Salut les gens

Cher toi (internautes, Lise Ravary, Sophie Durocher, Denise Bombardier) qui m’intimides (oui, tu m’intimides) depuis deux jours.

Ça va? Moi, ça va, pas pire chill.

Pourquoi, t’insurges-tu de ma tenue? Pourquoi ressens-tu le besoin si puissant de m’envoyer chier, de me traiter de grosse, de me dire que j’ai pas de classe, pas de talent, de me parler de manque de RESPECT (envers l’industrie, envers mes “fans”, envers le mot GALA [je savais pas que le mot gala avait des sentiments]), de remettre en question la décision de l’ADISQ, la relève musicale au Québec et l’avenir de la jeunesse? Pourquoi tu me hais autant?

Parce que j’ai PAS porté une robe, parce que j’ai mis un t-shirt (magnifique, ok?), parce que j’ai mis des jeans, parce que j’ai dit fuck (trois fois), parce que j’ai fait une joke à ma soeur pis je l’ai traitée de GROSSE CONNE devant tout le Québec.

Parce que je suis une femme.

Parce que j’ai été moi-même.

Moi-même criss, Safia Nolin.

La personne que je suis devenue après tout le caca, après des années d’intimidation tellement violente que j’ai dû aller à la police et changer d’école 7 fois, S A F I A. Pas Sofia, pas Sonia, SAFIA. 

J’ai 24 ans pis j’ai décidé de dire non, y’a absolument rien qui va changer qui je suis. Je me suis dit non, je ne costumerai pas la personne que je suis parce que je suis fière d’elle. Je me suis dit oui, je suis une femme et je peux faire ce que je veux. Et je souhaite à TOUS LES HOMMES ET FEMMES ET AUTRES DE CE MONDE DE SE SENTIR COMME ÇA.

Je veux faire ce que je veux et je vais faire ce que je veux parce que j’ai le droit.

Tous les hommes, incluant Gerry Boulet, qui ont foulé le goddamn tapis rouge de l’ADISQ depuis sa création, qui se sont assis dans la salle, qui ont récolté des prix, qui ont fait des speech et des performances en jeans et en t-shirt avaient aussi le droit.

Sauf que la différence est là.

Parce que j’ai un vagin, ÇA. NE. PASSE. PAS.

Ça crée PAS de controverses quand Jean Leloup porte une casquette, tout le monde reste calme quand Philippe Brach porte son beau t-shirt de Trip de bouffe, personne vire de char sur Ste-Catherine, quand il sacre trois maudites minutes avant que je dise criss pis fuck. La rivière Chaudière est encore dans son lit, la vie continue.

J’ai reçu des messages qui me parlent de comment je suis l’exemple d’une mauvaise femme, une idiote, une reine de la stupidité, une honte pour les femmes et pour le Québec en général. Des messages qui parlent de mon hygiène corporelle, de mon poids, de mes cheveux. De la mauvaise influence que j’exerce potentiellement sur les jeunes, de ma laideur, de non-talent, de non-mérite, de non-légitimité.

Ça me rend tellement triste que ce soit majoritairement des femmes qui m’envoient ça. Mesdames, sortez vous la tête du sable de votre cul et faites ce que vous avez envie de faire à la place d’être enragées contre celles qui se sentent libres de le faire.

Arrêtez de m’écrire, sortez prendre l’air, écrivez des tounes, achetez-vous un nouveau bike, faites du yoga, du hiking, de la construction, du sport, achetez-vous un chien, faites un sudoku, jouez à Catane (wow), lisez Harry Potter (double wow), mais arrêtez d’intimider les gens sur Internet.

Il y a pas de différence entre ce que vous faites et L’INTIMIDATION. C’est du bullying pur et simple et ça, c’est non. C’est non dans les écoles, les milieux de travail, la rue ET SUR INTERNET. Il y a pas de différence entre Safia l’artiste et Safia la personne. Il n’y a pas de différence entre recevoir ces commentaires en tant qu’artiste et recevoir ces commentaires en tant que personne. 

Le Québec, assouplis-toi.

Sois moins dur envers ton voisin, tes artistes et ta culture, mais surtout, tes femmes.

Si t’es pas capable de m’avaler de même, je souhaite vraiment qu’un jour tu prennes une énorme gorgée d’ouverture d’esprit pour que ça passe. Je sais que tu l’as encore dans gorge pis je sais que c’est difficile, mais ça va venir, j’espère, un jour.

Les filles,

Brisez les criss de murs et barrières de ce monde.

Avec amour, respect et un t-shirt de Gerry Boulet,

Safia Nolin.

P.S.:

Cher toi qui m’appuies depuis 2 jours, 2 semaines, 2 mois, 2 ans: MERCI, JE T’AIME TELLEMENT.

Du même auteur