Présidentielle française : les partis et les gaffes des candidats

Quand la France organise son combat de coqs

Dans moins de 55 jours, la France élira son nouveau Président de la République. Et même si la campagne de Trump et Clinton a été passionnante à suivre avec un résultat des plus inattendus, en France on n’a pas le temps de se reposer non plus!

Comme 43 millions d’électeurs français, il est de mon devoir de m’intéresser aux différents programmes pour faire mon choix le jour du vote.

Mais en ce moment, cette campagne est devenue une telle parodie de la vie politique que j’avais envie d’y aller de la mienne pour présenter les différents partis en course et montrer que suivre la présidentielle française est aussi l’fun que de suivre Trump sur twitter !

Républicains (LR) avec François Fillon.

Pour une France irréprochable (mais pas son dirigeant).

Le parti : L’idéologie de ce parti est assez proche de son homologue américain. Il représente par tradition, le patronat et les classes sociales aisées. Ceux qui défendent le schéma classique de la famille (Papa/Maman/les enfants/Le chien et papa qui trompe maman avec la bonne). Mais là où ça coince, c’est que le candidat du parti Des Républicains (oui on dit comme ça en France) François Fillon se retrouve au centre d’une affaire de fraude d’argent public depuis quelques semaines.

La gaffe :Sa femme et ses enfants auraient touché un total de presque un million d’euros (soit plus d’un million de dollars canadiens) sur trente ans en tant « qu’attachée parlementaire de son mari », poste qu’elle n’aurait jamais occupé, car bien trop investie dans sa « mission » d’épouse et de mère de famille dévouée. Ses enfants auraient été employés comme « assistants ». Alors depuis le début de cette affaire, le parti enregistre de nombreuses défections. Point positif: même si leur parti est similaire, Monsieur Fillon est très loin du personnage grand-guignolesque de Donald Trump! On le surnomme Droopy, c’est dire! 

Front National (FN) avec Marine Le Pen

La famille « anti-système »

Le Parti :  Le parti d’extrême droite dont le programme tient à peu près en une seule ligne: ce n’est pas notre faute, c’est les étrangers! Depuis le début de la campagne, ce parti capitalise sa victoire sur la peur: peur du terrorisme, peur du chômage, peur de l’Europe, peur des étrangers, etc… Avec à sa tête Marine Le Pen, l’équivalent français de Donald Trump (bleu, blond et rouge), qui se réclame aussi être le candidat anti-système et qui a tout simplement succédé à son père à la présidence du parti et dont le mari est vice-président et la nièce a été élue députée à seulement 22 ans. Normal!

La gaffe : Daisy Duck donc, qui se vexe et dément quand on lui reproche d’être raciste a reçu fin février le soutien du sympathique David Duke, un ex-chef du tristement célèbre Ku Klux Klan. Ce n’est pas tout, le même mois (un peu avant cette annonce gênante) Marine Le Pen se retrouvait déjà empêtrée dans une affaire de détournement d’argent public (encore une histoire d’attaché parlementaire) et elle refuse de se rendre aux convocations de la Police avec un argument de poids: elle n’a pas envie d’y aller!

Bonus: Prenons un moment pour se rappeler l’échange savoureux entre Le Pen et Anne-Marie Dussault.

Parti Socialiste (PS) avec Benoit Hamon

Seul au monde, mais sans Tom Hanks

Le parti : Équivalent du parti Démocrate américain, le Parti Socialiste (PS) représente la politique du gouvernement actuel. Il propose logiquement des trucs de socialistes comme la légalisation du cannabis ou le revenu universelÀ la tête de ce parti, il y a un type tout banal, Benoit Hamon, que tu le croiserais dans la rue que tu ne saurais même pas qu’il est candidat à la Présidence de la République Française!

Rien à voir avec le flamboyant Justin Trudeau! Lui, à l’inverse des précédents se fait discret dans les médias et il ne fait pas de vagues, mais alors pas du tout, même pas un petit remous. Aussi transparent qu’une méduse!

La gaffe : considéré trop de gauche par les ténors du Parti Socialiste (oui oui, ceux qui sont censés être de gauche et le soutenir), Benoit Hamon est comme Garou « seul au fond de son parti ».

En Marche! (EM) avec Emmanuel Macron

C’est notre projeeeeeeeet !

Le parti: C’est le parti centre/gauche et toute la communication d’En marche! est centrée sur son leader Emmanuel Macron (je vais y venir). En gros, il a mélangé des vieilles idées de gauche et de droite et nous ressort tout ça façon Steve Jobs dans ses meetings pour faire croire que c’est moderne! Véritable jumeau maléfique de Benoit Hamon, il se comporte comme le préféré de la fratrie.

Sûr de lui, cet ancien banquier et fondateur du parti (les initiales EM, vous avez capté?) s’impose aux yeux de ses partisans comme un véritable guide spirituel et agit comme tel lors de ses discours. Il s’est d’ailleurs brisé la voix lors de l’un d’eux en hurlant « parce que c’est notre projeeeet » ce qui est très vite devenu un meme sur internet. Je vous laisse apprécier l’original et chercher les parodies.

https://www.youtube.com/watch?v=rfuwy1jiJEQ

La gaffe: Le mec a lancé son parti politique et s’est déclaré candidat à la Présidence de la République alors qu’il était toujours Ministre des Finances du gouvernement socialiste sans attendre de savoir si le Président en place François Hollande allait se représenter. Celui-ci a finalement décidé de ne pas être candidat à sa propre succession au profit de son premier ministre Manuel Valls… qui a été éliminé à la primaire de la Gauche, les militants lui préférant le Benoit Hamon. (Pour ceux qui ont mal à la tête, j’ai des cachets).

Le Parti de Gauche (PG) avec Jean-Luc Mélenchon

Hastà la revolucìon!

Le Parti : Enfin camarades, c’est le parti d’extrême gauche qui s’appelle le Parti de gauche (PG). Ici, on est très proche du communisme à la Che Guevara: partage des richesses, universités gratuites, nationalisation des grandes entreprises françaises, et la finance et les patrons, c’est rien que des méchants! Son leader (même si tout le monde est censé être à égalité) est incarné par Jean-Luc Mélenchon, un homme aux cheveux grisonnants qui milite depuis des années en faveur des ouvriers et qui a toujours gardé ses convictions et ses idées (oui toujours, les mêmes depuis plus de trente ans.)

La gaffe: Alors ce n’est pas vraiment une gaffe, même si ça a fait beaucoup de mal à certains d’entre nous: Le 5 février dernier, Jean-Luc Mélenchon, a présenté son programme dans deux villes à la fois (Paris et Lyon) en même temps! Comment? Avec un HOLOGRAMME! Oui, comme dans les Guerres des étoiles!

On a tous en tête ce message de la princesse Leïa apparaissant en trois dimensions dans une couleur bleutée translucide avertissant la rébellion du danger que représente l’empire totalitaire. Et bien 40 ans plus tard, quand cette technologie est ENFIN mise au point, c’est le représentant du parti d’extrême gauche qui voudrait instaurer en France un régime semblable à celui de Cuba qui est le premier à s’en servir!

Je n’ai abordé ici que les « gros partis » et déjà, à l’image des 66 millions de Français, je suis épuisé par cette folle campagne présidentielle, mais le jour venu, je vais quand même aller voter, car voter c’est faire vivre la démocratie.

Pour lire un autre texte de Pascal Collini-Sain: «Les bands français émergents à surveiller en 2017».

Originaire de Corse, amateur de musique et de bon rhum, il est autant passionné par l'un que par l'autre.

Du même auteur