Survivre à l’anxiété : 5 conseils en béton

Je suis née stressée. L’enfant trop sage, qui transpirait déjà de la face à 7 ans, c’était moi. Avec un petit suit et une cravate, on n’aurait pas fait la différence avec un trader de Wall Street en plein krach boursier. L’ado emo droguée avec un journal intime torturé, c’était aussi moi. L’adulte qui va à des groupes pour anxieux au CLSC, c’t’encore moé.

J’ai l’impression de toujours tomber sur les mêmes “trucs et astuces pour combattre l’anxiété”.

C’est cruel, mais je trouve beaucoup de réconfort dans le fait que de très nombreux Québécois sont anxieux aussi. Désolée pour votre anxiété, mais merci, je me sens moins seule. Cependant, ça me chicote qu’on n’ait pas encore trouvé de remède efficace, à la gang qu’on est. J’ai parcouru les forums et les intervenants en psychologie gratuits, et j’ai l’impression de toujours tomber sur les mêmes “trucs et astuces pour combattre l’anxiété”.

– JE LE SAIS, qu’il faut avoir une hygiène de vie saine! Je me force du mieux que je peux à faire du sport même si j’ai horreur de ça. Est-ce que la dopamine créée est encore valable si j’haïs chaque seconde passée à être essoufflée et en sueur ?

– JE LE SAIS, qu’il faut consulter. Qu’allier traitement médicamenteux et thérapie, c’est la stratégie efficace. (C’est aussi ce que je vous invite à faire si vous en ressentez le besoin. Il y en a des gratuits dans les CLSC et les universités.)

– JE LE SAIS qu’il faut dormir suffisamment!…Je fais de mon mieux, ok?

JE LE SAIS, qu’il faut avoir une hygiène de vie saine!

Bref, de super bons trucs, mais qui me laissent un peu sur ma faim. Ce que je vous propose, c’est de vous partager mes trucs d’anxieuse professionnelle (mais pas psy professionnelle) qui fonctionnent pour la vraie vie. Merci de partager les vôtres en commentaires. C’est l’an 2000! Le web 2.0! Que ça serve à quelque chose! 

  1. Ressasser, mais de façon constructive

Le trademark des anxieux, c’est qu’on ressasse dans notre tête à l’infini les mêmes idées stressantes, prévisions catastrophiques et souvenirs douloureux. Ça gâche du temps de cerveau et ça empêche de s’endormir. On a l’impression que les idées se bousculent à tout moment dans notre tête et nous empêchent de faire quoi que ce soit d’autre. Ça semble contre-productif, mais je trouve que la meilleure façon de lutter contre ces idées gossantes, c’est d’y penser encore plus. Mais mieux. Faire de la place pendant la journée pour ne faire que ça, réfléchir. Pour une coche de romantisme en plus, on peut le faire en marchant sous la pluie. Si on est plus conservateur, allongé sur le sofa, ça fait l’affaire aussi.

Le trademark des anxieux, c’est qu’on ressasse dans notre tête à l’infini les mêmes idées stressantes.

En général, je passe toute la journée à travailler, à régler des trucs et à surfer sur internet. Si j’ai 5 minutes de libres, je joue à Candy Crush. Après une grosse journée bien remplie, je me glisse avec délice, complètement nue dans mes draps de soie, et là BOUM! Je me mets à obséder sur le fait que je vais mourir seule, malheureuse, sans n’avoir jamais rien accompli, et en plus, l’autre jour, j’ai fait une mauvaise blague et les gens l’ont pas comprise et j’ai eu l’air stupide. Pas moyen de dormir, dans cette maison.

C’est pour ça qu’il faut que je consacre un moment dans ma journée à ne faire absolument rien à part réfléchir à ma condition humaine et trouver des solutions à mes problèmes. Quand ce sont des événements passés qui me travaillent, quelqu’un m’a conseillé de visualiser la scène au complet d’un point de vue extérieur. Revoir tous les dialogues et actions, y compris les miens, comme si j’en avais juste été témoin. Je ne sais pas pourquoi, mais ça marche.

C’est pour ça qu’il faut que je consacre un moment dans ma journée à ne faire absolument rien.

2. Devenir secrètement un peu ésotérique

Je dis “secrètement”, parce que ça me gosse, les gourous des bécosses. Personnellement, je crois qu’avoir un mantra personnel, ça aide full à fonctionner. J’avoue aussi triper sur le yoga, en ce moment. J’en connais qui ne jurent que par le livre Le Secret, et d’autres qui vénèrent l’homéopathie, les essences naturelles ou telle ou telle forme de méditation.

En vérité, aucun de ces trucs ne fonctionne. Sauf qu’ils fonctionnent mieux que n’importe quoi d’autre. Soyez donc ouverts aux remèdes de sorcières contre l’anxiété, en veillant simplement à ne pas jeter son argent par les fenêtres. Sachez reconnaître quelle potion ou quel ami imaginaire omnipotent fonctionne pour vous. Ça peut faire des miracles.

3. Écouter des vidéos d’ASMR

Les deux meilleures choses que Youtube nous a apportées, ce sont 1.les tutoriels et 2.les vidéos d’ASMR. Presque tout le monde capote là-dessus, mais je croise encore des anxieux qui ne sont pas au courant. Ça peut paraître inquiétant au début : des gens qui font des actions minutieuses en chuchotant et des simulations de coupes de cheveux en audio surround 3D.

Je croise encore des anxieux qui ne sont pas au courant de l’existence des vidéos ASMR.

La légende veut que certaines personnes aient le don du ASMR et soient parcourues de frissons lorsqu’elles entendent ces vidéos. En ce qui me concerne, parfois ça marche, parfois non. J’écoute tout de même ces vidéos presque tous les soirs pour m’endormir. Pour moi, c’est l’équivalent de laisser la porte de la chambre entre-ouverte quand on était petit pour continuer à entendre doucement les bruits de la maison.

Lire la suite en page suivante : « Vivre selon ses propres valeurs ».

——

document.getElementById('ShopifyEmbedScript') || document.write('');

4. Respirer comme du monde

J’imagine que vous avez déjà entendu parler de l’importance de la respiration et que vous connaissez déjà 2 ou 3 exercices. N’empêche que si vous ne deviez garder qu’un seul outil pour survivre à votre anxiété, ce serait de respirer comme du monde. Bien des crises de paniques pourraient être évitées si on arrêtait de respirer n’importe comment.

Au moindre pet de travers, je fais cet exercice. Vous devriez l’essayer. Et vous devriez aussi commencer à utiliser l’expression “avoir un pet de travers”.

5. Vivre selon ses propres valeurs

On est des milliards sur la terre, mais parfois, on croirait qu’il n’y a qu’une seule façon valable de vivre. La plupart des gens organisent leur vie pour gagner le maximum d’argent possible en fonction des moyens qu’ils ont, avoir un(e) partenaire de vie, des enfants, une maison et une auto. Tout le monde fait comme tout le monde, mais peu de gens se demandent si c’est vraiment ça qu’ils veulent faire. Certaines personnes adorent l’argent, d’autres le pouvoir, d’autres l’originalité, d’autres l’amour, d’autres la culture, d’autres la vérité. Il n’y a pas de mauvaise réponse.

On est des milliards sur la terre, mais parfois, on croirait qu’il n’y a qu’une seule façon valable de vivre.

En revanche, vivre à l’opposé de ce que l’on valorise le plus personnellement, c’est se tirer dans le pied. Puis ramper à terre dans une marre d’anxiété parce qu’on a mal au pied. Si on est patron, mais que dans le fond, la chose qu’on veut le plus au monde, c’est d’être aimé de tous, on va être anxieux.

Vous n’êtes pas obligés de faire comme tout le monde. Si ça ne vous tente pas d’accepter une promotion, ne la prenez pas. Même si elle vient avec une augmentation et qu’on vous regarde croche de la refuser. Au contraire, si vous adorez l’argent et les responsabilités, acceptez la promotion. Pareil pour les chars. Pareil pour les enfants. C’est simple, mais ça m’a pris beaucoup de temps à comprendre.

Pour lire un autre texte de Lucie Piqueur : « Coderre, don’t grab my pussy ».

——-

document.getElementById('ShopifyEmbedScript') || document.write('');

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up