Une liste de gestes gratuits de gentillesse qui fait du bien

Oui, vous pouvez encore avoir foi en l’humanité

L’année 2017 a débuté avec un attentat à la Mosquée de Québec, puis une vague de racisme et d’intolérance a soufflé sur la province.

L’année s’est terminée avec une série incessante d’allégations pour inconduites sexuelles. Si ces dénonciations sont une excellente nouvelle et provoquent un ménage plus que nécessaire, il est tout de même douloureux de voir autant de victimes et de réaliser qu’elles ont souffert trop longtemps à cause de comportements plus qu’inappropriés.

Mais il n’y a pas que du mauvais dans le monde. Il y a aussi eu quelques (courts?) instants de grâce où la solidarité, l’entraide et l’amour presque louche pour son prochain se sont manifestés.

Notre collègue Émilie a été touchée par cette vidéo de la page Facebook Now This et cela nous a donné envie de vous partager quelques jolies histoires de bonnes actions dont nous avons été témoins en 2017.
On espère que ça vous inspirera dans vos résolutions pour cette année!

Après un appel à tous, voici quelques «Random acts of kindness» (actes aléatoires de gentillesse) qui vous feront dire : «Awwwwwwwww!».

Donald, un ami qui vous veut du bien

Y’en a un qui nous a sauvés, mon chum et moi, d’une pas pire chicane. J’étais enceinte de 9 mois, 1 semaine passée ma date prévue d’accouchement, un peu à fleur de peau. C’était le printemps, la Fête des Mères, et mon chum voulant bien faire m’offre de m’acheter une chaise longue pour le patio. On y va ensemble. Rendus au Canadian Tire, il se dit que tant qu’à y être, on pourrait aussi acheter un bac à sable à notre plus vieille. J’avais peur que ça ne rentre pas dans l’auto, mais il était très confiant. Il m’a même sorti l’argument du genre «je suis ingénieur, j’ai pensé à tout.» Ben évidemment, ça rentrait pas. Il faisait chaud, et mon chum gossait fort pendant que je frustrais à côté, à grands coups de «je te l’avais dit».

Un monsieur est venu nous voir. Il nous avait remarqués à son arrivée au magasin, et on était encore là à sa sortie. Il a pris mon chum en pitié, lui qui gossait comme un bon avec son bac à sable en forme de crabe, sa femme sur le bord d’exploser à côté. Il a offert d’embarquer toutes nos affaires dans son pick-up. Sur le coup j’ai traité mon chum de fou : il pourrait nous voler ! Mais cette cette fois-là j’ai eu tort. Le gars voulait juste être fin. Il a refusé qu’on lui donne quoi que ce soit en échange du service rendu et il nous a chaleureusement souhaité bonne chance. C’était un sexagénaire anglophone du nom de… Donald. – Alexandra

Le gentil Uber 

Après avoir demandé mon chemin à un chauffeur Uber et être déjà repartie dans la bonne direction, celui-ci a demandé en privé à son client s’il était d’accord pour me donner un lift plutôt que de me laisser marcher dans le froid, puis m’a rattrapée pour me le suggérer. J’ai accepté (risque calculé vu le peu de chances que chauffeur et client soient de connivence avec de mauvaises intentions), puis essayé de donner de l’argent au client une fois arrivée à destination, qui a poliment refusé.

Je ne prends jamais d’Uber par principe, et je suis très sensible au fait que plusieurs cas d’agression contre des clientes ont été rapportés, mais ça n’enlève rien au fait qu’il y a aussi du bien bon monde derrière cette entreprise pourrie. J’en profite pour mentionner que mon bon samaritain était Noir et immigrant, car comme il suffit souvent selon certains d’une anecdote pour généraliser sur un groupe entier de personnes, par la même logique, tout ça s’annule, n’est-ce pas? – Stéphanie

Aider des réfugiés grâce à Kijiji

Deux collègues d’URBANIA, Gabriel et Amélia, avaient un micro-ondes à donner. En le mettant sur Kijiji, ils ont fait la connaissance d’une famille qui venait de quitter le Kenya parce que l’union du couple (lui était Musulman et elle Chrétienne) ne faisait pas le bonheur de leur entourage. Après avoir été victimes de tentatives d’assassinat et de kidnapping, ils sont arrivés aux États-Unis comme réfugiés et ont marché, l’été dernier, avec leurs deux jeunes enfants jusqu’à une frontière québécoise. Voyant qu’ils n’avaient aucun bien et surtout aucun vêtement chaud pour l’hiver, Gab et Amé ont décidé de les aider. Avec leurs proches, ils ont ramassé des sacs et des sacs de linge, d’objets de base du quotidien pour leur logement, de l’argent, etc. Ils sont devenus amis avec la famille et leur ont fait découvrir la poutine. – PM

Un généreux restaurateur  

Ce propriétaire de resto libanais à Montréal sert à manger aux sans-abris et  souhaite encourager d’autres commerces à faire leur part.  

Doris et le chat

L’interaction avec une inconnue la plus touchante qui me soit arrivée en 2017, c’est quand Doris, chauffeuse de la 18 Beaubien à Montréal, a arrêté l’autobus sur le bord de la rue parce qu’une auto venait de frapper un chat sans s’arrêter. Doris a mis le bus sur les quatre flashers pour extirper le chat agonisant de la chaussée et le déposer sur le gazon à côté du trottoir. Je suis restée avec minou pendant 30 minutes en attendant que la SPCA vienne le chercher. Doris a eu le temps de repasser en sens inverse, elle s’est remise sur les quatre flashers et est venue prendre des nouvelles du chat. (PS Non, minou n’a pas survécu. Fuck.) – Marie

Prendriez-vous un petit café?

Mon père Stéphane paye régulièrement le café à des inconnus chez Starbucks juste parce que. That kind of guy. – Cat

Hiver 101

Lors de la première tempête de neige, cet hiver, mon mari Mario a vu une dame avec son fils sur le bord de la rue alors que leur auto était dans le fossé. Ils étaient près de la route ce qui était très dangereux donc il est arrêté pour bloquer le traffic et a offert à la dame de la reconduire avec son fils de 2 ans! Il a donc mis le petit garçon dans le banc d’auto de notre fille Jeanne, et les a embarqués tous les deux. Il a alors appris que la dame venait de déménager de la Russie il y a six mois et que c’était la première fois qu’elle conduisait dans la neige.

Elle n’avait aucune idée quoi faire! Il est allé reconduire l’enfant à la garderie. Il a appelé la police et la remorque. Il lui a ensuite donné un cours de conduite pour l’hiver canadien et lui a fortement suggéré un abonnement à la CAA… Bref une très belle histoire digne de son grand cœur! – Dani

Servez-vous !

En direct du métro Saint Laurent à Montréal, quelqu’un partage l’esprit des Fêtes ! – Steph

Éducation et girl power

Ma soeur et sa femme ont acheté des sacs d’école et des effets scolaires pour deux enfants défavorisées de l’Outaouais. Elles se sont rendues au centre de pédiatrie sociale du vieux Gatineau. Elles ont pris le nom de deux filles d’âge primaire, puis se sont informées de leurs activités et couleurs préférées. Avec la liste des effets scolaires, elles ont tout acheté (le sac à dos, les boîtes à lunch, les cahiers, les crayons, etc.) dans les couleurs favorites ou avec des dessins des activités que les petites aimaient. Elles ont écrit une lettre à chacune des filles en leur souhaitant une belle année et en les encourageant à ne pas lâcher. – Catherine

Quand Facebook sert vraiment à quelque chose

Chaque année, mon ami Sébastien collecte un panier de Noël pour aider une famille dans le besoin. Chaque fois, sa récolte auprès de ses nombreux amis Facebook est fucking impressionnante. Des milliers de dollars en nourriture, vêtements, de l’argent, etc. pour donner un Noël et du répit à une famille qui tire le diable par la queue. Cette année, il a doublé la mise en aidant deux familles !

– Stéphane

Avez-vous la carte Optimum?

J’ai vu cette histoire passer. Il s’agit de Chris, un journaliste super gentil de la CBC. – Aude

(Traduction libre du message Facebook de Jeffrey Vallis : L’année dernière, j’étais en file au Loblaws derrière un jeune couple qui avait rempli leur panier de denrées non-périssables. Ils ont tout acheté avec les point accumulés sur leur carte Optimum et sont allés donner le tout immédiatement à une banque alimentaire. J’étais tellement inspiré par l’idée que j’ai voulu le faire cette année. Chris Glover et moi avons sauvé nos points toute l’année et dimanche nous sommes allés au Real Canadian Superstore pour faire la même chose ! Nous avons donné la nourriture à la St. Mark’s United Church de Whitby. Qui est avec nous l’an prochain ?)

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Il y a de plus en plus de fausses cliniques d’avortement au Québec

Au nom de croyances ou d’idéologies politiques, les centres anti-choix instrumentalisent des personnes enceintes qui sont dans un moment de vulnérabilité.

Dans le même esprit