Alain Reno

Météo … parce que tout le monde en parle

You had me at « météo »…

Au Québec, une chose est sûre: qu’on soit dans un truck stop sur la Côte-Nord ou en train de se faire palper les ganglions chez le médecin, qu’il fasse 35°C ou -35°C, les probabilités de parler de météo entre le réveil et l’apéro sont d’à peu près 97%. Même Facebook (toujours en manque d’attention) propose désormais des prévisions, preuve que la météo pointe sa binette dans toutes nos interactions sociales.

Notre fascination frôle l’obsession. C’est normal, docteur?

Bin quin. «La météo n’est pas un concept abstrait, pas plus qu’elle n’est tirée de la science-fiction: elle est bien réelle», note David W. Phillips, climatologue à Environnement Canada et historien de la météo qui a vu neiger. Ce qui tombe du ciel (grêlons, pluie, neige ou un charmant mélange de toute) nous tombe littéralement sur la tête.

C’est le small talk ultime, le sujet parfait pour rompre n’importe quel silence qui s’éternise.

En parler ne fait rien de moins que nous sauver la vie! «Il y a 100 ans, il n’y avait pas de bulletin météo, alors les Canadiens sortaient pendant les tempêtes ou les orages, explique-t-il. Ce n’est pas un hasard s’il y avait sept fois plus de morts dues aux intempéries pour une population 10 fois plus petite. Les gens n’étaient pas préparés ni éduqués comme aujourd’hui.» MERCI COLETTE.

Une bonne jasette sur le taux d’humidité, ça sauve aussi… la face dans un party. C’est le small talk ultime, le sujet parfait pour rompre n’importe quel silence qui s’éternise. «C’est peu original, mais ce n’est pas un faux pas», rassure Julie Blais-Comeau, spécialiste de l’étiquette et auteure de Quoi dire, comment faire et quand? Pour elle, la météo est le tremplin idéal vers une conversation un peu plus personnelle. Un «j’ai hâte à l’été» peut mener à des anecdotes de chalet, par exemple. «La météo peut aussi servir à se trouver des points communs», ajoute-t-elle. Quand on a tous passé la matinée à sortir notre char d’un banc de neige, on se sent déjà un peu unis.

Pour lire la suite de l’article, c’est par ICI!

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

J’ai pris une bière avec Spatule

Tout le monde a déjà entendu parler de l’enfant qui a failli s’appeler Spatule. À quoi ses parents pouvaient-ils bien penser ?

Dans le même esprit