Sauver des vies : la nouvelle façon de gagner à Fortnite

La Croix-Rouge s'attaque à la désensibilisation des « gamers ».

L’annonce a été faite en grande pompe au réputé rendez-vous des adeptes de jeux vidéo Penny Arcade Expo (PAX) à San Antonio, ce dimanche.

Trois des streamers de Fortnite les plus célèbres, Dr. Lupo, Lachlan et One Shot Gurl, ont inauguré publiquement un nouveau mode de jeu intitulé Liferun, où les joueurs doivent soigner des civils, reconstruire des infrastructures, déminer de larges étendues de terrain et distribuer de l’aide à la place de tuer leurs ennemis.

Le projet est une initiative du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) visant à sensibiliser cette communauté grandissante à leur travail en zone de guerre… et aussi aux répercussions d’un conflit armé en général. Ça a l’air quand même le fun:

Mais est-ce que ça va fonctionner?

C’est une excellente question. Personne ne pourra blâmer la Croix-Rouge de ne pas être assez ambitieuse dans ses communications. L’organisme est allé chercher un des véhicules les plus populaires et pertinents pour rejoindre les jeunes gamers. Elle leur offre un défi nouveau, excitant et (plus important encore) venant des concepteurs de leur jeu vidéo préféré, Epic Games

Une chose est certaine, ils auront l’attention de leur cible dans les prochaines semaines. 

Tuer quelqu’un dans un jeu vidéo, c’est aussi anodin que de mettre une vis dans un meuble IKEA dans la vraie vie.

Le problème auquel ils s’attaquent est cependant plus gros que Fortnite. Il est aussi plus gros que l’industrie du jeu vidéo. L’idée qu’on se débarrasse d’un problème en le criblant de balles et qu’on gagne à la vie en tuant ses ennemis est aussi vieille que les films westerns et complètement incorporée au discours culturel. 

Tuer quelqu’un dans un jeu vidéo, c’est aussi anodin que de mettre une vis dans un meuble IKEA dans la vraie vie. C’est une minuscule étape dans un processus rempli de minuscules étapes presque identiques. Il n’y a aucune conséquence émotive, morale ou même compétitive à commettre un meurtre. C’est ce que les joueurs sont censés faire. 

Fortnite, bien qu’extrêmement populaire, est également un drôle de véhicule pour cette campagne. L’esthétique du jeu s’apparente beaucoup à celle des dessins animés du samedi matin. C’est coloré, rigolo et les lois de la physique ne s’y appliquent pas du tout. Y être blessé n’implique qu’une perte de points de vie et y mourir ne signifie qu’un recommencement.

La Croix-Rouge parlera aux gamers avec Liferun, c’est clair. Se feront-ils entendre? C’est un tout autre débat.

La Croix-Rouge parlera aux gamers avec Liferun, c’est clair. Se feront-ils entendre? C’est un tout autre débat. On ne peut cependant qu’applaudir cette initiative visant à l’introduire dans la vie de jeunes personnes à un âge formateur, via un médium qui a un maximum de crédibilité à leurs yeux. Aussi longtemps qu’il y aura des organismes qui investiront agressivement dans le futur comme le CICR, je garderai foi en la possibilité que le monde change pour le mieux. 

À go, on s’en va jouer à Liferun, gang!

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

TikTok, porte-voix des jeunes autochtones

Comment la nouvelle génération amérindienne utilise la populaire plateforme pour dénoncer les conditions de vie de leurs communautés.

Dans le même esprit