Se dépenser pour survivre

Cette semaine, j’ai décidé de te parler d’un jeu sur Internet (parce que oui, il m’arrive de parler d’autre chose que de féminisme).

Ce jeu, intitulé « SPENT » – littéralement « dépensé » en anglais, a été l’initiative du Urban Ministries of Durham, une communauté de soutien qui vise à offrir de la nourriture, du logis et des vêtements aux citoyens les plus démunis autour de la ville de Durham, en Caroline du Nord, afin de sensibiliser la population aux enjeux de la pauvreté et aux risques de chacun d’en être touché. Le but du jeu est simple : vous êtes un parent monoparental, vous venez de perdre votre maison, êtes sans emploi. Il ne vous reste que 1000$ en poche et vous devez vous remettre sur pied. Si vous parvenez à survivre jusqu’à la fin du mois, vous avez réussi le jeu.

Jour 1 | Trouver de l’emploi | Mon avoir : 1000$
Je dois me trouver un emploi – n’importe quel emploi, et ce, au plus vite. Trois emplois similaires sont disponibles. J’opte pour un emploi de bureau, après avoir passé un test de rapidité à l’ordinateur.

Mon salaire (avant taxes et impôts) : 1 440$/mois
Mes retenues : 216$
Mon salaire (après taxes et impôts) : 1 224$/mois, pour un total de 306$/semaine

Jour 2 | Assurer ma santé | Mon avoir : 1000$
Puisque j’ai maintenant une source de revenu, le jeu me suggère de souscrire à une assurance santé, à 275$ par mois, puisqu’il s’agit d’une mise en contexte Étasunienne. Afin de coller le plus possible à la réalité du travailleur au salaire minimum Québécois qui serait couvert par le régime d’Assurance-maladie, je choisis de ne pas débourser ce montant.

Jour 3 | Me loger | Mon avoir : 1000$
Plus j’habiterai près du centre-ville, où se situe mon lieu de travail, et plus mon logement sera onéreux. J’opte donc pour un appartement à 50 miles (environ 80 km) de mon lieu de travail, pour un coût total logement+déplacements=760$ par mois, comparativement à 855$ pour un appartement au centre-ville.

Jour 4 | Alléger mon bagage | Mon avoir : 240$
Beaucoup de choses n’entreront pas dans mon nouvel appartement, trop petit. Que faire? Je tiens une vente de garage et réussis à amasser 150$ grâce aux ventes.

Jour 5 | Mes relations au travail | Mon avoir : 390$
Je suis affairée à classer des papiers quand j’entends des collègues tenir des propos peu flatteurs à mon égard. Qu’est-ce que je fais? Je les ignore ou je les confronte? Soucieuse de conserver cet emploi avec une atmosphère aussi harmonieuse que possible, je choisis de les ignorer et de ne pas faire de vagues.

Jour 6 | Mes relations familiales | Mon avoir : 390$
Ma mère a beaucoup de médicaments à prendre; son assurance en couvre une partie mais elle n’a pas les 100$ manquants. Je ne peux pas laisser ma mère mourir. Je débourse donc les 100$ afin qu’elle puisse prendre soin de sa santé.

Jour 7 | Mes factures | Mon avoir : 290$
Deux factures arrivent à échéance aujourd’hui : le gaz, pour 100$, et l’électricité, pour 125$. Soucieuse de ne pas risquer de coupures des fournisseurs, je choisis de payer mes deux factures, pour un montant total de 225$.

Jour 8 | Une fête d’enfant | Mon avoir : 65$
Mon enfant a été invité à une fête d’anniversaire, où il doit apporter un cadeau. Je peux acheter un jouet à 10$, envoyer mon enfant à la fête sans cadeau, ou encore, lui interdire d’aller à la fête. Si le jeu me le permettait, je l’encouragerais à fabriquer lui-même son cadeau – en cuisinant quelque chose, par exemple, donc, pour cette fois, j’opte pour l’envoyer à la fête les mains vides.

Jour 9 | Une activité scolaire | Mon avoir : 65$
La classe de mon enfant organise une journée-visite au musée. L’activité coûte 15$. Comme il s’agit d’une activité scolaire, je choisis de débourser ce montant afin qu’il n’en soit pas privé.

Jour 10 | Jour de paye! | Mon avoir : 356$
Je couve une grippe. J’ai très mal à la tête et je fais beaucoup de fièvre. Je pourrais peut-être prendre ma journée; je choisis de n’en rien faire, car j’ai besoin de ces heures de travail.

Jour 11 | Et Fido? | Mon avoir : 356$
Notre animal de compagnie est très malade et il semble qu’il ne puisse pas guérir sans un traitement qui coûte environ 400$. Entre débourser ce montant et laisser Fido souffrir, je choisis de le faire euthanasier pour un montant de 50$.

Jour 12 | Des vilains dans le quartier | Mon avoir : 306$
Un petit chenapan a lancé une balle dans une de nos fenêtres. Mon propriétaire insiste pour que celle-ci soit réparée, à mes frais, pour 100$. Puisque je sais pertinemment que ce n’est pas à moi de débourser cela et que je n’ai pas le temps et les moyens d’obtenir de l’aide légale, je choisis de sommairement réparer la fenêtre avec du plastique.

Jour 13 | Me nourrir | Mon avoir : 301$
J’ai une longue journée au boulot, mais j’ai oublié mon lunch à la maison. Vais-je opter pour une salade à 6$, ou pour un hamburger dans le menu-dollar du coin? Économe, j’opte pour le burger, même si ça n’a pas trop l’air bon pour ma santé.

Jour 14 | Les résultats scolaires | Mon avoir : 300$
Mon enfant a de la difficulté en maths. Je pourrais débourser 50$ pour obtenir l’aide d’un tuteur, mais je choisis de l’aider moi-même. Heureusement, j’arrive à résoudre l’équation que me présente le jeu, je suis donc suffisamment outillée pour aider mon enfant; beaucoup de parents ne le sont pas.

Jour 15 | Les courses | Mon avoir : 300$
C’est jour de marché. Je débourse 60$ à l’épicerie : que des trucs de base. Je dois faire attention; ces denrées doivent me durer plusieurs semaines. Nous devrons donc nous débrouiller avec peu.

Jour 16 | Un petit extra | Mon avoir : 240$
Un voisin m’offre 50$ pour l’aider à déménager, mais je devrai pour ce faire manquer le spectacle scolaire de mon enfant. J’aide mon voisin et empoche les 50$.

Jour 17 | Jour de paye! | Mon avoir : 596$
Oups! J’ai peut-être un emploi au salaire minimum, mais mon diplôme universitaire ramasse la poussière et le paiement mensuel de mes prêts étudiants est arrivé à échéance. Je dois 250$. Je choisis de débourser ce montant plutôt que d’ignorer la facture.

Jour 18 | La charité | Mon avoir : 346$
Un voisin charitable m’offre un manteau qu’il ne met plus, le mien étant, disons, en lambeaux. Je ravale ma fierté et prends le manteau avec reconnaissance.

Jour 19 | Ça va mal ‘à shoppe | Mon avoir : 346$
Mon employeur a peu d’heures à m’offrir et je suis en attente d’un autre contrat. Malheureusement, je n’ai eu que deux jours de travail cette semaine.

Jour 20 | Des opportunités académiques | Mon avoir : 346$
Mon enfant s’est dépassé à l’école et on lui a offert une place dans une classe pour surdoués. Génial! Le seul problème, c’est que les matériaux scolaires y coûtent 50$. Je choisis de les débourser plutôt que de lui faire rater cette opportunité.

Jour 21 | L’honnêteté | Mon avoir : 296$
En marchant sur le trottoir, j’ai vu un passant échapper un billet de 10$. Plutôt que de les empocher, je choisis la voie de l’honnêteté et les lui remets.

Jour 22 | Un bris mécanique | Mon avoir : 296$
Ma voiture tombe en panne et pour la faire redémarrer, je dois absolument faire faire une grosse réparation dessus. Cela me coûterait 300$, que je n’ai malheureusement pas. Je choisis de demander à mon ami de regarder ça pour moi : il me la répare presque gratuitement.

Jour 23 | Ma vie sociale | Mon avoir : 291$
Des amis m’invitent à un concert gratuit, mais je ne peux pas me permettre de payer une gardienne (30$). Je décline donc l’invitation et resterai chez moi ce soir.

Jour 24 | Jour de paye! | Mon avoir : 413$
Mon grand-père vient de mourir et ses funérailles sont données à plusieurs états de chez moi. Je peux y aller en avion pour 350$, prendre quelques jours de congé et y aller en voiture, ou encore ne pas aller aux funérailles. Je choisis de prendre congé et d’y aller en voiture. Mauvaise décision : mes patrons ne sont pas conciliants et me donnent un premier avertissement. Au troisième, je perdrai mon emploi.

Jour 25 | Un accident | Mon avoir : 413$
En voiture, je glisse sur un pavé mouillé et accroche accidentellement une voiture stationnée, brisant son pare-chocs et un phare. Puisque le jeu ne prend pas en compte les assurances auto des différentes parties, je choisis de prendre la fuite, puisque les réparations coûteraient 550$. Diantre, je viens de commettre un délit de fuite!

Jour 26 | Laundromat | Mon avoir : 413$
Puisque je n’ai plus de laveuse-sécheuse et que je n’ai pas pu faire ma lessive depuis des semaines, je me résous à aller dans un laundromat. Cela me coûte 30$.

Jour 27 | Le stress et le tabac | Mon avoir : 383$
Mon niveau de stress grimpe dans les rideaux. Afin de ventiler, un ami m’offre une cigarette. J’accepte; le stress est l’une des principales raisons qui poussent les gens à commencer à fumer. Or, le tabagisme ne réduit pas vraiment le stress; ceci est un mythe, cependant largement véhiculé.

Jour 28 | Une rage de dents | Mon avoir : 383$
J’ai horriblement mal à une dent et je n’ai pas d’assurance dentaire. Me la faire réparer nécessiterait un traitement de canal, au coût de 400$. Puisque je n’ai pas ce montant, je me résous à utiliser un gel engourdissant.

Jour 29 | Une proposition dangereuse | Mon avoir : 383$
On m’approche au travail afin de me parler d’une potentielle association syndicale. Plutôt que d’ignorer ce collègue, je prends quelques minutes afin de discuter. Mon patron en entend parler et trouve une raison pour me mettre à la porte. Bien que cela soit illégal, cela arrive encore, et ce, plus souvent que l’on ne le croit; après tout, dans la vraie vie, ça nous est arrivé, à moi et d’anciens collègues. Me voici donc sans revenu.

Jour 30 | Des problèmes à l’école | Mon avoir : 383$
Mon enfant, vu ma précarité, fait partie de ceux qui ont des lunchs gratuits à l’école. Or, les autres enfants se moquent de lui à cause de cela et il menace de ne plus manger, le midi. Puisque je n’ai plus d’emploi et que je n’ai pas les moyens d’ajouter les lunchs à mon budget, je préfère avoir une bonne conversation avec lui et l’envoyer à l’école avec ses lunchs gratuits – quitte à ce qu’il ait faim.

Il semble qu’en me serrant la ceinture et en faisant les sacrifices nécessaires, j’aie réussi à passer à travers du mois! Cependant, je suis de nouveau sans emploi, j’ai dû commettre un délit de fuite, mon enfant a des difficultés à l’école et avec ses amis; il ne me reste que 383$, j’ai une rage de dents rafistolée à la va-comme-je-te-pousse avec du gel engourdissant, et mon loyer (760$) est dû demain.

Au Québec, le taux d’insécurité alimentaire avoisine les 15%. C’est encore pire à Montréal où près de 22% de la population vit dans cette insécurité. Et pour eux, ça n’est pas un jeu. 

Je milite pour la justice sociale, l’égalité et le féminisme – des synonymes à mes yeux. Ayant suivi une formation en arts visuels, je poursuis mes démarches en recherche sociologique et j’écris présentement un livre sur l’itinérance qui sera publié prochainement chez VLB.

Pour me suivre : c’est Sarah Labarre sur Facebook et @leKiwiDelamour sur Twitter.

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

« Restez à la maison » ça veut dire quoi pour ceux qui n’en ont pas ?

«La plupart des gens se disent : qu’on meure aujourd’hui ou demain, qui va s’en soucier?», lance Ray qui fait du bénévolat depuis […]

Dans le même esprit