Testicule Man : pourquoi rit-on du malheur impromptu des autres ?

Quand se squeezer une gosse à la télévision devient viral.

Cet homme est le nouveau darling du web:

 

Pour vous mettre en contexte, ce pauvre monsieur s’est swincé une couille live à la télévision mexicaine, lors d’un débat d’affaires publiques organisé par le président lui-même, Andrés Manuel López Obrador. Il donne d’abord un coup de tête digne de Céline Dion lorsqu’elle part le YOU’RE HEEEERE, THERE’S NOOOOTHING TO FEAR dans My Heart Will Go On, se décroise les jambes, s’ajuste tranquillement le paquet et se recroise les jambes comme si rien ne s’était passé.

Qu’est-ce que la douleur courte, mais intense d’un vieux monsieur (et sa subséquente humiliation sur internet) a de si drôle?

Au bureau, plus on le regardait, plus on était crampés raide. Mais pourquoi donc, hein? Qu’est-ce que la douleur courte, mais intense d’un vieux monsieur (et sa subséquente humiliation sur internet) a de si drôle? On a donc demandé à nos collègues diplômés de l’École nationale de l’humour de nous expliquer:

« Je pense que la raison pour laquelle on trouve ça drôle, c’est qu’on aime que ces situations-là arrivent à d’autres personnes que nous » explique Hugo Bastien, chargé de contenu URBANIA Musique et gars certifié drôle. « D’après moi, la clé réside dans la définition “classique” de la comédie : le fameux “tragedy + time”. La comédie naît d’un drame (ex. : se squeezer une gosse) et notre distance (temporelle, émotive, whatever) par rapport à cette tragédie-là. C’est notre distance envers le drame qui nous permet d’en rire, ou pas (les classiques jokes “too soon”). »

« Ici, le gars se squeeze la gosse, pendant que le spectateur, lui, reste top shape, ce qui lui confère la distance nécessaire pour trouver ça drôle. C’est la base de l’humour burlesque : on trouve ça funny voir Charlie Chaplin débouler les escaliers, parce que c’est lui qui les déboule, et pas nous. »

Son analyse est béton : « Ici, le gars se squeeze la gosse, pendant que le spectateur, lui, reste top shape, ce qui lui confère la distance nécessaire pour trouver ça drôle. C’est la base de l’humour burlesque : on trouve ça funny voir Charlie Chaplin débouler les escaliers, parce que c’est lui qui les déboule, et pas nous. Je pense aussi que tout le monde est facilement touché par ces jokes-là parce que ça nous ramène à notre condition humaine. Parce qu’on s’est tous déjà, nous aussi, coincés une gosse (ceux et celles qui n’ont pas de gosse peuvent remplacer ça par n’importe quelle autre douleur physique gênante). Le cliché du “c’est drôle parce que c’est vrai.” Heureusement, la justice de l’humour c’est qu’on ne sait jamais quand ce sera notre tour d’être le punch de quelqu’un d’autre. Une gosse squeezée est si vite arrivée. Peut-être même que la prochaine victime, ce sera moi. »

Philippe Côté-Giguère, grand seigneur du domaine de Balle Courbe, meme lord et autre gars certifié funné, pousse l’analyse encore plus loin: « Voir un être humain se blesser (pas gravement, on s’entend), c’est fondamentalement funné. C’est pas scientifique : c’est sur ce principe-là que des dizaines d’émissions de pétage de yeules ont fait leurs choux gras; on n’a qu’à penser à Jackass, Drôles de vidéos et le désopilant Rire et délire (avec la voix de Bruno Landry en bonus).»

« Dès qu’il se squeeze la couille, il a un réflexe instantané de se swinger la tête vers l’arrière, comme s’il venait de sniffer de l’ammoniac dans son cours de chimie de secondaire 5. »

« Ensuite, ben c’est la réaction du monsieur, évidemment », continue notre résident expert en LOLs. « Dès qu’il se squeeze la couille, il a un réflexe instantané de se swinger la tête vers l’arrière, comme s’il venait de sniffer de l’ammoniac dans son cours de chimie de secondaire 5. Il y a aussi évidemment le fait que toute blessure dans la région de l’entrejambe est particulièrement cocasse, d’où le fameux gag du ballon dans la fourche dans Les Simpson. Tout le monde (même la gent féminine) fait preuve d’empathie pour la douleur ressentie, mais personne ne peut s’empêcher de lâcher un “HA!”. Je ne serais pas surpris d’apprendre que les hommes de Cro-Magnon s’esclaffaient après avoir vu un des leurs se prendre un coup de corne de mammouth dans les gosses.

Finalement, je dirais que le facteur chance vient certainement jouer un rôle dans le degré d’hilarité de la vidéo. Le pauvre monsieur a dû faire ce geste-là des dizaines de milliers de fois dans sa vie et cette fois-là —probablement la seule de sa vie, j’ose croire —, en pleine télé en direct, par le plus grand des hasards, ses testicules se sont parfaitement alignés au moment précis où ses cuisses se rapprochaient pour créer l’impact parfait et ainsi lui causer une douleur incommensurable dans la région du bas-ventre. Pour vrai, les probabilités que ça se produise doit être de l’ordre de 1/200 millions. »

Y’a pas à dire, c’était le destin de Testicule Man de devenir le héros que le web mérite. 

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up