Maylee Keo

Le double visage de la bromance

Entrevue avec la scénariste de Georges est Mort.

 

Qui a dit que la bromance ne concernait que les gars ? La scénariste et réalisatrice Sarah Pellerin a donné vie à des personnages masculins non stéréotypés et à des amitiés complexes en signant des œuvres comme la websérie Georges est mort et le court métrage Mon boy. Sa fascination pour la bromance dans la culture populaire l’a même poussée à rédiger un mémoire de maîtrise sur le sujet. Entretien où « amitié » rime avec « ambiguïté ».

Fanny : J’avoue avoir toujours imaginé la bromance comme une simple amitié entre hommes, mais j’ai constaté, en lisant ton mémoire, que c’était beaucoup plus complexe que ça. Peux-tu nous expliquer ce que c’est, exactement ?

Sarah :  Ce terme, popularisé au début des années 2000 au cinéma et sur Internet, décrit une amitié entre hommes qui exclut toute relation sexuelle. Qualifier une amitié de bromance « permet » à certains hommes de témoigner à leurs amis gars des signes d’affection et des déclarations d’amour, tout en attestant qu’il ne s’agit pas d’une relation homosexuelle.

Comme si affirmer son amitié, son amour entre amis de sexe masculin pouvait révéler quelque chose de « louche » ; pouvait cacher une tension sexuelle…

F. :  Comment se manifeste une bromance ? Est-ce qu’il y en a une qui t’a particulièrement marquée ?

S. :  À travers ces relations de bromance, cette volonté de réitérer son hétérosexualité peut s’exprimer de différentes manières — par exemple avec des commentaires sexistes qui rappellent le rapport de loyauté entre hommes tout en rappelant l’attirance et les liens sexuels aux femmes, comme « bros before hoes » [les potes avant les femmes].

Encore dans l’objectif de certains hommes de rappeler leur hétérosexualité dans une amitié, une des pratiques assez fascinantes est le « gay chicken ». Il s’agit d’une tendance, apparue il y a quelques années, qui consiste à publier des vidéos sur YouTube ou sur les réseaux sociaux dans lesquelles des hommes se touchent ou s’embrassent en ne démontrant aucun signe d’excitation. En restant stoïques, ces hommes qui « gagnent » prouvent à quel point leur hétérosexualité est inébranlable. L’idée est que les hommes « les plus hétéros » ne devraient pas être affectés par un baiser ou par une proximité physique avec un autre homme. C’est assez contradictoire d’aller jusqu’aux frontières d’un acte sexuel avec quelqu’un du même sexe pour se dissocier de l’homosexualité !

F. :  Mais au-delà de cet extrême, pourrait-on dire que la bromance de base (deux amis qui se donnent de l’amour, genre) contribue à déconstruire certains stéréotypes liés à la masculinité ? La bromance ne permettrait-elle pas de proposer de nouveaux modèles d’amitiés masculines ?

S. :  Oui, clairement. C’est ce qui fait que la bromance à proprement parler n’est pas un phénomène social à condamner. Le problème, à mon avis, réside plutôt dans les justifications de ces signes d’affection encore trop ancrées dans une pensée hétéronormative. Le terme « womance » existe aussi, mais puisque la sensibilité et l’émotivité sont généralement des traits de caractère liés à la féminité, ce mot qu’on utilise pour décrire les amitiés entre femmes circule considérablement moins.

L’autre aspect problématique, selon moi, dans la construction de l’imaginaire entourant les bromances, c’est aussi son caractère sexiste. Une bromance repose sur l’exclusion des femmes et véhicule la conception que, chez certains hommes, une amitié « ultime » ne peut avoir lieu qu’avec un chum de gars. Comme si l’amitié gars-fille ne valait pas la même chose, ne l’égalait pas.

Personnellement, je suis allergique aux « soirées de gars » et aux « soirées de filles ». Ça témoigne d’une incapacité, encore aujourd’hui, à penser l’amitié, quel que soit le sexe de la personne.

F. :  J’allais justement te demander pourquoi ce sujet t’interpellait autant. La bromance t’affecte-t-elle en tant que femme ?

S. :  Nécessairement. Je crois profondément aux amitiés gars-fille. C’est pour ça que, dans mes cercles d’ami.e.s — que je considère outillés sur toutes ces questions d’hétéro-normativité et de sexisme —, je suis parfois étonnée de constater qu’on a encore aujourd’hui les réflexes de diviser nos groupes, nos activités ou nos comportements en fonction du sexe des personnes.

Il y a tellement d’autres choses qui peuvent déterminer la profondeur d’une amitié. Nos classes sociales, nos champs d’intérêt, nos expériences, nos énergies… Dans mes scénarios, j’essaie de déconstruire ce qu’on attend des personnages masculins et féminins. Ça donne, à mon avis, des personnages et des dynamiques relationnelles moins attendues.

F. :  Pour finir, pourrais-tu nous conseiller un film qui aborde l’amitié gars-fille ; qui joue justement de manière intéressante avec les codes de l’amitié ?

S. :  Le film américain Drinking Buddies, de Joe Swanberg, met en scène une amitié hyper forte entre un gars et une fille, sans que leur attirance physique n’influence complètement leur relation. Ça vaut la peine de voir ces deux personnages se choisir comme amis plutôt que comme amants. Au-delà du sexe biologique et des tensions sexuelles, il y a des humains qui s’entendent juste bien.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Lire la suite

Les Petites Histoires URBANIA : La fois où Julien Corriveau et Jean-François Provençal ont travaillé dans un Zellers ensemble

Julien Corriveau et Jean-François Provençal qui travaillent ensemble dans un magasin grande surface? Ça s'est passé exactement comme vous pouvez l'imaginer!