Les 15 types de personnes présentes lorsque tu regardes un match de hockey entre amis

Oui, nous y sommes presque. Cette période de l’année que beaucoup d’entre nous attendent si impatiemment et qui nous fait saliver comme un Saint-Bernard …

Oh oui madame: Le hockey recommence.

Autant certains autres sports peuvent apaiser la faim en servant d’amuse-gueules, le véritable festin reste et restera toujours notre sport national. Octobre sera toujours synonyme du retour des soirées entre amis à regarder les matchs du CH, ou encore d’autres équipes; de cette pause dans le milieu de la semaine où un match Montréal-Boston nous permettra de se rassembler pour apprécier (ou conspuer violemment) le spectacle de nos millionnaires sur patins préférés.

Ainsi m’est venue l’idée de faire une liste des 15 personnes que tu pourras croiser lorsque tu regardes un match de hockey entre boys durant la saison régulière à venir.

L’hôte

À tout seigneur, tout honneur, commençons par celui qui nous permet d’avoir ces belles soirées d’hiver : l’hôte. Prenons le temps de remercier cette âme charitable qui te prêtera son sofa, sa télé, sa toilette et peut-être même sa bière. Même si certains ont le cœur plus gros que leur salon et que la configuration requise n’est pas toujours élégante, merci à vous!

L’alcoolo

Un personnage connu qui nous suit dans tous les sphères de notre vie. Si on lui pardonne son penchant pour le nectar des dieux pour un match du samedi, on le juge solide d’avoir apporté une caisse de 12 pour un match du mardi soir contre Columbus.

Le pooleux

Un autre phénomène très connu de tous puisque presque tous les fans de hockey sont à un moment donné ou à un autre dans un pool. Donc, le pooleux regardera le match de ses yeux de parieur. C’est lui qui se réjouira d’un but de Toronto parce que “Kadri y est dans mon pool yessssir!”. Et aussitôt que son équipe marquera, la première question qu’il demandera sera : “Galchenyuk a une passe là-dessus right?”.

Le non-fan

Phénomène plus rare, c’est la personne qui n’est pas vraiment un fan de hockey dans la vie. Il est venu pour partager une soirée avec les amis, prendre une bière et jaser. Rien de mal là-dedans … jusqu’à temps qu’il se mette à encourager l’équipe adverse juste pour être une plaie. “LET’S GO MARCHAAAAND!”

Le fan-mobile

Celui qui passera le plus clair de son temps sur son téléphone intelligent, à tout manquer du match. Pire, celui qui ira sur Twitter pour lire les commentaires sur CE MÊME MATCH.

Le coach

L’homme qui sait ce qui ne fonctionne pas et qui vous explique les rudiments de la stratégie du hockey. Que fait-il au milieu de ton salon alors que clairement, il a été le mentor de Scotty Bowman?

L’enfant unique (la game à tel poste)

On le surnomme l’enfant unique, mais c’est une métaphore plus qu’un fait véridique. Ce gars-là est celui qui se plaint parce que vous regardez le match en français ou inversement, en anglais, ou parce que vous écoutez l’entracte à tel poste. Lui, il veut écouter les jérémiades de Don Cherry. 5 gars veulent pas, lui prend la télécommande et écoute SON segment. Crisse de princesse.

L’arbitre

On est tous un peu arbitre puisque c’est si plaisant de chialer des non-calls contre notre équipe. Sauf qu’il ne faut pas virer fou comme “l’arbitre”. Il peut passer la période complète à chialer contre les officiels pour avoir manqué une punition FLAGRANTE. IL DEMANDE JUSTICE! Écoute, même si tout le monde sait qu’Eller ne s’est pas fait trébucher, mais a simplement pilé sur la rondelle, l’arbitre, lui, a vu un geste DISGRACIEUX, méritant 5 matchs de suspension et un retrait de la moitié de ses points Air Miles.

Le Superbowl

Il débarque chez toi avec 3 sacs de chips, 2 sacs de jujubes, un gros Pepsi, du beef jerky, une caisse de 6 et une boîte de wings. Dude, vraiment? Tu peux être chanceux cependant et te faire des restants d’épicerie.

Le chef de parti

Un spécimen pas nécessairement unique aux sportifs de salon, mais particulièrement irritant dans ce contexte. Le chef de parti est cet homme qui arrive en retard aux matchs et part au deuxième entracte. Il n’aura fait qu’acte de présence en serrant quelques mains et en faisant quelques jokes avant de s’excuser de partir si tôt.

Le highfive manqué

Le consensus quand ton équipe score, c’est de se lever et se péter quelques bons high fives juteux de célébration. L’exercice est assez simple, mais pourtant y’a toujours un gars dont le timing et la précision sont terriblement mauvais, ce qui brise complètement le plaisir post-but. Pis y’a tu de quoi de plus insultant qu’un highfive mou, pas sur le bon membre ou complètement dans l’vide?

Le highfive violent

À l’inverse, le gars de construction dans ton cercle d’amis qui pulvérise les paumes de mains avec ses paluches d’ours pleines de corne, l’épiderme rempli de restants de ciment. C’est juste un but man, on n’a pas gagné la coupe. T’es rendu en fin de match et ton cœur bat encore dans ta main meurtrie.

Le Remote control

Avoir le contrôle de la télécommande devrait logiquement et respectueusement revenir à celui qui est sous son propre toit. Comme dans le temps, si t’allais chez ton ami pour jouer au Nintendo, tu ne pouvais pas être le “Player 1”. C’est un droit qui te revient pour ton hospitalité. Bin, ça se perd souvent dans un environnement qui mêle chums et match de hockey. Y’en a un qui va flipper entre les postes aux annonces, choisir l’émission entre les périodes, et abuser du “rewind” pendant le match, surtout “le coach” et “l’arbitre”.

Le visiteur qui allonge sa présence

La partie est terminée, les trois étoiles ont été annoncés et y’a même eu le résumé du match avec quelques brefs commentaires d’analystes. J’pense tu peux décalisser, bro. Non, t’écouteras les résultats des autres équipes chez vous. Merci, ferme la porte, ma blonde m’attend pour faire l’amour.

Le briseur d’ambiance

Prendre le temps de s’écraser entre bons copains, siroter une bière et jaser sur fond de partie de hockey… ça fait du bien au moral. Ça permet de décompresser d’une journée et de prendre une pause de la vie d’adulte. Alors, pourquoi y’a toujours un gars, en plein powerplay, qui va briser la soirée avec un “Osti que ça me tente pas de travailler demain! Hey, on est juste mardi en plus… la semaine va être longue”. TAAAABARNAC, MERCI HEN!

BONNE SAISON DE HOCKEY!

Portez-vous bien!

Le Moes également ce dude-là.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up