Pages Facebook Arnaud Soly/Christine Morency

Soirée d’humour du mois : les jeudis Stand up au Terminal

À l’intersection Mont-Royal – Cartier difficile de manquer les lumières rétro-chaleureuses du bar Le Terminal. L’institution, qui tient déjà plusieurs soirées d’humour, deviendra bientôt officiellement un Comédie Club, mais pourquoi se priver? En attendant sa conversion en nouveau temple de la blague, j’ai assisté à un de leurs jeudis Stand up.

AMBIANCE / FASHIONABLY EARLY

Jeudi soir, janvier 2019, -20 °C. J’entre au Terminal.

J’aime arriver à l’avance au point où c’en est malaisant, mais je n’étais pas la seule apparemment. Il n’était pas encore 19h15 que plusieurs adeptes dégustaient déjà leur première ou deuxième bière. Faut-il arriver fashionably early maintenant? Si c’est le cas, j’ai reçu le mémo et suis arrivée à 19h10.

Ma place vers 19h21

Le spectacle débute à 20h et les portes ouvrent à 19h. Arrivez quand vous voulez, toutes les places sont bonnes. Mon choix s’est porté sur un tabouret haut, accotée à une planche de bois près de la porte d’entrée (là où personne ne veut s’asseoir) : visibilité impeccable malgré la horde de gensses statchée devant moi.

 Ma place vers 20h01

LA SALLE / LE FUN À L’HORIZON

Les planchers ne sont pas collants, les tables sont propres, seule l’odeur de houblon fruité trahit le fait qu’on est dans un bar. Autrement, tout prend les airs d’une véritable salle de spectacle :  la pièce, disposée à l’horizontale, permet aux spectateurs d’entourer la scène pour apprécier le show. Le gérant du bar, Jake Warren me souffle à l’oreille que les poutres qui obstruaient la vue des spectateurs ont été retirées. C’est indéniable; ici, on sait s’occuper d’une crowd. Note aux autres soirées : la barre (ou la poutre) est haute, gang!

On sous-estime trop souvent ce genre de détails, mais, ayant souvent été obligée de garrocher mon manteau en boule dans un coin comme un torchon de 200$ par manque d’option, je suis assez contente de retrouver des crochets sous la table, véritable sauveur à parka. Heureuse décision, Terminal. De petites bougies contribuent à la vibe très Hygge de la salle, tout comme le gros rideau de velours.  Pinterestement plaisant pour l’oeil. 

ALCOOL / NOUVEAUTÉS MICROBRASSÉES

Le petit bar est garni correctement en breuvages de microbrasseries (Trou du Diable, Dunham, Dieu du Ciel et plusieurs autres) environ 9,00$ la pinte (10,00$, pourboire inclus!). La salle n’accepte que l’argent comptant (pas de joie à utiliser paypass, désolée!). Pour ceux qui aiment payer l’équivalent d’un loyer en frais de retrait, l’ATM de la place peut venir à votre rescousse.

BOUFFE / RAPPORT QUALITÉ-PRIX RÉUSSI

Manger et rire à gorge déployée en même temps peut être un exercice périlleux. N’empêche, on applaudit l’offre bouffe de la place  : de la cantine, en plus recherchée. Frites? Non, frites avec épices aromatisées. Bâtonnets de fromage? Nope, tortillons de fromage Alepo produits au Québec. Vous comprenez le principe. Je dois vous avouer avoir un faible pour les frites et le poulet Pop Corn. Rien de mieux pour se régaler entre deux gags.

Le chef est un tripeux d’humour, il sait quoi servir aux invités. Des mets qui se mangent en une bouchée, sans décrocher ton regard de la scène, pour en bas de 10 piastres. Bon deal? Bon deal.

LES PRIX / AJOUTEZ UN 10$ À VOTRE BUDGET

Pour 22,00$ déboursés en bières (ouch, vu de même) et 10,00$ pour l’entrée, ça fait 32,00$ pour voir sept humoristes et un Arnaud Soly à l’animation. C’est comme si je donnais 4,50$ à chaque fois que je voyais un artiste sur scène. Un peu plus si vous mangez sur place.

ANIMATION / UN RAPPEL! UN RAPPEL!

À l’animation, on alterne entre Christine Morency (délicieuse dans ce rôle pour l’avoir déjà vue) et Arnaud Soly. C’est ce dernier qui était aux commandes lors de ce jeudi glacial. On a eu droit à un petit 15 minutes cocasse de crowd work et de blagues improvisées en fonction des convives qui se sont prêtés au jeu.

Si vous voulez garder vos oreilles vierges de vulgarités, ne donnez pas un pichet, un papier et un crayon à la foule. Pour amuser la galerie après l’entracte de 10 minutes, Arnaud Soly s’est livré à un autre quart d’heure d’improvisation en pigeant dans un pichet rempli de sujets du public variant entre la courbe des pénis et le nombre de culs qu’il faudrait manger pour être en santé. Soly s’en est tout de même sorti, de «pen» et de misère (j’arrête).  La soirée demeure un laboratoire et le public l’a bien noté.

LA CROWD / PUBLIC RODÉ

Un beau moitié-moitié d’habitués et de nouveaux, âgés entre 18 et 35 ans, constituait l’écosystème de la soirée. « Les humoristes aiment jouer au Terminal, c’est une place assez exceptionnelle pour roder son stock », me raconte l’agente d’artistes Sophi Carrier, aussi co-fondatrice du soon to be Comédie Club.

Par contre, les humoristes savent assez vite si leur blague est à retravailler ou à jeter à la poubelle. L’avantage d’assister aux soirées d’humour selon Sophi? Voir les gags – et les humoristes –  évoluer au fil de l’année. Je prends le pouls de la salle et manifestement, les gens sont prêts à rire. 

STYLE HUMORISTIQUE / PAREIL PAS PAREIL

Le style d’humour était assez hétéroclite en ce soir de janvier. Il y en avait pour tous les goûts. Ont foulé les planches les petits nouveaux du Terminal Dolino El Africano et Martin Petit (oui, oui!). L’écrivain de feu Les Pêcheurs n’y est pas allé avec le dos d’la cuillère en matière d’appropriation culturelle, de racisme et de tolérance. Le public grinçait des dents… entre deux éclats de rire. Les limites ont aussi été testées avec les habitués Colin Boudrias et Vincent Morin, toujours avec succès. On a dû essuyer nos larmes avec Seb Haché et ses chats perdus (bel exercice de diction ici), comme avec Alphé Gagné et ses lettres d’amour de 3e année. Bien évidemment, Richardson Zéphir et ses histoires de taxi plus-que-rocambolesques ont conquis le coeur d’un public déjà vendu.

Bon. Animateur homme, line-up d’hommes aussi, vous pensez peut-être? Ce soir-là ça ressemblait effectivement à un Comédie Boys Club. On me dit toutefois que la relève humoristique féminine s’y produit régulièrement. 

Les jeudis Stand up

Animés par Arnaud Soly et Christine Morency

Jeudi dès 20h

Terminal Comédie Club (Bar Le Terminal)

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Dans le même esprit