Qui a besoin du plan Nord ?

Jean Charest, dans sa grande fatuité, nous tartine depuis de longs mois avec les bienfaits de son Plan Nord comme si c’était du caviar biologique alors que c’est du beurre de peanut industriel.

S’est-il déjà demandé si nous avions vraiment besoin de son plan pour être heureux?

À qui vont profiter les dépenses abyssales qu’il va engager à nos frais afin de permettre à des gros camions étrangers d’accéder aux terres sauvages du Grand Nord pour les vider de leur substance?

Qui va se payer la traite avec les fabuleuses richesses arrachées au sous-sol miraculeusement préservé de nos grands espaces encore vierges?

On ne se nourrit pas de cailloux, de minerais, de route d’asphalte, de chantiers, d’uranium…

Ce dont les Québécois ont besoin, c’est d’air, d’eau, de nourriture, de rêves. Et de divertissement bien sûr. Mais ça, TVA s’en occupe.

Si le Nord était le Las Vegas des contribuables qu’on essaye de nous faire miroiter, on ne nous demanderait pas de nous serrer la ceinture jusqu’au dernier cran, on fouterait la paix aux étudiants et on ne nous imposerait pas taxes sur taxes sur taxes sur taxes.

Les experts, quand ils ne sont pas engagés à dire ce que Jean Charest pense, estiment que les dépenses du Québec seront plus grandes que les redevances qu’il en retirera. De là à dire que Jean Charest a perdu le Nord, il n’y a qu’un jeu de mot facile que je me retiendrai de faire.

Si ce n’est ni vous ni moi, qui va tirer les immenses profits de ces territoires si éloignés du Dix-30 qu’on ne peut même pas y aller en auto?

Si ces richesses nous appartiennent, pourquoi ce sont d’autres qui vont les mettre dans leur compte en banque?

Avec tous les milliards que le gouvernement Charest s’apprête à jeter par nos fenêtres pour dérouler le tapis rouge d’asphalte afin d’attirer les multinationales étrangères, ne pourrait-on pas faire d’autres choses? Améliorer l’enseignement? Investir dans l’agriculture? Lancer un Plan Sud, où les Québécois vivent? Se doter de véritables énergies alternatives? Faire de nos routes et de nos transports, de véritables modèles d’avenir durables, efficaces, mobiles? Construire les prisons que Stephen Harper nous impose? (heu, non , ça c’est une blague)

Le Plan Nord pose plus de questions qu’il ne donne de réponses.

Heureusement, le 22 avril, on se prépare un printemps québécois pour remettre les pendules à l’heure, les priorités dans le bon ordre et le gouvernement du Québec à sa place.

Vous y serez? Ça c’est une question à laquelle vous pouvez répondre sans demander l’aide de Jean Charest.

Lien: 22avril.org

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Lettre à Francine Pelletier : les femmes trans méritent le même respect – et la même rigueur journalistique – que les autres

Réponse à la chronique de Francine Pelletier du 11 décembre dernier dans le Devoir.

Dans le même esprit