Germain Barre

Manon Grenier à la charcuterie

Dignité et jambon tranché.

Les temps sont durs pour Manon depuis que son conjoint Gaëtan s’est fait remercier par ses patrons. Elle lance ici un cri du coeur, et se demande si on peut conserver sa dignité quand notre budget est serré.

Mon budget pour l’épicerie

A changé

À c’t’heure

La seule viande que j’peux me permettre

C’est du jambon blanc

Y’est pas cher

Mais y’est bourré de sel

Pis y m’fait gonfler

Depuis que mon budget est serré

Mes pantalons le sont aussi

Avant j’me permettais

Des viandes plus prestigieuses

Comme un bon capicollo doux

Ou bedon du prosciutto

Mais cette Manon-là a pris le bord

Pour me sauver la face

J’ordonne à la charcutière

De trancher mon jambon cheap

Le plus mince possible

C’est la seule façon que j’ai

D’y prouver

Pis d’me prouver à moé

Que j’suis une femme

D’un certain raffinement

A m’arrive avec les tranches

J’les inspecte

J’plisse les yeux

J’la fais languir

J’suis la Gestapo du jambon

La Carmen Santiago des viandes à lunch

Pis j’me gêne pas pour la faire recommencer

« Désolé ma belle

Si j’vois pas au travers

C’est que la tranche est trop épaisse »

J’dis ça fort

À l’intention de tout le monde

Dans l’épicerie

J’veux que tout le monde sache

Que j’t’encore fière

Les beaux grands jacks de la poissonnerie

Les baveuses de la boulangerie

Les punkettes du prêt-à-manger

J’veux que tout le monde sache

Que le seul jambon que j’tolère

C’est celui qui est tranché mince

Aussi mince

Qu’un Kleenex qu’on ferait aller au vent

En regardant son fils

Partir à la guerre

Aussi mince

Que la feuille de congédiement

Qu’on a donné à mon mari

Après 22 ans de loyaux services

La semaine passée

Au final j’en mangerai même pas

De ce jambon-là

C’est probablement ma fille

Qui va s’bourrer dedans

En rentrant passé minuit

Avec ses amies

Au retour d’une nuit en boîte

Y vont s’faire des sandwichs dans le noir

Vont s’gâter dans mayo

Vont rire de ma déco

Ou peut-être que c’est mon mari lui-même

Qui va mettre la main dessus

En rentrant chaud comme une botte

Du casino

Avec tout juste assez d’énergie

Pour ouvrir le frigo

Pis se crisser la viande

En tapon

Dans bouche

Sans mâcher assez longtemps

Pour se rendre compte à quel point c’était

Tranché mince

Pour suivre toutes les aventures de Manon Grenier, suivez sa page Facebook en cliquant ici!

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up