Mireille Gravel

Les fauxgos font leur cinéma – partie 1

Panorama illustré des logos qui n’existent que sur nos écrans.

Le premier épisode du duel entre Wile E Coyote et le Road Runner date de 1949, on peut donc affirmer que quatre générations de spectateurs ont grandi à l’ombre des produits (inventés de toutes pièces) ACME.

Avec la multiplication des productions cinématographiques et télévisuelles, les marques fictives se multiplient comme des Gremlins sous la pluie.

Malgré son catalogue impressionnant, ACME n’est que la pointe de l’iceberg : avec la multiplication des productions cinématographiques et télévisuelles, les marques fictives se multiplient comme des Gremlins sous la pluie. Il nous faudra au moins deux chapitres pour en faire le tour.

Visuellement gratifiants car conçus par des gens de talent, les logos fictifs – ou fauxgos, pour les Américains – peuvent illustrer une panoplie d’entités.

Un objet ou un produit

C’est le système ACME : une seule marque pour une infinité de produits. On dénote quand même des lacunes dans la cohérence des logos. Saviez-vous que Disney a jadis aussi lancé sa pseudo-marque : Ajax? Tout vendre est également la mission de la Buy n Large Corporation (BnL Corp), dans WALL-E. Parmi les objets et produits fictifs, mentionnons les cigarettes Red Apple de Quentin Tarantino, le convertisseur d’énergie Mr. Fusion du Doc dans Back to the Future II, les carburants Dinoco (Toy Story et Cars), les baguettes magiques Ollivander’s et les farces et attrapes de Weasleys’ Wizard Wheezes, dans la saga d’un petit sorcier à lunettes. Que diriez-vous d’un délicieux gâteau Mendl’s tout droit sorti du Grand Budapest Hotel, arrosé d’une bonne Duff tiède, la bière préférée d’Homer Simpson?

Une marque qui fait l’histoire

Parfois, une marque constitue le cœur du scénario, et l’œuvre, la marque et le logo se confondent. Pensons aux courageux Ghostbusters, aux distrayants Monsters, Inc., aux très peu recommandables parcs Jurassic Park (puis Jurassic World) et WestWorld. Même ce pauvre WALL-E est un acronyme enregistré : Waste Allocation Load Lifter – Earth-Class.

Un service

De quoi nos héros ont-ils besoin? La multinationale Yoyodyne, présente dans une dizaine d’œuvres, de Star Trek à Buckaroo Banzaï en passant par la série Silicon Valley, semble être en mesure de leur offrir n’importe quoi. Envie d’évasion? Réservez un vol sur les ailes d’Oceanic Airlines, apparue en 1996 dans le film Executive Decision, et présente un peu partout, y compris dans Lost. Passez un agréable séjour (sans garantie de satisfaction) au Camp Crystal Lake (Friday, the 13th), ou au Camp Know Where (Stranger Things), abandonnez-vous aux mains de Consumer Recreation Services (The Game), ou pratiquez intensivement votre karaté au Kobra Kai (Karate Kid).

Un resto

Parce qu’il faut bien se nourrir, voici une liste non exhaustive de faux restaurants pour tous les goûts : McDowell’s, hilarante parodie de vous-savez-quoi (Coming to America), Double R Diner (Twin Peaks), Satriale’s Pork Store (The Sopranos), Los Pollos Hermanos (Breaking Bad), Pizza Planet (Toy Story et autres productions Pixar). Pour une livraison, je vous recommande Little Nero Pizza (Home Alone) ou Big Kahuna Burger (encore Tarantino), et si vous cherchez une expérience gastronomique «à la française», La Ratatouille (Ratatouille) s’impose.

Et au Québec?

Chez nous, ce qui se rapproche le plus d’un ACME, c’est le bon vieux Gammick International de RBO! L’un des RBO a d’ailleurs sévi à nouveau avec L’empire Bossé. Depuis quelques années, Infoman tente d’imposer sa marque maison : Jean-Tal. Sinon, nous avons eu droit, entre autres, au média km/h et à la compagnie de sécurité Blue Moon dans les séries éponymes. Mentionnons les hilarantes Pharmacie Ross-Toupin et Climatisation Frenette dans Like-moi!, la PME Espace Boudrias dans L’heure bleue, et le douteux parti politique PEN dans Votez Bougon.

Mais n’oublions pas le combat des deux ­«faux SPVM», qui oppose le SPM de 19-2 au SPGM de District 31!

Dans la deuxième partie, nous explorerons le côté sombre du fauxgo!

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up