Lettre à l’hétéro qui couche secrètement avec d’autres hommes

T'as le droit. C'est correct. « Work it, boy ! »

* URBANIA et Prêt Pour L’Action s’unissent pour vous rappeler qu’explorer sa sexualité, c’est vraiment chill. *

Il était une fois, dans un pays lointain (pis icitte aussi), une rumeur. Une rumeur voulant que parfois (seulement parfois), certains (seulement certains) hommes hétéros, contribuant pourtant à la reproduction de notre espèce par leur amour de la femme… COUCHERAIENT AUSSI AVEC D’AUTRES HOMMES EN CACHETTE.

Émoustillé, je fus, alors que cette rumeur me caressa doucement les oreilles, tel le souffle d’un hétéro me murmurant de lui faire des choses pas très catholiques. En criss, je fus également, d’apprendre que certains hétéros zignaient secrètement entre eux.

MENSONGE! BLASPHÈME! Que j’me disais. J’trouvais ça injuste. Ils avaient le meilleur des 2 mondes, ces gars-là. Ils ne vivaient aucune discrimination, eux. J’les trouvais lâches. Ils trichaient.

Puisque je suis un grand journaliste (ou juste une slut, c’est selon), j’ai décidé, à l’époque, d’aller tâter le terrain (et peut-être de finir par tâter autre chose, aussi) et… Surprise! L’opportunité de jouer à touche-wiwi avec le mâle dit hétéro s’est présentée à pas pire plusieurs reprises.

L’Hétéro, cette p’tite bête au sang chaud

Y’a eu le touriste de Boston, que j’trouvais beau comme le ciel, assis à côté d’moi dans un bar. Il m’avait précisé être hétéro, mais continuait sans cesse de me jaser et d’me payer des verres. Un peu plus tard, j’pouvais voir la p’tite tache de pre-juice qui s’était formée à travers ses shorts (yum) et il m’invitait à son hôtel.

Y’a eu le gars du gym, qui te prenait ça comme un champion. Sa blonde le savait et était correcte avec cette facette de son chum. Y’a eu le gars marié qui lui, au contraire, m’a caché qu’il était en couple parce qu’il avait honte.

T’as le droit, mon loup, d’être curieux. T’as le droit d’être parfois émoustillé à l’idée de faire certains trucs avec des garçons, que ce soit juste des p’tits bisous ou que ce soit wild que l’criss.

Y’a eu les garçons se disant bicurieux, aussi… mais ça ne semblait jamais n’être que de la curiosité, leur affaire. La seconde où on commençait à se donner des bisous, leur « j’sais pas trop si j’aime ça, hihi » gêné se transformait en « fuck yeah daddy give it to me good ».

Malgré tout, j’ai découvert des gars qui, je n’en doute même pas, aiment les femmes. Pour vrai. Mais qui ont des p’tites envies ou des p’tits fantasmes, des fois. Simplement.

50 nuances d’Hétéros

C’est juste des gais refoulés! C’est un peu ça que j’me disais, avant. Pis là, j’ai réalisé que je n’étais pas conséquent et que j’étais injuste de présumer ça. J’suis le premier à crier haut et fort que chaque humain a une sexualité unique. Que rien n’est tout blanc ou tout noir ou même encore, du même ton de gris.

Ça m’est arrivé souvent d’avoir des crushes sur des filles. D’en être amoureux, même. De parfois ressentir l’envie de leur donner des p’tits bisous, des p’tits colleux un peu cochons. Pourtant, j’doute pas de mon orientation sexuelle une seconde. Alors pourquoi serait-ce impossible pour un homme hétéro d’être parfois émoustillé par un autre garçon?

Hey le bro, t’es correct

Le sexe entre femmes est tellement valorisé et on se met rarement à questionner leur identité, leur sexualité, alors pourquoi ne pas faire la même chose avec les hommes. Elle est où, la différence?

L’important, c’est juste de se rappeler de ne pas avoir honte. T’as le droit, mon loup, d’être curieux. T’as le droit d’être parfois émoustillé à l’idée de faire certains trucs avec des garçons, que ce soit juste des p’tits bisous ou que ce soit wild que l’criss.

Si tu es célibataire, facile! Si tu es en couple, parles-en à ta partenaire et tu verras bien. Ça n’enlève rien à ta masculinité. Au contraire, c’est sexy, quelqu’un d’ouvert d’esprit et qui s’assume.

On va se calmer l’wiwi icitte

Suite à la lecture de ce texte, plusieurs se diront BEN VOYONS DONC ESTI, OÙ EST-CE QU’ON S’EN VA?!? SI TU FOURRES AVEC UN GARS, T’ES GAI OU T’ES BI PIS C’EST TOUTE TABARNAK. C’EST BEN RENDU COMPLIQUÉ!

Inversement, certains vont plutôt répondre D’ARRÊTER D’ESSAYER DE CATÉGORISER LES GENS EN DONNANT UN NOM À TOUTE.

En attendant, par contre, ces mots et ces catégories existent, donc aussi bien commencer par adoucir et nuancer un peu leur signification, au moins. 

Mieux vaut une conversation malaisante plutôt qu’ça pique pis qu’ça sente

Les hommes hétéros/bicurieux qui couchent parfois avec d’autres hommes sont les plus à risque de contracter une ITS et de la propager, simplement parce qu’ils ont trop honte d’aller se faire dépister et de devoir parler de leurs pratiques sexuelles (à cause du maudit jugement social). 

Hey, mon beau mâle complexe et humain, t’es normal. C’est correct.

Pourtant, apprendre à parler ouvertement de quelque chose, ça fait parfois juste enlever un peu de son importance, et si ça devient no big deal pour toi, et bien ça le deviendra peut-être aussi un peu plus pour les autres.

Hey, mon beau mâle complexe et humain, t’es normal. C’est correct.

P.S. Si jamais t’es curieux et que l’envie te prend d’explorer, ÉCRIS-MOI BOUT D’VIARGE.

Inscrivez-vous au rappel de dépistage (par courriel ou texto) sur le site Prêt Pour L’Action. Au Québec, on recommande à tous les hommes gais, bisexuels, cis ou trans, et aux hommes qui ont occasionnellement des relations avec des hommes, de se faire dépister au moins une fois par année. Selon ses pratiques sexuelles, il se peut que le ou la professionnel·le de la santé recommande de se faire dépister aux 3, 6 ou 12 mois.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up