On passe de plus en plus sous le bistouri

« Pas dans ma face » semblent pourtant dire nos lecteurs.

La chirurgie esthétique, autant non invasive que plastique, est un sujet qui fait beaucoup jaser, comme en témoigne le dernier épisode de Zone franche. Dans le monde, on estime d’ailleurs que cette industrie connaît une croissance de 8% par année. C’est pas rien.

Depuis quelques années, elle devient non seulement de plus en plus populaire chez les hommes, qui constituent désormais 15% du nombre d’interventions, mais les 18-34 ans alimentent considérablement cette industrie alors qu’ils représentent 30% à 40% de la clientèle.

Nous étions curieux de savoir si nos lecteurs faisaient partie de cette statistique. Dans un sondage Instagram non scientifique qui a quand même récolté plus de 1000 réponses, on découvre que seulement 3% ont déjà eu une intervention esthétique non invasive comme du Botox et des agents de comblements. Cette statistique augmente à 4% lorsqu’on parle de chirurgie plastique, comme une augmentation mammaire et une rhinoplastie.

Constat, très peu de nos lecteurs semblent être passés sous le bistouri.

Des tabous encore présents

Cela dit, 26% d’entre eux le feraient s’ils avaient la certitude que personne ne le saurait dans leur entourage. Signe que la chirurgie esthétique est encore peu acceptée socialement.

Nos lecteurs évoquent des raisons comme «se sentir mieux dans leur corps», «l’estime personnelle», «la symétrie» et «correspondre à l’image que la société véhicule» pour expliquer ce qui les pousserait à changer leur apparence physique, que ce soit une réduction mammaire, une liposuccion ou un lifting du visage, pour ne nommer que ces interventions.

Cette année, plus de 23 millions d’interventions esthétiques seront pratiquées à travers le monde. Si, pour certains, elle aide à la confiance en soi, d’autres considèrent que c’est un risque pour la santé à ne pas prendre.

Pour entendre le choc des opinions sur cette industrie qui est en constante croissance au Québec, écoutez le dernier épisode de Zone franche ici.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Lettre à Francine Pelletier : les femmes trans méritent le même respect – et la même rigueur journalistique – que les autres

Réponse à la chronique de Francine Pelletier du 11 décembre dernier dans le Devoir.

Dans le même esprit