La ville de la semaine : Roberval

Tu vas me dire : “Ouin, Roberval, ça sonne ben creux!” Ben oui, c’est un peu loin pis c’est pas long que tu as fait le tour, mais ce n’est pas pour le moins charmant. C’est certain que c’est à 5 heures de route de Montréal-Centre-du-Monde et à 3 heures de Québec-Royaume-Labeaume, mais tsé, c’est vraiment moins loin et moins cher qu’aller en Europe. Si on fait un ratio rapport qualité/prix, je te dirais que ça s’équivaut (presque).

Pour te donner une idée de grandeur, Roberval, c’est une dizaine de milliers en populace (de plus en plus vieillissante), une superficie totale de 200,8 kilomètres carrés, une densité de population d’environ 66,8 personnes par kilomètre carré.

Roberval et ses bijoux

C’est une petite ville, mais du joyau, il y en a à Roberval. On a quand même nos fleurons qui rayonnent à la grandeur de la province comme Denis Lévesque et Régis Labeaume. Ben oui toé chose! Deux grands penseurs du Québec, une seule ville d’origine. Blague à part, le vrai bijou à Roberval, c’est le lac Saint-Jean.

***Bon, là je dois mettre quelque chose au clair. Roberval, c’est au Lac-Saint-Jean, PAS AU SAGUENAY. Parce que non, ce n’est pas la même chose. Laisse-moi te faire une leçon de géographie. Le lac Saint-Jean, c’est le lac que tu vois sur la carte et le Saguenay, c’est la rivière qui relie le lac Saint-Jean et le Fleuve Saint-Laurent. Ce qui est un peu mêlant, c’est qu’ensemble, ça forme la région administrative du Saguenay-Lac-Saint-Jean, mais ce n’est pas la même chose pour autant. Pour toi, c’est peut-être à côté tout ça, mais entre Roberval et Chicoutimi, il y a 1 h 15 de char en roulant à 100 km/h. Voilà! Clarifications faites, on peut continuer.***

Bon, c’est sûr que quand on passe ben vite et qu’on suit la route principale pour traverser la ville, au premier regard, il n’y a pas que du charmant. Sur le boulevard, il y a des maisons plutôt mal entretenues, des shops pis des garages, des restos un peu random pis un centre d‘achats en briques brunes un peu vide dont le plus gros magasin est un Rossy (tout pour te donner envie d’aimer le magasinage). C’est gris, c’est terne, ça manque de vie et ça ne donne pas une bonne première impression. Pis ce qui est le plus weird à Roberval, c’est l’emplacement du cimetière. C’est au beau milieu d’un parc industriel sur le bord de la route régionale juste un peu avant de sortir de la ville qu’il est situé. C’est un endroit idéal pour se recueillir sur la tombe d’un défunt paisiblement, dans le silence (ou pas). Surtout quand on pense que le bar de danseuses est placé juste un peu plus loin sur la route.

À Roberval, le lac St-Jean est dans ta cour

Maintenant, parlons du beau. Comme le dit la devise de la ville, “Roberval, la vie au bord du lac!” C’est comme si le lac, c’est la cour arrière de la petite ville, le fond d’écran qui enjolive le tout, la tapisserie qui rend ça beau. Honnêtement, chaque fois que j’y retourne, ça me frappe toujours de constater l’immensité de ce lac Saint-Jean là! C’est toujours impressionnant de le revoir dans toute sa grandeur et sa splendeur. Parce que non, ce n’est pas le genre de lac format piscine à vague de Saint-Sauveur. Non, c’est une véritable mer d’eau douce. C’est quand même fou de penser que quand j’étais jeune, derrière mon école primaire, il y avait ce lac-là! Pis qu’encore aujourd’hui les enfants jouent au ballon chasseur à côté de cette merveille sans prendre le temps de l’admirer. En parlant de vie au bord du lac, tu en connais beaucoup, toi, des hôpitaux qui sont sur le bord de l’eau? Ben à Roberval, c’est le cas!

La marina de Roberval est un peu le point central de la ville. C’est comme la place qui t’en met plein les yeux, où tu peux déguster une crème molle ou gelato au bar laitier La vache copine (parce que oui, ça a l’air qu’à Roberval, les vaches sont nos amies), où tu peux t’arrêter au resto Le port d’attache et te balader sur le bord du lac. C’est un peu parfait pour se détendre, être attendri et pour passer un moment de contemplation parfait seul ou accompagné. C’est aussi un arrêt incontournable du parcours de la piste cyclable qui longe le lac.

Val-Jalbert, c’est pas pire beau aussi

Le village historique de Val-Jalbert en met aussi plein la vue. Cet ancien village de compagnie du début du 20e siècle qui a été abandonné à la fin des années 1920 touche toujours par son histoire et impressionne par sa chute qui a jadis été le moteur de l’endroit. Dans une vie, je te dirais que ça vaut clairement le détour!

L’hiver, le lac gelé devient le nid d’un petit village sur glace ben mignon. Bon, ça se peut que tu t’étouffes avec toute la boucane générée par tous les poêles à bois des petites maisonnettes, MAIS c’est pas grave! Tu peux patiner et/ou marcher, c’est une question de feeling. Pis c’est juste que trop cute!

Crédit : Céline Houde

En mode tranquillo

Roberval, je dirais que c’est assez tranquille. C’est ben beau, mais c’est quand même tranquillo. Il y a de l’action une semaine par année parce que c’est la Traversée internationale du lac Saint-Jean. Chaque année depuis 1955, à la fin du mois de juillet, des nageurs provenant de différents pays bravent les eaux imprévisibles du lac Saint-Jean. Partant de Péribonka afin de terminer la course, ces athlètes font face à 32 kilomètres de nage en eau libre. C’est impressionnant. L’évènement sportif vient avec son lot de festivités, dont le traditionnel souper dans les rues. Des tables sont installées tout le long de la rue du centre-ville de Roberval. C’est 10 000 convives qui mangent en même temps de la tourtière (de la vraie!!!) pis de la tarte aux bleuets. C’est comme un gros souper de famille. Pis en soirée, on enlève les tables et les gens se promènent, rencontrent du monde qu’ils n’ont pas vu depuis longtemps pis le party pogne.

Voilà, je crois que j’ai décrit Roberval dans ses grandes lignes. J’espère que maintenant, tu sais que mon patelin d’origine n’est pas juste loin et perdu, c’est aussi mauditement beau!

Pour lire un autre reportage Ville de la semaine : Shippagan

_________________

Du même auteur