Pornographie bio et éthique

Depuis que la porn existe, la société oscille périodiquement entre « la porno n’existe pas » et « la porno est responsable de tous les maux et corrompt notre jeunesse, non mais franchement, faites-moi fermer ça ces sites XXX-là »… En ce moment, c’est le retour de la haine.

De un, les journalistes québécois découvrent les uns après les autres que l’une des plus grosses entreprises mondiales de porno prend ses quartiers à Montréal, en face de l’orange Julep (lol).

De deux, alors qu’on dénonce enfin la culture du viol, le flou plane encore sur les cours d’éducation sexuelle dans les écoles. À date, on a: un projet pilote, quelques heures ici et là où les enfants apprennent qu’ils vont probablement mourir du SIDA s’ils couchent avant le mariage, et des parents qui se chicanent à propos du niveau de chasteté des oreilles de leurs petits trésors…

Au final, les petits trésors sont tous sur Youporn parce que c’est la seule façon de répondre à leurs vraies questions existentielles: « Est-ce que quelqu’un va bien vouloir coucher avec moi même si je suis moche? » et « Ça veut dire quoi « fister »?? »

Inutile d’écrire en commentaire que vous ne mangez pas ce pain-là, TOUT LE MONDE regarde des vidéos cochonnes de temps en temps. C’est se mettre la tête dans le sable que d’ignorer volontairement la moitié d’internet consacrée à la porno (l’autre moitié étant consacrée aux chats, comme chacun sait).

Cependant, les détracteurs de la porno ont des arguments valides; tout n’est pas rose au pays des MILFs en folie. La porno est ultra-patriarcale, la porno n’est pas éthique, la porno ne paie pas ses impôts.

Et moi, j’aimerais ça pouvoir « passer du temps de qualité avec moi-même » sans être tiraillée par des dilemmes moraux.

Voici donc une liste de recommandations et souhaits personnels que je jette dans une bouteille à la mer. Si les dieux de la pornographie m’écoutent, qu’ils exaucent ma prière, svp.

Du réalisme

Certes, la porno représente des fantasmes qu’on ne voudrait pas forcément reproduire. La majorité des gens cherchent l’excitation suffisante pour se soulager vite fait bien fait, après une longue journée de travail. On doit doubler les facteurs visuels et auditifs puisque les gens à la maison sont privés des facteurs « odeur » et « chaleur humaine ». On se retrouve avec des seins et des pénis gargantuesques, et des madames qui hurlent de jouissance à s’en faire des ACV. Il faut fouiller activement et ardemment dans les recoins des moteurs de recherche pour trouver un semblant d’amateurisme et de normalité. S’il est vrai que plus on consomme de pornographie, plus on y devient immunisé, alors ça serait le fun que les débutants aient accès plus facilement à des choses plus simples. C’est quand même drôle qu’à 13 ans la plupart des gens aient déjà aperçu des vidéos porn alors qu’ils sont encore vierges. Imaginez leur surprise la première fois qu’ils s’essaient.

De la diversité

Ça va avec le point précédent. On dirait qu’en porno, dès qu’on veut voir quelque chose qui n’est pas rose, musclé, gros et glabre, on passe de l’autre côté du miroir. Tout ce qui n’est pas la majorité devient un fétiche niché qui implique des relations de pouvoir tordues.

Tu veux voir une touffe adulte pour faire changement des organes génitaux rasés juvéniles? Ça sera dans la section « personnes âgées » ou « rétro ». Tu voudrais pouvoir t’identifier à une personne en situation de handicap? Elle est traitée comme un objet! Un homme asiatique? Il y a de la petite musique de spa qui joue et le monsieur est éjaculateur précoce! Sur la toile, il existe déjà plus de vidéos de sexe hétéro blanc à forte poitrine, qu’il y a d’étoiles dans l’univers. Alors calmez-vous les nerfs et variez donc un peu les plaisirs !

Laissez-en un peu aux femmes

De plus en plus de sites internet tentent de s’attaquer au marché féminin. Ils garantissent du contenu de qualité avec des femmes fortes et du romantisme. Mais sérieusement, pourquoi payer un abonnement alors qu’il y a déjà tant de vidéos gratuites? Pourquoi se taper du vent dans les cheveux et des petites étincelles, parce que c’est soi-disant ce que les femmes veulent? D’après mes recherches (pas scientifiques, mais honnêtes), les femmes hétéros veulent du contenu aussi varié que les hommes. Elles écouteront les mêmes affaires, à la différence près qu’elles aimeraient voir la face et le corps du gars de temps en temps. Et surtout, elles aimeraient l’entendre et constater qu’il a, lui aussi, du plaisir. Des vidéos pour tout le monde, où tout le monde prend son pied sans que ça fasse peur aux spectateurs masculins hétéros, ça me rendrait très heureuse. Parce qu’on est en 2016.
*Et pour les femmes pas hétéros, des vidéos de lesbiennes qui ne s’adressent pas qu’aux hommes…svp?

Une industrie éthique

J’aimerais pouvoir consommer de la porn sans avoir peur de tomber sur des gens qui sont exploités, qui souffrent, qui sont drogués ou qui ont peur d’attraper des maladies. Est-ce que ce serait trop demander que les acteurs aient tous de bonnes conditions de travail? Les actrices d’Europe de l’Est sans contrat de travail, le Revenge porn illégal, les tours de passe-passe pour éviter les lois sur les préservatifs et la sécurité, les acteurs drogués qui ne font pas semblant d’avoir mal, ça existe. Dieux de la pornographie, arrêtez-moi ça tout de suite! Il n’y a rien qui justifie que parce qu’on touche à la sexualité, tout est permis. Les gens qui revendiquent le droit de se masturber en voyant du monde souffrir, pour vrai devraient consulter un psychothérapeute. Les gens qui produisent ce genre de contenu devraient prendre un moment pour réviser leurs choix de vie.

Et bordel de merde, payez vos impôts! Encore une fois, ce n’est pas parce que c’est l’industrie du vice que les lois ne s’appliquent pas.

Je sais. Matante Lucie est bien utopiste de vouloir coller des valeurs à une industrie aussi « amorale ». Il y a beaucoup trop d’argent en jeu pour que quoi que ce soit change. Cela dit, je pense que le fil conducteur de mon petit rêve, c’est qu’on entre enfin dans le XXIe siècle et qu’on arrête d’avoir peur de la sexualité. Même quand elle est laide et épeurante. Comme ça, on pourrait enfin avoir une industrie porno plus transparente et donc plus éthique. Je crois sincèrement que moins on aura peur du sexe, moins les gens refouleront leurs désirs bizarres et moins il y aura de violence sexuelle. Amen.

PS J’aimerais juste partager avec vous le fait que cette semaine, ma mère m’a annoncé qu’elle avait découvert mon nom de plume et le blogue sur lequel j’écris. C’est donc en son honneur que j’ai décidé de parler de pornographie aujourd’hui. Allo m’man ! Je m’excuse !

Et vous, qu’en pensez-vous? Avez-vous d’autres rêves pour une meilleure pornographie? Préféreriez-vous que je vous laisse pour tripoter en paix? Connaissez-vous des safe spaces de porno bio et éthique?

Pour lire un autre texte de Lucie Piqueur: « Le féminisme tout-nu, qu’ossa donne? »

document.getElementById('ShopifyEmbedScript') || document.write('');

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

La peur de « l’autre »

Plaidoyer pour la nuance et la diversité culturelle.

Dans le même esprit