Une mer de mères pour l’environnement

Lettre ouverte de l'autrice, dramaturge et comédienne Véronique Côté sur le mouvement #mèresaufront.

J’ai appris que j’étais enceinte le lendemain de la grève mondiale pour le climat qui a réuni des centaines de milliers de manifestants à Montréal, l’automne dernier. Le 27 septembre, sans savoir que je portais déjà ma fille, j’avais marché. Je ne m’en souvenais pas, mais ma soeur m’a rappelé il n’y a pas longtemps que j’ai aussi beaucoup pleuré ce jour-là: j’avais les larmes aux yeux chaque fois que mon regard se posait sur les enfants qui étaient présents à nos côtés. Comme un présage de l’inquiétude et de la peine qui me prenaient déjà avant de savoir que j’invitais un nouveau coeur à venir battre dans ce monde qui tombe.

«Tous ceux qui naissent après nous, nous devrions les dire nôtres. Tous les enfants sont nos enfants.»

Pour toutes sortes de raisons, cette grossesse aurait très bien pu ne pas advenir: et l’une de ces raisons, c’est l’angoisse qui, immanquablement, prend à la gorge tous ceux qui décident de faire un enfant au milieu de notre époque à l’horizon trouble et incertain. Cette angoisse n’est pas propre aux parents, elle concerne toute la société, et je le sais intimement, puisque j’ai longtemps eu de fortes raisons de penser que je ne serais jamais mère, finalement. Je voulais des enfants. Mais peut-être que mes enfants, ce seraient ceux des autres. Je disais « Tous ceux qui naissent après nous, nous devrions les dire nôtres. Tous les enfants sont nos enfants. » Je crois encore que c’est l’endroit depuis lequel nous devrions prendre toutes nos décisions, et puiser le courage nécessaire pour les réaliser.

Je sais maintenant que je suis tombée enceinte au retour d’une formation intensive en permaculture, où j’ai appris toutes sortes de choses, mais surtout que des solutions aux enjeux de notre temps existaient. Et que certaines personnes avaient déjà commencé à travailler contre l’effondrement. Je suis sûre, je suis certaine que c’est grâce à cette permission d’espérer, malgré les pires pronostics, que mon corps a laissé une nouvelle vie se former en moi.

J’attends maintenant mon bébé en mesurant la force, la solidarité, la détermination des centaines, des milliers de mères qui se mobilisent autour de moi. Notre colère me porte et je la sens monter partout: elle fait gronder le sol.

Je veux que nos enfants connaissent un monde où l’asclépiade et les églantines, la monarde, l’agastache, les lupins et les pissenlits poussent partout.

Je veux que nos enfants connaissent un monde où l’asclépiade et les églantines, la monarde, l’agastache, les lupins et les pissenlits poussent partout. Un monde où il y a plus de jardins que de stationnements, où les baleines noires s’entendent chanter, où les saisons existent encore. Un monde avec du pergélisol, des banquises qui tiennent le coup, un monde dans lequel les hardes de caribous forestiers auront pu se refaire une santé pour nous apprendre comment survivre.

Je sais que je ne suis pas toute seule. Je sais que nous sommes comme la marée: impossible à contenir.

Le 10 mai, je serai enceinte de 37 semaines. Si ma fille le veut bien, nous marcherons*** tous ensemble, elle, l’homme que j’aime et moi. Nous avons décidé de faire comme si nous allions gagner. Parce qu’il faut que la vie gagne.

Véronique Côté,

Mère au front

*** Les dernières mesures de sécurité face au coronavirus obligent à annuler les grands rassemblements prévus le jour de la fête des Mères. Soyez sans crainte, nous trouverons des moyens encore plus créatifs de monter au front pour faire entendre notre colère d’un océan à l’autre, et bien au-delà. LE 10 MAI RESTE DONC À L’AGENDA !

En attendant : continuons à nous mobiliser et à faire du bruit ! Aidez-nous en partageant nos affichages, en invitant votre entourage à aimer notre page FB, en ajoutant notre cadre sur votre photo de profil, en affichant un cœur vert sur votre poitrine, et en vous inscrivant sur le site Web pour prendre part au mouvement et rester informé.e : www.meresaufront.org et www.mothersstepin.org Nous sommes ensemble ! Uni.e.s pour l’avenir de nos enfants.#MeresAuFront #MothersStepIn

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

La famille de la première victime de la COVID-19 lance un cri du coeur

Ses proches veulent sensibiliser le public.

Dans le même esprit