On a décidé de sortir de nos bureaux climatisés du centre-ville, de mettre nos bottes de caoutchouc, et d’aller fouler le plancher des vaches, littéralement. Ce numéro est un hommage aux individus et aux familles qui consacrent leurs vies à nous nourrir. On rencontre un tatoueur de cochons, on visite l’oratoire St-Joseph avec des travailleurs mexicains, on raconte la version pour adulte de Martine à la ferme… Et plus encore!

  • Un air de famille

    Cet été, on a parcouru les routes du Québec pour photographier des familles d'agriculteurs, mais aussi pour rendre hommage à tous ces fermiers et fermières qui constituent, en quelque sorte, le coeur de notre pays.

  • Frida

    Ma blonde pleure. Je fais la vaisselle, et l’eau du robinet n’enterre rien. Ce n’est qu’un semblant d’enterrement. C’est le Jour de la Terre et tout le monde se rassemble. Je dois les rejoindre. Il le faut.

  • La couenne dure

    Wim Delvoye est un artiste belge qui s'est fait connaître avec Cloaca, une « machine à caca » qui semé la controverse partout où elle a été exposée, notamment à Montréal en 2009. Mais Wim Delvoye, c'est pas juste ça, c'est aussi un tatoueur de cochons. (Texte de Julie Chaumont issu du Spécial À LA FERME)

  • Si Montréal était une ferme

    Si Montréal était une ferme, le matin en me levant, avant de partir à la job, je descendrais chez le chinois, en bas de chez moi et je lui prendrais une pinte de lait entier (on l’aurait rendu légal, disons...).

  • Spécial À La Ferme : « Making-of » de « La basse-cour d’Urbania »

    Juste avant la sortie du spécial À LA FERME, nous avons doucement préparé le terrain avec cinq «teasers» présentant chacun un animal de la ferme. Le tout culminait avec «La basse-cour d'Urbania» dans laquelle ils se retrouvaient tous.

  • Du bon lait, du bon lait pour tout le monde ! (3/3)

    D'autres souvenirs de notre soirée de lancement de jeudi dernier pour le numéro «À LA FERME». Voici les images du désormais traditionnel photomatron! (partie 1 ICI, partie 2 ICI)