« On Becoming a God in Central Florida » : une série américaine où brillent Théodore Pellerin et Kirsten Dunst

Quoi regarder en rafale ce weekend.

Diffusée sur Showtime et sur Crave depuis la fin de l’été dernier, On Becoming a God in Central Florida est une série américaine produite par nul autre que Georges Clooney. Elle met en vedette une Kirsten Dunst révoltée et un Théodore Pellerin sous l’emprise du culte des produits FAM, un schème pyramidal à la fois crédible et poussé à l’extrême. Tantôt absurde, tantôt dramatique, On Becoming a God in Central Florida sort des sentiers battus tant dans le fond que dans la forme. Si vous avez envie d’une série originale, vous ne serez pas déçus. 

L’histoire

Comme l’indique son titre, l’action nous amène au centre de la Floride dans une communauté conservatrice qui rêve de liberté et de richesse. Le premier épisode nous présente Travis (Alexander Skarsgard), un représentant FAM obsédé par sa performance qui croit être sur le point d’atteindre un nouvel échelon de la pyramide du fameux « Garbo system ». Mais en vérité, il est fauché.

Complètement désabusée de FAM et du Garbo System, sa femme Crystal (Dunst) devra faire preuve d’ingéniosité pour assurer de garder un toit au-dessus de leur tête. Placé au-dessus d’eux dans la pyramide, Cody Bonar (Pellerin) fera tout pour que Crystal continue de travailler pour FAM. Après tout, le succès de ceux qui sont en haut dépend de ceux qui sont en bas. Comme quoi, le Garbo System ne diffère pas tant du capitalisme ordinaire. 

Le rêve américain ridiculisé 

FAM maîtrise l’image du succès sans toutefois en être la clé. Tout n’est qu’apparence. Le bonheur attire le bonheur, dit-on. L’argent aussi. Plus vous êtes haut dans la pyramide, plus vous devez avoir des biens matériels qui témoignent de votre succès financier. Ainsi, vous motivez vos troupes qui veulent vous ressembler à tout prix. En secret, tout le monde s’endette pour maintenir l’illusion d’une richesse abondante. 

Tout n’est qu’apparence. Le bonheur attire le bonheur, dit-on. L’argent aussi. Plus vous êtes haut dans la pyramide, plus vous devez avoir des biens matériels qui témoignent de votre succès financier.

Tour à tour, ils se disent que c’est normal d’être encore pauvres, qu’une fois l’échelon supérieur atteint, tout va bien aller. Personne ne se doute que le sommet de la pyramide n’existe pour personne d’autre que celui qui l’occupe déjà. À travers FAM, les créateurs série Robert Funke et Matt Lutsky tirent le rêve américain dans la boue. 

La voix de la raison passe à travers certains personnages savoureux comme celui de Bets Gomez (Beth Ditto), une mère de famille mariée à Ernie, un homme secrètement dépressif qui tombe sous l’emprise de FAM. « Pourquoi on aurait besoin de plus? » demande-t-elle à son mari à quelques reprises. Après tout, ils ont déjà tout ce qu’il faut pour être heureux, pourquoi souhaiter une autre vie?

La performance impressionnante de Théodore Pellerin

Au départ, le personnage de Cody Bonar nous irrite au plus haut point. Il est vendu, pathétique et aime se la raconter en essayant tant bien que mal de cacher un immense manque de confiance en lui. Mais au fil des épisodes, on le découvre et on apprend à l’aimer. Transpercé par de multiples contradictions, son admiration pour Crystal lui ouvre tranquillement la vue sur la réalité de sa propre vie. La courbe dramatique du personnage est excellente et Théodore Pellerin incarne chacune de ses nuances avec brio. 

Pour ceux qui voudront attendre la version française, il est dit que Super Écran devrait la diffuser cet hiver. D’ici là, elle est disponible en VO sur Crave!

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up