10 DOs & DON’Ts en cas de rupture amoureuse

Ça ne fonctionne pas, ça ne fonctionne plus, ça ne fonctionnera pas à nouveau. Une rupture amoureuse ça crée une commotion cognitive, même pour une personne qui a un bon équilibre mental.

Des fois c’est léger, on ne ressent pas tellement d’effets et dans d’autres cas on a l’impression d’être dans un coma émotif. C’est une épreuve qui peut être la cause  d’affects dépressifs sinon d’une quelconque forme d’anxiété. C’est une perte de repères. Que tu inities la rupture ou que tu te fasses carrément domper, la période subséquente au break up est parsemée de difficultés.

Tu feeles pas. Tu te lèves en pensant à ça, t’essaye de te coucher pis tu réussis pas à dormir parce que tu penses à ça. Tu revires la situation de tous les côtés, tu alternes sans arrêt entre la culpabilité, l’impression d’avoir fait quelque chose de mal et la rancune, le blâme de l’autre. Tu penses que t’es la pire des merdes, tu te ramènes en te disant que personne est parfait, pis que dans le fond t’es pas si pire que ça. Mais ça a pas marché, et si ce n’est pas de ta faute c’est nécessairement l’autre. L’esti d’ex qui a fait telle chose, qui a dit telle affaire. Pis finalement, tu lui pardonnes. Tu te dis que t’as été en relation avec cette personne-là, elle a sûrement pas juste des défauts. Mais, ça a chié. À cause de qui? La loop repart.

Figure 1. Tentative de rationalisation via la recherche d’un coupable 
 

Le questionnement semble infini. Est-ce que c’est vraiment nécessaire d’obtenir des réponses?  Il n’y a rien de moins certain. Si on comparait les relations amoureuses à un trajet en bus voyageur, on pourrait affirmer sans se tromper que ce n’est pas tous les itinéraires qui se terminent au fond d’un ravin suite à plusieurs tonneaux. Il existe des relations qui se terminent somme toute positivement. Aujourd’hui, par contre, on ne parlera pas de celles-là.

Plusieurs se souviennent d’une fois où ça a été brutal. T’sais la fois où on a pris ton ego, qu’on l’a coupé en petits morceaux, qu’on l’a passé au blender, ensuite foutu au four à broil trop longtemps pour finalement le crisser aux vidanges. Tu t’en souviens? Comment as-tu réagi?

10 Do’s & Don’t en cas de rupture amoureuse

1- Boire de l’alcool

Do : Prendre un verre, ça peut être une bonne idée pour se changer les idées, dans un contexte intéressant, entouré de gens qui te plaisent. Il faut que tu garde ta consommation contrôlée, que tu surfes la vague. Vas-y avec ton mood du moment, bois de l’eau aussi. Si ton occasion ressemble à une publicité de BudLight Lime, c’est cool. Si t’as autant de fun que le gars qui verse une goutte de Baileys ou celui qui danse avec une Heineken, c’est top niveau. L’alcool est un excellent lubrifiant social.

Don’t : S’éclater la face, se torcher, se mettre chaud comme un muffler, etc. L’alcool est aussi un dépresseur du système nerveux central. Il y a une possibilité que si tu feelais déjà pas, tu vas feeler encore moins pendant et après. C’est de ta soirée dont tu veux te souvenir, pas de ton mal de crâne du lendemain. Si t’as joué au chimiste en faisant des combinaisons avec des dopes stimulantes, il y a d’excellentes chances que tu pognes une pas pire drop de moral.

2- Écrire

Do : Composer, rédiger, gribouiller peut te permettre de mettre tes idées en ordre. Tu veux faire une liste de pours et de contres? Gâte-toé. T’es libre de tout. L’important des fois c’est juste de le sortir pour donner un sens à ce que tu vis, mettre des mots sur tes émotions. Un exercice pas si évident quand on s’y met…

Don’t : Partager ce que tu as écrit. Ça vaut la peine de réfléchir à savoir si tu gardes plus ça au niveau personnel. L’exercice a valu le coup, mais le partager avec la personne que ça vise ou d’autres peut offenser. Surtout si le texte est méchant, vulgaire, trash et que dans le fond, ça dépasse ta pensée pour vrai. Tu peux faire ça secrètement ou  comme d’autres, laver ton linge sale en public en envoyant une lettre au Devoir.

3- Demander de l’aide/en parler

Do : Parler à ton entourage de ce que tu vis. C’est pas évident pis il est bien possible que t’aies le goût qu’on te comprenne sinon juste qu’on t’écoute. Si tu te trouves trop lourd pis que tu sais pas à qui en parler, il y a toujours de l’aide professionnelle abordable quelque part. Les programmes d’aide aux employés/étudiants proposent souvent quelques sessions en individuel gratuitement. Il y a des organismes communautaires dans plusieurs régions qui offrent des services en psychologie en fonction des revenus. Le CSSS de votre région pourra probablement  aussi vous offrir du counseling avec un travailleur  social ou un autre professionnel en clinique externe. De l’aide, il en existe, faut juste tendre la main.

Don’t : Appeler à l’aide sur les réseaux sociaux. Surtout si tu fais du vaguebooking. L’option de reprise de contact avec les amis que tu as clairement délaissé pour ta relation est à considérer. Mais pas longtemps. Penses-y, tu te sens déjà pas mal cheap.

4- Coucher avec quelqu’un d’autre :

Do : Avoir des relations sexuelles avec une autre personne. Si c’est satisfaisant, ça aide au niveau de l’estime. La proximité et la tendresse sont des besoins. Y répondre peut clairement t’amener à te détendre. Fuck Yeah!

Don’t : Ne sois pas impulsif. Si tu prends la première personne qui passe pour te sentir un peu considéré, il y a des possibilités que tu y laisses les derniers morceaux de ta dignité. Fourrer pour fourrer, tu te rends compte à un moment donnée que c’est pas un mode de vie ultra valorisant. #chlamydia

5- Faire de l’exercice physique:

Do : Va courir, va au gym, va faire du yoga, va nager, fais le sport qui te plaît. Réessaye l’activité qui te faisait du bien pis que ça fait longtemps que t’a droppé. En turbo vulgarisé : Sport = micro-déchirures de muscles = endorphines = sentiment de bonheur et d’apaisement.

Don’t : Aller courir pour stalker ton ex, aller au gym quand tu sais qu’il/elle y est. Ça va donner une belle scène malaisante: «Check comment jsuis en forme!» (Qu’est-ce que je fais icitte?) Le minding «je vais perdre du poids ou gagner de la masse musculaire et ensuite mettre une photo sur instagram pour lui montrer comment je suis heureux dans mon beau corps» est un peu tordu aussi. On tâche d’éviter.

6- Écouter de la musique 

Do : Sortir ses vieilles playlist. Réécouter les trucs que tu apprécies. Mon ultime solution quand tout va mal c’est probablement de fouiller les interwebs en quête de nouveaux sons. Crée ta propre ambiance, vas-y selon ton humeur.

Don’t : Écouter de la pop à la radio. Toutes les tounes évoquent l’amour; en métaphores ou assez directement, mais toutes. Ça peut sembler minime quand tu vas bien, mais en situation de break-up c’est flagrant. Faut aussi essayer de ne pas s’exposer à LA chanson ou d’écouter LE band qui te rappellera l’autre. Si tu te poses des questions si tu dois aller ou non au show du groupe que ton ex t’a fait découvrir et pour lequel vous aviez des billets ensemble : ça dépend de où t’en es rendu dans ton processus. Fais-toi confiance.

7-Se tourner vers sa famille

Do : Va donc rendre visite aux membres de ta famille qui te tiennent à cœur. On va te faire du bon manger, tu vas être serré dans des bras et on va te dire que t’es beau, que t’es bon pis que t’es capable.  Ce serait logique de retourner à l’endroit où, à la base, tu as fait des réserves de love. Ça se fait tout seul pour certains, c’est une leçon d’humilité pour d’autres. Dans tous les cas c’est salvateur.

Don’t : Impliquer les enfants. Une rupture cause déjà assez de bouleversements et de sentiments chez les enfants. Peu importe leur âge et les circonstances, je ne crois pas qu’ils aient à subir les conflits ou toute forme d’aliénation parentale. Certains enjeux doivent demeurer au niveau des adultes. (Y’a des parents des fois, on aurait juste le goût de leur dire : GET UR SHIT TOGETHER)

8-S’isoler

Do: Faire des choses tout seul, ce n’est pas nécessairement mal. On a tous besoin d’intimité, de notre bulle. Une rupture est parfois une occasion pour se réapprivoiser, réapprendre à être bien en solo. On peut aussi faire des activités qui nous plaisent vraiment sans être limité. Être seul c’est aussi aller au cinéma pour enfin voir le film que tu délaissais, lire le livre que tu as oublié sous le lit, Pornhub et tous autres loisirs fantastiques.

Don’t : Passer plusieurs jours sans entrer en contact avec qui que ce soit. Il faut savoir distinguer le besoin d’être seul et l’incapacité d’être avec les autres. Si par-dessus tout ça  t’as de la difficulté à manger, à dormir, que t’es toujours fatigué, que t’as pas le goût de rien, que t’as des pensées noires que tu pleures constamment, peut-être que t’es en dépression pour vrai. Va voir un médecin. No shame.

9-Couper les ponts

Do : Prendre une pause réelle. Aux grands maux le grands moyens : dans certains cas, il ne faut pas avoir peur de se couper complètement de l’autre. Ça inclut quoi? Arrêter les textos, peut-être même supprimer les conversations que t’arrêtes pas de relire. Bloquer sur Facebook, arrêter de suivre sur Instagram, sauvegarder les photos de vous deux dans un dossier ailleurs que sur votre bureau.

Don’t : Faire les choses à moitié. La rechute fait partie du processus. Ça se peut que tu ne coupes pas tous les ponts, que tu trouves des voies de contournement. Il y a des bonnes chances qu’un ami commun puisse te donner des nouvelles de ton ex ou que tu t’arranges pour le stalker online. Comme quand tu es malade, faut prendre les antibiotiques jusqu’au bout, c’est ce qui va permettre de guérir.

10- VENGEANCE!

Do : Imagine-la. Oh oui, sois créatif, sois rusé, sois patient, penses-y bien. Tu as des scénarios à la Edmond Dantès dans le compte de Monte Cristo? Parfait.

Don’t : Passer à l’acte. Tu as tout à perdre et si peu à gagner. Fais jouer la cassette jusqu’au bout. Ton sentiment de satisfaction va durer un court moment et au final, plus tard en y repensant, tu vas le regretter. Se venger c’est un peu comme fumer du crack dans le fond.

Je m’étais promis de ne pas inclure trop de phrases vides, mais celle-là me plaît: il y a quelque chose de positif à tirer de chaque séparation. Lâche pas, tu vas passer à travers. C’est pas comme si t’avais le choix.

(Crédit figure 1: Julien Quintal)

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up