Tout sur la zamboni

En relation stable avec sa resurfaceuse depuis 15 ans, Robert Bleau nettoie les glaces des arénas de la couronne nord de Montréal. Lorsqu’il se perche sur sa machine et pèse sur le «gaz», la glace fond sous son charme tellement il a l’œil aiguisé et le pied souple. Entre deux sirènes de début de match, il nous révèle tous les secrets de sa Olympia Icebear Electric Custom Made®. 18 choses à savoir sur la zamboni. 1. 100% électrique, la Olympia Icebear permet de faire 30 à 40 glaces avant d’être rechargée. Quarante batteries nourrissent son ronronnement discret. C’est assez de jus pour éclairer Lachenaie pendant deux jours. 2. Selon Robert, un resurfaceur qui se respecte n’effleure jamais la bande avec sa machine. «Y’a des jeunes chauffeurs qui la conduisent des fois pis qu’y font des folies, explique-t-il. Y’en a par exemple qui passent près des bandes et qui manquent de tout arracher! C’est pas de même que ça marche. Faut que tu sois en contrôle!» 3. Un gros bouton rouge trône sur le capot de sa resurfaceuse. Il permet d’arrêter le moteur en cas d’urgence. «C’est très pratique quand y’a un bout de bâton qui traîne ou un enfant qui se pitche devant», dit Robert. Ils sont weird quand même les enfants de la Rive-Nord. 4. En 15 ans de carrière, Robert n’a jamais eu d’accident sur la glace, à part les deux fois où il a défoncé la porte de garage en stationnant sa machine.  Entre nous, appelons ça un délit de fuite. 5. Le métier de resurfaceur offre plusieurs avantages, comme checker les games gratis de Junior AA et avoir 15% de rabais sur les onions rings le midi.  Mais le plus réconfortant, c’est de pogner avec les IceCapades. 6. La question que tous les vendeurs se posent à l’Encan H. Grégoire : combien ça coûte ce beau modèle-là? On parle dans les environs de 120 000$. Et vu qu’elle est custom made pour le Québec, ça va chercher un peu plus. 7. La façon traditionnelle de polir la glace est de mettre ben de l’eau et de faire des grands cercles dans le sens horaire en se rapprochant vers le centre. Quand on regarde ça des estrades, ça peut sembler «légèrement» suggestif… 8. La glace se fait à une vitesse de 7 ou 8 km/h. Habituellement, elle prend 9 à 10 minutes à nettoyer. Robert, lui, pour impressionner les petites mères qui regardent, peut facilement toper le 6 minutes.  «Mais elle sera pas propre», précise-t-il. 9. La glace est habituellement conservée entre 24 et 26 degrés Fahrenheit à un taux d’humidité de 30%.  Si la glace devient trop froide, il faut ajouter de l’eau. Vice-versa si elle devient trop chaude. 10. Après les 15 heures de cours réglementaires, les chauffeurs de resurfaceuse sont prêts à embarquer sur la glace. Même si le lutteur Stone Cold serait capable d’en conduire une, ça demeure quand même un métier extrême. Robert se rappelle qu’un gars qu’il connaît a perdu trois bouts de doigts en essayant de décoincer de la neige dans la benne. 11. Une resurfaceuse dans le tapis, ça donne quoi? On parle d’un rapide et dangereux 0-25 km/h en 5 ou 6 secondes. Pas de coussin gonflable. 12. «Tu peux pas demander à la machine de te respecter si tu la respectes pas.»  – Robert Bleau – 13. Les mottons gelés dans les coins de patinoires peuvent parfois servir de tactiques défensives lors de games serrées de ballon balai. 14. Pendant une grosse finale de Junior, Robert peut ramasser jusqu’à 50 pieds cube de neige dans sa benne. C’est assez de neige pour préparer 261 Mr. Freeze. 15. Avant l’invention de la Zamboni, le nettoyage d’une glace nécessitait l’intervention de trois gars, qui devaient labourer avec un scraper tiré par un tracteur. En 1949, l’Américain Frank Zamboni a inventé la resurfaceuse, couramment appelée la Zamboni. Son invention a permis d’équilibrer la charge de travail : un gars qui chauffe pendant que les deux autres callent de la Molson Ex dans le garage. 16. S’il était encore en vie aujourd’hui, Frank Zamboni serait probablement très heureux de savoir qu’un groupe rock du Connecticut se nomme The Zambonis. 17. Pas besoin de Charles Tissère pour comprendre comment ça marche une Zamboni. En premier, une lame pointue rase la surface de la glace et une vis horizontale recueille les copeaux dans une benne à neige. La neige est ensuite filtrée et retournée au réservoir. Pour terminer l’opération nettoyage, de l’eau chaude propre est ensuite répandue sur la glace. 18. En 2005, John Peragallo âgé de 64 ans, a été reconnu coupable de conduite avec facultés affaiblies sur sa resurfaceuse. Selon la police, il présentait un taux d’alcoolémie de 0,12 pourcent. C’est un collègue de l’aréna de Morristown, au New Jersey qui a remarqué que la Zamboni roulait très vite et s’était presque écrasée dans la bande. Plus sur la glace : Jobin vs Perron, Roch Carrier, écrivain, Diane Bibeau, ancienne organiste des Canadiens, Mères de Goons

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up