Les apps pour mesurer le sommeil, ça marche-tu ?

Faites-vous partie de ces gens qui haïssent leur vie, chaque matin, quand leur réveil sonne ?

URBANIA et les matelas JUMP s’unissent pour vous aider à faire de beaux rêves.

Passe-partout vous l’a dit, vos parents vous l’ont répété, la science vous l’a confirmé et Anthony Kavanagh en a fait son cheval de bataille : les beaux dodos, c’est important. Plus précisément, on recommande aux adultes de dormir de 7 à 9 heures par jour, car le manque de sommeil peut être associé à un tout-paquet de problèmes comme le diabète de type 2, la dépression, et la mort prématurée.

Or, d’après Statistiques Canada, au moins le tiers des Canadiens ne dormiraient pas suffisamment ou auraient un sommeil de mauvaise qualité.

Faites-vous partie de ces gens qui haïssent leur vie, chaque matin, quand leur réveil sonne?

Votre matelas vous donne l’impression d’être un fakir sur un lit de clous?

Manquez-vous de sommeil par manque de temps, pognés à jongler entre le travail, la famille, les amis et OD la nuit?

Ou parce que l’écoanxiété vous saisit dès que vous essayez de fermer l’œil?

Ou parce que votre chat aime organiser des rave parties dans la cuisine vers 3-4 h du matin?

Vous vous réveillez à chaque fois que votre conjoint.e se retourne dans son sommeil parce que votre vieux matelas shake comme un tremblement de terre à 7,5 sur l’échelle de Richter?

Quelles que soient les raisons de nos grosses poches sous les yeux, on rêve tous de trouver l’application miracle qui nous aiderait à nous réveiller frais, les joues rosies, et entourés d’oiseaux comme dans un film de Disney. Mais les applis de sommeil, ça marche-tu?

Comment ça marche

Pour commencer, laissez-moi vous rappeler comment vous dormez. Ça commence par trois cycles de sommeil non paradoxal : la transition vers l’endormissement, qui dure quelques minutes et pendant laquelle il est très facile de vous réveiller – comme un papa qui cogne des clous devant la TV; le sommeil léger, qui dure environ la moitié de votre dodo; le sommeil profond, durant lequel vous régénérez vos os, vos muscles et votre système immunitaire; si vous êtes somnambule, c’est à ce moment-là que vous vous levez pour terroriser votre entourage.

Puis, à la fin de chaque cycle, vous entrez dans le sommeil paradoxal, moment où votre cerveau se met à faire plein de choses bizarres, comme rêver que c’est la rentrée des classes et que vous avez oublié de mettre vos pantalons.

Ce cycle se répète toutes les 90 à 110 minutes environ, d’une façon irrégulière et propre à chacun. Par exemple, les enfants et les athlètes auront tendance à avoir un temps de sommeil profond beaucoup plus long que les autres.

Les applications de sommeil utilisent les capteurs de mouvement et les micros de votre cellulaire pour enregistrer les moments où vous zigonnez et/ou ronflez dans votre lit, afin d’estimer vos cycles de sommeil. Si vous avez programmé une sonnerie, l’application prédira quel est le meilleur moment pour vous réveiller, en fonction de votre cycle.

Est-ce que ça marche?

Oui et non. Les app de sommeil estiment vos cycles de sommeil en basant leurs calculs sur des statistiques et des mesures peu précises (encore moins précises si vous ne dormez pas seul.e). Elles peuvent être utiles si vous êtes curieux de savoir si vous ronflez et/ou parlez dans votre sommeil. Certaines applications peuvent aussi se connecter à votre montre intelligente pour ajouter d’autres mesures au calcul, comme votre fréquence cardiaque.

Par contre, si vous avez un trouble du sommeil, passez plutôt des tests dans une clinique spécialisée. Celles-ci sont équipées de capteurs spécialement conçus pour mesurer les mouvements de vos yeux, votre taux d’oxygène, et enregistrent vos rêves pour les diffuser sur grand écran devant toute votre école secondaire (non confirmé, mais probable). 

J’ai personnellement testé pendant sept jours l’une de ces app gratuites, bien calée dans mon matelas à la maison. Il faut savoir que je suis quelqu’un qui vénère littéralement mon sommeil. Je considère qu’une bonne sieste est le remède à tout : stress, crampes menstruelles, lendemain de veille, name it. J’ai déjà rompu des relations avec des partenaires qui m’empêchaient de dormir à cause de leurs ronflements. Je me disais donc «chouette! Un outil de plus améliorer mon divin dodo!»

Les résultats de mon test

J’étais contente de pouvoir contrôler tous les paramètres, notamment la durée qui représente pour moi le sommeil idéal (huit heures pour tous? Pfft.), et le genre d’alarme qui allait me réveiller (du hard metal et des énigmes à résoudre pour les snoozeux ou des petits chants d’oiseaux pour ceux qui ont besoin de tendresse au réveil.) J’ai aussi apprécié le petit catalogue de sons relaxants pour m’aider à m’endormir le soir, et les notifications paternalistes qui me conseillaient d’aller me coucher quand c’était l’heure. Dans la version payante, on peut même programmer l’app à nous réveiller doucement si on commence à ronfler (j’ai forwardé l’info à mes ex).

Malgré tout ça, j’ai étrangement mal dormi pendant toute la semaine test. Traitez-moi de technophobe si vous voulez, mais chaque nuit avec l’app fût passée à semi-angoisser à l’idée de garder mon téléphone ouvert à côté de ma tête. J’avais l’impression de dormir avec un amant un peu creepy qui me regardait dormir, les yeux écarquillés. Un amant plein de microbes du métro et potentiellement cancérigène, par-dessus le marché. 

J’avais l’impression de dormir avec un amant un peu creepy qui me regardait dormir, les yeux écarquillés.

Au réveil, je n’ai pu que tristement contempler ma courbe de sommeil hystérique, confirmant que j’avais bien passé la nuit à me retourner d’un bord pis de l’autre au lieu de faire des rêves embarrassants. Je dois être un mauvais cobaye, car les commentaires des utilisateurs de l’app store, eux, étaient super positifs. La plupart des gens ont apparemment réussi à discipliner leurs nuits grâce à l’application. Des gens que ça ne dérange pas de dormir collés avec leur cell.

Mais après tout, suis-je si folle avec ma technophobie? Si les applications de mesure du sommeil n’ont pas de valeur scientifique, les méfaits des cellulaires sur le sommeil, eux, sont bien documentés. En particulier, on sait que la lumière artificielle des écrans ralentit la fabrication de l’hormone humaine du sommeil. Mon conseil : plutôt que de télécharger une application de mesure du sommeil, évacuez votre cellulaire et votre laptop de la chambre à coucher. Partez-vous donc un CD de chants de baleines à la place. Vous rêverez peut-être de l’océan au lieu de votre bullying d’école secondaire.

********

Le sommeil paisible et réparateur, ça passe aussi par un bon matelas. Avec le matelas JUMP, le confort vient littéralement en boîte. Découvrez le matelas qui change les règles du jeu en cliquant ici.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

TikTok, porte-voix des jeunes autochtones

Comment la nouvelle génération amérindienne utilise la populaire plateforme pour dénoncer les conditions de vie de leurs communautés.

Dans le même esprit