche, est l’élève modèle de l’aménagement urbain féministe. Depuis le début des années 1990, la ville s’intéresse à la façon de concevoir des aménagements urbains qui répondent aux besoins des femmes. Nom de code du projet : gender mainstreaming.

La ville a mis en place un département de « gender mainstreaming », qui s’assure que les besoins des femmes de toutes sortes (et pas seulement des femmes blanches de classe moyenne, genre) sont pris en compte dans les aménagements, que ce soit des parcs, des escaliers publics ou des rues.

Frauen-Werk-Stadt (femmes-travail-ville) est une des premières réalisations à en être sortie. Ces logements sociaux, conçus par des urbanistes et architectes femmes, ont vu le jour en 1993. Des sondages ayant révélé (surprise !) que les femmes passent plus de temps que les hommes à s’occuper des enfants ou des tâches ménagères, les habitations ont été pensées pour faciliter ces activités. Résultat : le complexe est situé près des transports en commun et comporte des cours gazonnées qui permettent aux enfants de jouer près de la maison, une pharmacie, un cabinet de médecin et une garderie.

Depuis, une soixantaine de projets ont vu le jour, toujours en partant de données sur l’usager type et, surtout, de ceux, ou celles, qui pourraient manquer à l’appel. Cette pratique a notamment permis de découvrir que les filles cessaient de fréquenter les parcs après l’âge de 10 ans, intimidées par les garçons plus assertifs qu’elles. La ville a réaménagé des parcs en créant plusieurs petites zones de jeu, plutôt qu’un grand espace central, donnant un espace pour tout le monde. Les effets sont concrets : les filles sont revenues s’amuser dans les parcs. Ça semble trop facile pour être vrai.

Pour superviser tout ce travail, la ville a mis en place un département de « gender mainstreaming », qui s’assure que les besoins des femmes de toutes sortes (et pas seulement des femmes blanches de classe moyenne, genre) sont pris en compte dans les aménagements, que ce soit des parcs, des escaliers publics ou des rues. Presque trente ans plus tard, Vienne est reconnue pour son urbanisme qui a le bien-être de tout le monde en tête.

Suède

La Suède est bien connue pour ses initiatives féministes (des termes non genrés pour parler de Dieu, anyone ?). On n’est pas vraiment étonné d’apprendre que la nation européenne s’intéresse aussi à l’urbanisme genré. Un réaménagement de la banlieue de Husby, au nord de Stockholm, souhaite redonner aux femmes une place dans l’espace public. S’inspirant de l’approche viennoise, le développeur a sondé les expériences des habitantes du quartier. Le constat était désolant : les femmes faisaient des détours plutôt que de passer par le centre du quartier, dominé par les hommes. Plus du tiers d’entre elles affirmaient aussi avoir peur de s’y promener la nuit. Des émeutes ont d’ailleurs éclaté dans le quartier en 2013 et depuis, l’endroit est sur le radar des autorités.

Le nouvel aménagement inclut l’ajout de lumières et le déplacement d’un café fréquenté seulement par les hommes, pour permettre la création d’espaces de rassemblement pour les femmes.

Une fois de plus, le design est venu à la rescousse. Le nouvel aménagement inclut l’ajout de lumières et le déplacement d’un café fréquenté seulement par les hommes, pour permettre la création d’espaces de rassemblement pour les femmes. L’entrée de métro de la place principale, notée comme étant particulièrement problématique, a été redessinée pour la rendre moins hostile.

Le projet est une première au pays, et est vu nationalement comme un test qui servira d’exemple et permettra de susciter des conversations.

Évidemment, ce n’est pas assez pour la Suède, qui s’intéresse maintenant aux discriminations vécues par les personnes trans. Pour y remédier, le gouvernement souhaite entre autres créer des lignes directrices pour la construction de vestiaires et toilettes non genrées. OK la Suède, tu gagnes.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Dans le même esprit