Cathon

Sang d’encre  : Les cousines vampires

Les vampires, ça suce. Un constat qui peut mener à des échauffourées dépendamment de quel bord du spectre on se situe. De tous les habits de monstre qu’on peut revêtir à l’Halloween, c’est le costume de Dracula qui remporte haut la main la palme de celui le moins inspiré. Mais quelle est donc cette fascination pour le prince des ténèbres et pour les vampires en général ? On a tous eu ce sentiment de puissance en enfilant des crocs de plastique. Si nous avions juste pu nous transformer en chauve-souris, l’illusion aurait été totale ! Mais comme cela n’arrivera jamais, consolons-nous en jetant notre dévolu sur Les cousines vampires d’Alexandre Fontaine Rousseau et Cathon qui se veut un hommage aux vieilles séries B oubliées.

L’humain est programmé pour aimer la prévisibilité; ça nous rassure de savoir qu’on a saisi les codes et conventions. La même théorie se vaut lorsqu’on regarde un film d’horreur. On a beau voir venir les punchs, on en redemande !

L’humain est programmé pour aimer la prévisibilité; ça nous rassure de savoir qu’on a saisi les codes et conventions. La même théorie se vaut lorsqu’on regarde un film d’horreur. On a beau voir venir les punchs, on en redemande ! Eh ben, ça les auteurs l’ont bien compris. Les clins d’œil sont si gros qu’on s’en foulerait une paupière. Juste la scène d’intro où on aperçoit une voiture décapotable sillonner un chemin de montagne en route vers un village obscur et inhospitalier, c’est du bonbon ! Une jeune femme met une cassette dans le tape deck et chantonne du… S Club 7 ?

Toc Toc Toc.

Bonjour cousine aux yeux de lézard que je n’ai pas vue depuis l’enfance et qui habite seule dans la maison du diable (accords d’orgue accompagnés d’éclairs.) Comme tu as de grandes dents ! Ce n’est pas du tout étrange que tu me réclames à ton chevet out of the blue. Rester cloîtrée dans ce manoir depuis le trépas de ton père, le savant fou, n’a certes pas contribué à ta bonne santé mentale. C’est sûrement ce qui explique que tu lises ce livre de démonologie et ton aversion pour l’ail. By the way, c’est tout ce que j’ai pu trouver à l’épicerie du coin, de l’ail : frais, en confiture, en popsicles. Ils sont vraiment débiles ces villageois, ils ont même retenu les services d’un chasseur de vampires afin de se débarrasser de toi — maudits niaiseux. Tu n’es pas une créature de la nuit qui s’abreuve de sang, voyons !

Ombre menaçante qui grossit.

Blackout.

La fille est attachée au sol sur lequel est tracé un pentagramme entouré de chandelles et de crânes. Il va bien lui falloir se rendre à l’évidence que sa cousine est une disciple de Satan.

SPOILER ALERT !!!

Vous en avez presque craché votre popcorn hein ? En tout cas ça finit avec un rat mort et une des deux protagonistes qui n’est pas trop contente de son sort. Je ne vous dis pas laquelle.

La définition moderne du vampirisme, c’est quoi au juste ? Un être parasitaire. Une personne avide d’argent et de pouvoir, qui s’enrichit en exploitant les autres. Sus à l’ennemi qui suce nos économies et notre joie de vivre ! Et n’oubliez pas d’aller voter aux prochaines élections, ok ?

+++

La bédé Les cousines vampire, dessin : Cathon / scénario : Alexandre Fontaine Rousseau, est publiée aux éditions Pow Pow

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up