Nous sommes encerclés d’épais

Le portrait de l'homme moderne

Ça semble être au goût du jour de dépeindre les hommes comme des immatures. En publicité, c’est le festival des épais, des perdus qui ne savent pas changer une couche sans tenir leur marmot à bout de bras, par les chevilles, ou encore, qui passent leurs soirées assis sur le sofa à regarder le match, mentant à leur femme: «Oui, oui l’enfant est couché». Comme si l’homme de la maison était devenu un enfant de plus à gérer qui transforme toutes ses responsabilités en niaiseries, craintif des représailles de sa femme.

Pourquoi?

Les hommes ne sont pas tous des producteurs de flatulences en série, saouls, en train de tracer un pénis au marqueur dans le front de leur ami comateux alors je repose ma question, pourquoi placarder en série cette image de l’épais irresponsable?

Pourquoi maman a cessé d’exiger de l’aide?

Ça, c’est sans compter les textes de blogueuses ou de statuts de mères à bout de souffle qui se défoulent sur les réseaux sociaux, mettant l’accent sur les pères paresseux, les ingrats inconscients de la charge de travail à la maison… «Maman prend soin de tout, mais qui prend soin de maman?» Première chose qui me vient en tête c’est: Maman devrait prendre soin de maman et dire à papa qu’il devra se pogner le beigne dans une autre maison si rien ne change. Mais ça, c’est moi.

Pourquoi maman n’avait pas réalisé qu’elle était avec un gratte poche avant de se reproduire? Pourquoi maman se charge de tout pendant que l’autre est parti à la chasse à la mousse au nombril sur le divan? Pourquoi maman a cessé d’exiger de l’aide? Est-ce devenu plus facile le faire soi-même que de s’engueuler avec son mollusque? Visiblement non si on se fit à quel point elles sont épuisées. Je ne remets pas leur épuisement en question ici, on a tout le trou d’cul en dessous du bras un jour ou l’autre, mais quand les jours s’accumulent et deviennent des mois, des années, pourquoi restent-elles? Est-ce le manque d’énergie pour passer à travers une séparation? Pour conserver l’image de la famille? Pour les enfants? Est-ce la peur de l’échec? Je n’ai pas de réponse, je lance des questions qui causeront fort probablement de la bisbille, mais qui je crois, méritent d’être posées.

Il y a plusieurs hommes qui bouillent à chaque fois qu’ils sont dépeints comme des pères caves et incompétents à la télé.

J’ai une amie pendant sa grossesse qui s’imaginait des scénarios de conte de fées avec son mec. Main dans la main, promenant le chien et la poussette au bord de la rivière, s’arrêtant pour contempler la nature pendant que bébé dort et que le chien reste sur commande. Rien de mal à rêver, mais bâtard la vie ce n’est pas qu’une suite de statuts Facebook superposés sur un couché de soleil.

«Un vrai homme sera toujours là pour transformer tes larmes en diamants»! Ben voyons, vis-tu sur terre ou dans le carrosse de Cendrillon?

Ça fessait fort lorsqu’elle s’est ramassée à pousser l’enfant, seule à tous les soirs, que le chien tirait sur sa laisse, que le bébé tirait sur son prépuce (le sien ET celui du chien). Papa préférait une balade en moto, un match de hockey, jouer au Xbox ou simplement faire la sieste.

C’est possible de faire un mini-humain avec un homme qui a des couilles et qui n’a pas peur de mettre la main à la pâte à modeler du petit.

«C’est difficile Marc et moi ces temps-ci, je nous sens loin. Ça va nous rapprocher un beau ti bébé.» Mauvaise réponse madame. Un bébé, ça s’impose entre ses deux parents et parfois ça les lance même aux pôles les plus opposés de la terre.

Bon, j’ai pris tout un détour pour dire qu’il y a plusieurs hommes qui bouillent à chaque fois qu’ils sont dépeints comme des pères caves et incompétents à la télé. Je crois sincèrement que comme dans tout, la minorité d’épais fait mal paraître la majorité d’admirables. Il existe certes, un grand nombre d’hommes responsables, de pères attentifs, des messieurs qui savent faire des brassées de linge sans mettre nos brassières dans sécheuse, qui demandent: «Je peux faire quelque chose pour t’aider?». Des gars qui incarnent la maturité, l’amour, le plaisir, l’aventure et le leader de clan familial. Le genre de gars qui prépare des lunchs sans empoisonner personne.

Alors contrairement à ce qu’on placarde partout: C’est possible de faire un mini-humain avec un homme qui a des couilles et qui n’a pas peur de mettre la main à la pâte à modeler du petit.

Il ne nous reste qu’à le choisir.

Vive les bons gars !

Pour lire un autre texte de Mélanie Couture: «Le plus fort c’est mon père».

Du même auteur