Qu’on l’aime ou non, Trump a raison

Éric explique pourquoi l'assassinat de Soleimani est une bonne chose.

Nous souhaitons tous un monde paisible, sans guerre.

L’escalade actuelle de ripostes entre les États-Unis et l’Iran inquiète n’importe qui de sensé.

La hausse du prix du pétrole insécurise financièrement tout le monde, sauf quelques éco-radicaux.

Nos élites locales détestent unanimement le président américain, Donald Trump.

On suspecte tous, en année électorale, l’agenda guerrier d’un politicien en quête d’un second mandat.

Cela étant dit, ces prémisses ne justifient pas pour autant de se rallier derrière le régime iranien.

L’assassinat du général Qassem Soleimani devrait réjouir plutôt qu’attrister.

L’assassinat du général Qassem Soleimani devrait réjouir plutôt qu’attrister. Le fait de tenir tête à la théocratie chiite de Téhéran devrait aussi nous rassurer pour la suite des choses.

Ces derniers mois, des manifestations en sol iranien se sont multipliées comme jamais contre le régime obscurantiste au pouvoir depuis la révolution islamique de 1979.

Selon Reuters, au cours des deux dernières semaines de novembre seulement, plus de 1500 manifestants furent sauvagement abattus par les forces de l’ordre. 7000 autres furent arrêtés et détenus. 

L’internet aurait même été complètement coupé pendant plusieurs jours afin de ralentir ou d’empêcher la diffusion de l’information et d’éliminer la possibilité d’organiser l’opposition. 

En Irak, des manifestants, comprenant plusieurs Chiites, dénoncent depuis des mois l’emprise du gouvernement iranien sur leur pays. Eux aussi ont été réprimés dans le sang et leurs victimes se compteraient par centaines. 

Qassem Soleimani, le chef des forces spéciales iraniennes al-Qods, était, en partie, le bras armé et sanguinaire qui réprimait la liberté d’expression des Iraniens et menaçait les alliés étrangers des dissidents. On est loin du héros adulé de tous, tel que décrit ces jours-ci par certains.

Des funérailles à la sauce hollywoodienne

D’ailleurs, ne vous laissez pas distraire par les images de marée humaine venue assister aux funérailles du militaire tué, où une cinquantaine de personnes auraient été piétinées. 

Les employés de l’Etat et les étudiants étaient vraisemblablement forcés d’être présents et de scander « Mort à l’Amérique! » Oubliez le deuil national spontané. Pensez plutôt à une mise en scène hollywoodienne.

Les médias iraniens comptent parmi les plus politiquement contrôlés de la planète. Tous les rassemblements publics permis en Iran doivent soutenir le régime en place, sans quoi vous êtes tués ou emprisonnés.

Les médias iraniens comptent parmi les plus politiquement contrôlés de la planète. Tous les rassemblements publics permis en Iran doivent soutenir le régime en place, sans quoi vous êtes tués ou emprisonnés.

Comme l’a si bien écrit la journaliste et militante féministe iranienne Masih Alinejab: « The regime is not taking any chances, though. In the city of Ahvaz, where large numbers of people turned out to mourn Soleimani, the government has forced students and officials to attend. It provided free transport and ordered shops to shut down. According to videos sent to me by people inside the country, the authorities are making little kids write essays praising the fallen commander. »

Les médias iraniens comptent parmi les plus politiquement contrôlés de la planète. Tous les rassemblements publics permis en Iran doivent soutenir le régime en place, sans quoi vous êtes tués ou emprisonnés.

Même les familles des victimes des récentes répressions n’ont pu se regrouper pour pleurer leurs enfants disparus.

La tyrannie du régime s’attaque également aux gais et lesbiennes. La peine de mort attend celui ou celle qui s’adonne aux plaisirs de la chair avec une personne du même sexe. 

Des leçons de courage

Depuis plus de cinq ans, des femmes se battent contre l’obligation de porter le voile islamique. Tous les mercredis, des courageuses se prennent en photo « cheveux au vent », afin de défier le régime.

Alors que les nouvelles technologies permettent d’informer davantage la population et de défendre les libertés individuelles fondamentales, le nombre de dissidents se multiplie. Ces adversaires politiques et idéologiques s’expriment de plus en plus fort.

Pour tenter de taire cette dissidence, détourner l’attention et rallier la majorité de son côté, Téhéran a choisi de s’attaquer à des cibles traditionnelles et faciles: les Américains et les juifs. Depuis plusieurs mois, le régime provoque et cherche l’affrontement.

Ne tombez pas dans le piège tendu par les dictateurs religieux iraniens! Ne devenez pas leurs idiots utiles!

Personne parmi les dirigeants mondiaux n’osait, au cours des dernières années, tenir tête à l’Iran, en raison de sa puissance grandissante dans la région. Ça ne pouvait plus continuer. Tôt ou tard, l’Occident doit envoyer un signal fort et soutenir les opposants au régime afin d’assurer la paix à long terme et d’espérer une démocratisation au Moyen-Orient, ailleurs qu’en Israël.

La dictature iranienne se bat présentement pour l’islamisation et contre la démocratie et le libre marché.

Il est d’ailleurs assez ironique de constater que le cadavre de Soleimani ait été transporté dans une Chevrolet, entouré de dirigeants portant des lunettes fumées Ray Ban, le tout filmé par les iPhones de gens présents.

Ne voyez-vous pas l’imposture?

Oublions les divisions gauche-droite, mettons de côté votre haine viscérale de Trump. Célébrons plutôt notre diversité, nos valeurs communes et notre liberté.

Si nous soutenons véritablement la démocratie, l’égalité homme-femme, un état laïc, une libre circulation des biens et des personnes, tout en respectant les droits des LGBT et autres minorités, nous devons tous nous ranger aujourd’hui derrière le commandant politique du monde libre, The Donald.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Qu’on l’aime ou non, Trump a raison

Éric explique pourquoi l'assassinat de Soleimani est une bonne chose.

Dans le même esprit