Seule au cinéma

Je vous ai déjà parlé de ma propension à faire des activités seules. Des choses toutes simples: voir un film au cinéma, commander une table d’hôte au St-Hubert, passer un après-midi au Ikea, jouer au bowling contre moi-même… Dans cette série, je partagerai avec vous le résultat de ces aventures, telle une travel blogger assoiffée d’aventures hors du commun. 

Dans un récent article où je vous avouais basically que j’étais lonely, j’ai menti. Oui, je suis déjà allée au cinéma seule. Or, je n’étais jamais allée voir un film mainstream seule dans un cinéma lors d’un samedi soir pluvieux où la foule est dense. Mon expérience de cinéma en solitaire se résumait au festival Fantasia, une année où j’avais obtenu gratuitement une passe illimitée. Bien à l’aise dans une mer de geeks en solitaire, le défi n’était pas vraiment de taille. Cependant, mon expérience de samedi soir dernier a été quelque peu différente. En voici le récit.

Première étape: choisir un film. Je regarde ce qu’il y a au cinéma Beaubien, le cinéma le plus près de chez moi. Paul à Québec? Malgré la critique positive, bof. Je me dis que je me dois d’opter pour quelque chose de plus absurde et/ou drôle, quelque chose qui attire les foules. Un film d’horreur me semble un choix approprié. Je regarde les bandes annonces des films à l’affiche. Mon choix s’arrête sur The Visit, un film du célèbre M. Night Shyamalan. Parfait.

Je ne suis pas particulièrement peureuse, mais je commence à ressentir diverses craintes par rapport à mon choix. Et si le film était vraiment épeurant? Et si je criais en renversant mon popcorn sur mon voisin d’à côté? Ce serait plutôt gênant.

Samedi soir approche. Je n’ai pas de plan particulier. Il pleut, c’est moche, la ville dort. Je me dis que l’action doit se passer au chic cinéma Banque Scotia. Je m’y dirige donc. Arrivée sur les lieux, je choisis le moins d’interaction humaine possible: j’achète mon billet à la distributrice. Des groupes d’ados se pressent autours des guichets. Convaincue qu’ils vont tous voir The Visit, je me dis que je suis une pauvre âme esseulée qui va se faire niaiser. Tous mes réflexes de secondaire deux sont de retour: je mets mes écouteurs et prétend être absorbée dans l’écoute de ma musique alors que je grimpe les escaliers vers les salles de visionnement. Les ados s’arrêtent au Tim Hortons pour commander des cappuccinos glacés. Je ne perds pas une seconde: je les talonne dans la file. Il faut se fondre dans la masse, que je me dis… Je prends donc un cappuccino glacé à mon tour.

Mes faux amis et moi nous dirigeons vers la salle 8. Alors que j’y entre, je remarque que quelques personnes sont seules, soit environ 5 adultes. Étrangement, il y a des enfants. Pas seuls, accompagnés bien sûr, mais quand même: il s’agit d’un film d’horreur. J’espère qu’ils vont crier plus fort que moi lors des punchs.

Je m’assois sur le bord d’une rangée, telle une vraie chicken. Je respire. Tout va bien aller. Je choisis ce moment pour texter ma rédactrice en chef, Amélie. Je prends un selfie. Les ados assis derrière moi m’ont assurément vu faire. C’est cool, que je me dis. J’ai l’air de texter mon emplacement à mon amie imaginaire qui est en route pour me rejoindre.

Le film va commencer dans 5 minutes. Ça fait vraiment longtemps que je ne suis pas allée au cinéma. Il y a des genres de jeux à l’écran. C’est le “pre-show”. Moi qui adore les bandes-annonces, je suis ravie: des bandes-annonces avant les bandes-annonces! Extraordinaire. Je prétends être absorbée dans le visionnement de ce pre-show, alors qu’en fait mes yeux font des allers-retours vers la porte d’entrée. Je vois quelques couples arriver, suivis d’encore plus de groupes d’ados. Amélie me demande si j’ai acheté du popcorn. Je réponds que non. J’ai l’impression d’avoir échoué ma mission.

Le film commence! Rien de spécialement négatif ne se passe… Je survis! J’ai même du fun! Épatant. Je finis mon cappuccino glacé avant le premier punch. Je ne crie même pas. Championne! Tout le long du film, j’oublie que je suis seule. Lorsque les lumières se rallument, je remets mes écouteurs et sors de la salle. Un groupe de gens habillés en bleu donnent des biscuits Pattes d’Ours à la sortie du cinéma. Je prends une bouchée en me disant intérieurement que c’est ma récompense: MISSION ACCOMPLIE!

La note que je donnerais à cette expérience? 10/10. A+. Would recommend. Aller au cinéma seul(e) est une activité tout à fait agréable, une fois qu’on accepte que c’est normal. Je recommande fortement le film d’horreur pour une expérience plus complète. Points bonus si vous criez plus fort que votre voisin. All-star si vous riez de façon creepy à des moments inopportuns.

Vous trouvez ce rapport d’activité plutôt morne? Ouais, on commence soft cette semaine, mais attendez bien la suite. Une table d’hôte au St-Hubert, avec interdiction de toucher à mon cell. Les murs deviendront mes meilleurs amis. À la prochaine, fidèles lecteurs solitaires.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up