Le kitsch de Kundera et la merde de nos idoles

L’écrivain Milan Kundera dans « L’insoutenable légèreté de l‘être » nous parle du kitsch et du tabou biblique. D’abord, le grand tabou dans la Bible. On dit que l’Homme a été créé à l’image de Dieu. Si nous sommes à l’image de Dieu et que nous mangeons, que nous avons un ventre, des intestins, un anus, que l’on chie, alors Dieu aussi. Pourquoi n’a-t-on pas abordé cette question dans nos cours de pastorale: est-ce que Dieu chie?

La merde est le vrai problème théologique qui prouverait que nous ne sommes pas à l’image de Dieu ou pire que Dieu n’existe pas. Mais si Dieu chie, où chie-t-il? L’astrophysicien Stephen Hawking dirait probablement que ça explique l’existence des trous noirs. Les trous noirs sont les bécosses de Dieu. Si Dieu chie, il existe. Ok. Mais que Joël Legendre commette un « geste indécent », là c’est trop!

Maintenant, qu’est-ce que le kitsch. Kundera nous explique que c’est un idéal esthétique : un monde où la merde est niée. Le kitsch est la négation absolue de la merde au sens littéral comme au sens figuré. Le kitsch exclut de son champ de vision tout ce que l’existence humaine a d’essentiellement inacceptable. De nos jours, on nous bombarde de kitsch partout pour fausser notre lecture de la réalité.

Baser sa carrière sur une aura d’ange immaculé comporte des risques. Combien de fans au Québec nient que Gino Chouinard, Céline Dion ou Joël Legendre défèquent? Combien de fans ont été choqués par le fait que notre idole puisse s’abaisser à poser un « geste indécent » comme un vulgaire mortel? Pour les fans, la vraie indécence de Joël est d’avoir un pénis tout court.

Un autre bel exemple de kitsch : la politique et les élections. Des politiciens tout sourire avec des bébés dans les bras devant les kodaks, des promesses racoleuses, des slogans publicitaires, des mises en scène, etc. Ils nous vendent du rêve, du kitsch.

Le kitsch libéral de Justin(e) Trudeau. Justin(e) qui aura comme slogan électoral « Pourquoi parler quand on peut faire un solo de guitare ». Justin(e), un mignon petit garçon, intelligent, marionnette de l’élite économique, charismatique, bien parfumé, savamment trimé, chevelure bouclée de jeune éphèbe grec, une verge délicate recouverte d’un prépuce fait de soie, et qui par souci de fraîcheur, s’est fait enlever l’anus et greffer une petite vulve rose dégageant en permanence une odeur de jasmin créée en laboratoire à partir des cellules souches de Margaret Thatcher. Justin(e) Trudeau qui a la qualité la plus importante chez un politicien : un regard qui porte loin vers nulle part.

Le kitsch des Conservateurs. Un parti d’Hommes clean! Pour la sécurité et l’ordre! Mais la question anti-kitsch serait « Est-ce que Stephen Harper fait de bon cunnilingus? ». Pas certain! Les Conservateurs, ça fourre uniquement pour se reproduire, y a pas la notion de plaisir, y font pas le sexe; ils copulent, deux fois par année lors des solstices. Pour éjaculer plus vite, ils pensent aux mouvements des testicules des militaires qui tirent du gun sur des enfants palestiniens.

Les corporations et la publicité sont drapées dans le kitsch. Pensons aux sables bitumineux : le pétrole « éthique »! Le kitsch du capitalisme vert : le développement « durable ». Le kitsch de l’exploitation humaine : les produits « équitables ».

Le kitsch de #JesuisCharlie. Les dirigeants du monde qui ont organisé une marche en « appui » à Charlie Hebdo. C’était un gros show de boucane kitsch. Peu importe que ton pays emprisonne et fouette des journalistes, pende des homosexuels ; #JesuisCharlie était le mot de passe pour être un gentil. Heureusement, il y a une colombe qui a chié sur l’épaule de François Hollande. C’est la seule qui a vraiment rendu hommage à Charlie Hebdo. Cette journée-là, la liberté d’expression aura au moins été comprise par une colombe. La merde de la colombe est venue troubler leur mascarade kitsch.

Ce qui a choqué avec la « pseudo-nouvelle » de Joël Legendre, c’est de nous rappeler que nos belles idoles sont une création médiatique, que leur image sans merde n’existe pas. Le titre de l’article aurait pu simplement être « Joël Legendre a un pénis ». «Quoi? Notre Joël? Donc, ce que l’on me dit dans les médias de masse est faux? On maquille la réalité artistique, politique, économique? On crée des évènements, des pseudo-nouvelles, des idoles? ». Peut-être qu’un effet domino pourrait s’en suivre. Que les moutons aliénés que nous sommes pourraient réaliser que nous vivons dans un monde d’illusions. Que le pouvoir tapis derrière le kitsch nous cache la vérité. Peut-être que le « geste indécent » de Joël Legendre est un premier pas vers une prise de conscience collective, une révolution citoyenne et un immense mouvement pour la lucidité. Mais ne sortons pas nos t-shirts avec la face du Che, c’est un autre piège à kitsch.

PS : Autre question tabou : est-ce que Sugar Sammy et Paul Houde ont les mêmes joues en garde partagée?

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up