Instagram 101 : En Chine, des cours d’université pour devenir influenceur

À quand la spécialisation selfie stick dans nos universités ?

Qui aurait cru un jour que pour faire des photos sur instagram, ça prendrait un bac à l’université?

Pas grand monde, mais en y réfléchissant, y’a une certaine logique… Il y a des formations pour les photographes, il y a des formations pour le modelling, donc pourquoi pas faire une formation alliant les deux pour faire un max de cash préparer les futures générations d’influenceurs?

Il y a même un cours de placement de produit!

C’est une université chinoise qui a lancé ce programme, la Yiwu Industrial and Commercial College, à côté de Shanghaï. La formation propose des cours de maquillage, des cours de relations publiques, des cours de photos en studio et même un cours de placement de produit. Voici quelques modules proposés par l’université:

Devenir une célébrité sur Instagram, ça s’apprend vraiment?

Restons quand même méfiants face à cette «formation». Oui, les techniques d’éclairage, l’éthique en matière de publicité et les techniques de montage sont importantes pour quiconque voudrait perdre tout anonymat au profit d’une publicité pour de la crème antirides.

Il ne faut pas oublier la base du métier d’influenceur.

Mais bon, d’un côté, les influenceurs de haut rang ont une équipe à disposition comme des retoucheurs de photos, des monteurs vidéos et des maquilleurs. Finalement, on peut se questionner sur la pertinence de cette formation… Si on devient influenceur star et que l’on gagne sa vie, alors ces études ne serviront à rien, car une équipe de pro s’en chargera.

Si on ne devient pas un influenceur vedette, ben on aura juste payé 3 ans d’études pour une poignée de like et on s’trouve une job.

Dans les deux cas, ça ne sert à rien non?

Surtout, il ne faut pas oublier la base du métier d’influenceur. Si l’on prend en exemple PL Cloutier et Fred Bastien, deux influenceurs québécois, on voit bien qu’ils savent gérer une caméra et faire du montage. Mais c’est bien leur personnalité qui fait la différence, leur façon de parler, la manière qu’ils ont de délivrer le contenu, qui fait d’eux des influenceurs. Et avoir de la personnalité, ben ça ne s’apprend pas à l’école.

Mais pourquoi ça marchera quand même?

Si on regarde ça du point de vue de l’université, on voit qu’elle a tout à y gagner. Elle est l’une des premières à faire ça au monde et les classes se rempliront.

«J’aime m’habiller classe et prendre des photos, je sens que ce bac me correspond vraiment»…

Dans un pays de 700 millions d’habitants, un influenceur qui marche bien peut rapidement devenir très rentable. Par exemple, la célébrité Wang Hong gagne 45 millions de dollars annuellement, grâce à ses 44 millions d’abonnés. (Oui, elle a plus d’abonnés qu’il n’y a d’habitants au Canada).

On devine donc que la tentation est grande pour les jeunes chinois qui se cherchent une job… et qui ne savent pas trop où aller. La théorie des étudiant(e)s qui choisissent cette majeure car ils ne savent pas où aller se confirme avec ce témoignage d’une étudiante ; «J’aime m’habiller classe et prendre des photos, je sens que ce bac me correspond vraiment». Ouin…

Ça m’a tout l’air de la majeure qui remplacera bientôt Géographie ou Histoire de l’art dans le classement «Fais un bac qui donne pas d’job».

Pour lire un autre texte de Fabien Kerneis: «La culture des memes, gravée dans la roche et dans l’histoire».

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up