Portraits de trans*

Le film “Une nouvelle amie” arrive sur nos écrans, et pour réfléchir à la question de l’identité de genre qui est au cœur de l’intrigue (c’est dans l’air!), on a demandé à nos amis de Portraits de Montréal de rencontrer des personnes transsexuelles et de nous parler de ce qu’ils et elles ont vécu et de ce qu’ils et elles vivent encore, au quotidien. On vous présente cette semaine cinq d’entre elles, qui ont bien voulu nous raconter leur histoire.

Elizabeth

“Depuis que je suis jeune, j’ai toujours été attirée par les truc féminins : les ongles, jouer avec des Barbie,… Mais j’ai pas eu un genre de crise ‘Oh mon Dieu, il faut que je devienne une femme.’ Ça s’est plus développé vers la fin de l’adolescence je dirais. Les filles sont de plus en plus féminines, je faisais de grosses crises et je ne savais pas pourquoi. Je m’isolais beaucoup, je montrais aucune émotion, j’étais quelqu’un de très froid. Pis c’est quand je suis arrivé à Montréal que je me suis dit fuck it, je vais m’habiller comme je veux, être qui je veux. À mon job je suis tombée dans une équipe très ouverte qui m’a poussé à essayer, à explorer. Pis ça commence à être lourd, vivre en société quand t’es un homme qui s’habille en femme. À un moment c’est devenu trop lourd, j’ai eu des remarques homophobes dans mon quartier, je me sentais plus vraiment en sécurité. Je suis allée voir mon patron et son assistante pour leur demander des conseils, et ils m’ont dit ‘Pour nous t’es vraiment une femme.’ Ça a été comme un déclic, j’ai beaucoup réfléchi, pis je suis retournée les voir et j’ai dit ‘Je pense que je vais le faire’. Depuis le 1er mai, je m’affirme en tant que femme.”

“C’est vraiment plus dans ta tête que tout change, tu deviens vraiment une nouvelle personne. T’apprends à te redécouvrir, c’est une renaissance pour vrai. C’est un apprentissage à chaque jour. Des up and down émotionnels que t’as jamais eu à gérer avant. Des raisonnements de femme illogiques. Tu brailles pour rien, tout t’énerves. Les hormones c’est très dur. Je suis tombée en dépression, idées suicidaires pendant plusieurs mois. Je suis même rentrée à l’hôpital parce que je suis passée proche de me suicider. Le plus dur je dirais que c’est les relations amoureuses. J’ai été sur plusieurs sites de rencontres, et je pouvais recevoir jusqu’à une vingtaine de messages à l’heure. C’est des hommes qui vont s’intéresser à toi parce qu’ils ont le fantasme d’une femme avec un pénis. C’est des hommes qui vont te traiter en objet ; des hommes mariés, des hommes avec des enfants, avec des blondes. Et toi t’es comme ‘Ben moi je cherche l’amour’. Il y a beaucoup de trans qui tombent dans la prostitution parce que c’est extrêmement payant, et parfois ils vont repousser l’opération parce qu’ils font trop d’argent. Tu t’empêches quasiment de devenir toi-même. Moi quatorze jours après mon annonce officielle de changement de sexe, j’ai rencontré un homme avec qui je suis en couple depuis un an. C’est vraiment important de se sentir aimée, surtout par quelqu’un qui m’accepte comme je suis.”

Revenez demain pour un nouveau témoignage.

“Une nouvelle amie” prend l’affiche vendredi! Voyez la bande-annonce:

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up