URBANUIT : On a parlé avec le « Prince de la parodie porno », le Montréalais Lee Roy Myers

La parodie porno de films grand public est une catégorie de plus en plus populaire (et les titres sont savoureux !)

Les parodies pornographiques ont autant de fans qui raffolent des œuvres originales que de fans qui rêvent à des séances de baises entre Ninja Turtles. De Montréal, mais maintenant à Los Angeles, Lee Roy Myers est un des producteurs et scénaristes les plus connus du genre.

Il se fait surnommer « Le Prince de la Parodie Porno » et « L’Enfant Bâtard de Mel Brooks et Linda Lovelace ». Né à Montréal, mais vivant maintenant aux États-Unis, Lee Roy Myers, un scénariste et producteur de parodies cochonnes pour adultes, affirme que son travail implique beaucoup de mathématiques et pas tant de sexe et de comédie.

Il fabrique lui-même certaines des marionnettes utilisées dans les films qu’il réalise.

Sur Twitter, il est hyper présent, donnant souvent la parole à d’autres personnes de l’industrie du sexe, en les interrogeant sur le réalisateur mainstream avec qui elles voudraient tourner (les réponses varient de Quentin Tarantino à Denis Villeneuve et Wes Anderson) ou sur le dernier repas qu’elles mangeraient avant d’être condamnées à mort (macaroni au fromage à l’huile de truffes, poulet frit ou zucchini grillé?)

Dans le studio de WoodRocket qu’il a cofondé, il y a une piscine de 30 000 boules, qu’il nettoie avec des produits nettoyants non toxiques.

De Missionary Position Impossible à Game of Bones

Ce qui a donné beaucoup de reconnaissance à Lee Roy Myers est la « slapstick pornography », un genre populaire dans les années 80, avec Gingin’s Island, Throbbin » Hood et Missionary Position Impossible. Dans les années 90, le genre s’est essoufflé malgré l’audace d’Edward Penishands. En 2007 la compagnie X-Play a enclenché la nouvelle vague de parodies pornographiques, avec Bradys XXX. En laissant de côté les dialogues, les décors et les costumes plus ou moins approximatifs des années 80, cette nouvelle vague a privilégié se rapprocher de l’inspiration des films et émissions originales. Hustler Video, Burning Angel et New Sensations ont suivi X-Play, la dernière compagnie engageant Lee Roy Myers, qui y a écrit et produit The Office : A XXX Parody.

«J’adore la porn avec du sexe.»

Dès lors le natif de Montréal a enfilé Sex Toy Story, Ten Inch Mutant Ninja Turtles et Game of Bones, avec des Marcheurs Blancs affublés de dildos, que George A. Martin a trouvé moins indécents que Game of Thrones, puisque des lois strictes sur la pornographie empêchent toute représentation d’inceste.

L’envie et l’ambition de s’occuper de la cerise sur le gâteau

Celui qui adore la culture pop depuis la lecture du magazine Mad dans son enfance a accepté de répondre à quelques questions, pour démystifier son aventure dans des studios qui permettent de se branler en riant.

URBANIA : Quels sont les défis des parodies pornographiques?

LEE ROY MYERS : Trouver des acteurs qui jouent bien, qui ressemblent aux personnages et qui peuvent bien baiser devant la caméra aussi.

Quel est ton film préféré que tu as réalisé?

LRM : J’aime vraiment ceux qui sont faits par WoodRocket et Pornhub. Woodrocket est la compagnie que j’ai co-fondé et Pornhub a toujours supporté notre collaboration et contribué avec de bonnes idées. C’est grâce à cette collaboration que je sens que j’ai beaucoup de liberté. Tout le processus de création est adoré par WoodRocket et Pornhub. Nous faisons ensemble les meilleures parodies. Mes préférées sont Aladdick, The Loin King, Hamiltoe, Red Red Dead Erection 2 et Dick & Morty.

Est-ce que tu as des rituels avant de filmer?

LRM : Je prends congé le jour précédent quand je peux et j’édite les trailers. Rester chez moi m’aide à ne pas paniquer et à ne pas crier si quelque chose ne se passe pas comme il faut sur le plateau de tournage, ce qui se produit immanquablement.

Est-ce qu’une personne parodiée t’a déjà parlé de son expérience à se voir jouée dans un film pornographique?

«Rester chez moi m’aide à ne pas paniquer et à ne pas crier si quelque chose ne se passe pas comme il faut sur le plateau de tournage, ce qui se produit immanquablement.»

LRM : Souvent. Anna Paquin a parlé de la parodie de True Blood lors d’entrevues. Quand on a fait Scrubs, Jimmy Kimmel en a parlé à Zach Braff. Les stars de Reno 911 ont projeté notre parodie porno pour recueillir des fonds pour un organisme de charité. Nous avions été invités. Beaucoup de scénaristes m’ont approché pour que j’écrive les scripts pornos de leurs émissions populaires. Et Fox a déjà menacé de nous poursuivre pour la parodie de X Files.

Comment sont les partys de Noël chez WoodRocket?

LRM : Nous allons simplement souper toute l’équipe ensemble et regardons un film ensuite. Quand tu fais de la porn surréaliste comme travail, tu fais des choses très normales pour le plaisir du changement.

Qu’est-ce qui est essentiel dans la porno (à part la piscine à 30 000 boules)?

LRM : Pour moi c’est le sexe. C’est tout. Le reste c’est la cerise sur le gâteau. Je me spécialise sur la cerise. Un gâteau reste un gâteau même sans cerise, mais c’est un gâteau ennuyant.

Qu’est-ce que tu aimes écouter comme porn?

LRM : J’adore la porn avec du sexe. Et j’aime vraiment quand ce n’est pas moi qui l’ai produit.

Quelle est la pire question qu’une personne qui ne travaille pas dans l’industrie du sexe t’a déjà posée?

LRM : Lors d’une entrevue à MTV, ils ne cessaient pas de me demander combien d’argent je faisais. C’est la pire question de loin qu’on m’a posée.

Qu’est-ce qui te manque de Montréal?

LRM : Je m’ennuie des soirées terminées au restaurant Lafleur, des petits gâteaux Vachon et de mes amis qui y habitent encore. Ce dont je ne m’ennuie pas, c’est de l’hiver. Il n’y a rien de sexy à propos des hivers montréalais. Mais Montreal Winters serait un bon nom de pornstar.

Tu vends présentement des costumes ayant été utilisés lors de tournages de films pornographiques légendaires. Est-ce que c’est pour avoir des fonds pour un projet en particulier? J’ai lu à propos d’un studio de webcam au Canada?

Il n’y a rien de sexy à propos des hivers montréalais. Mais Montreal Winters serait un bon nom de pornstar.

LRM : WoodRocket vient de lancer un studio de webcam et nous commençons à travailler avec beaucoup de modèles canadiens. Nous travaillons avec CalExotics, une compagnie formidable, pour lancer une ligne de produits sexuels, Naughty Bits, qui sera lancée au mois de janvier. Avec WoodRocket, nous continuons à sortir de nouvelles marchandises sur Amazon et sur Etsy, comme des macarons, des chandails et des albums à colorier pour adultes.

Lee Roy Myers continue aussi sa collaboration avec Pornhub. Une des raisons qui explique le succès de son travail est certainement son attention aux détails, mais aussi la présence plus grande des parodies pornographiques dans les médias populaires, contrairement aux autres types de films pour adultes. The Loin King a été entre autres célébré par D Listed, qui insinuait que si la version live du Roi Lion n’avait pas plu à Elton John, la version porno, avec des titres de chansons rendant hommage à ses succès comme The Circle Jerk of Life et Can You Fill My Muff Tonight, serait sans doute plus appréciée par le chanteur.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up