Arnopeople

Le créateur du mois : Arnopeople, l’illustrateur et ses skates rebelles

Rencontre avec un artiste aux influences aussi colorée que variées.

Rares sont les artistes qui mettent en tête de liste des compagnies comme Volcom, Obey et Antiz Skateboards plutôt que Radio-Canada sur leur CV. Mais lorsque votre coup de crayon est trash et gras comme celui d’Arnopeople, ça va de soi.

Originaire de Nantes et installé au Québec depuis maintenant sept ans, Arno a définitivement son style à lui, oscillant entre le dark et le léché, le comique et le laid. Peut-être avec vous vu ses créations sur des chandails, affiches de festivals de musique ou bien encore sur le menu du bar Chez Baptiste?

Travaillant à son compte depuis deux ans, le graphiste s’est récemment lancé dans le projet de designer les skateboards faits à la main par son ami Vincent Perrocheau. C’est de cette « association de malfaiteurs » qu’est né R.L.C. Skateboards qui faisait son lancement le 13 avril dernier.

URBANIA s’est entretenu avec lui pour discuter skateboard, bouches déformées et coupe Longueuil!

J’ai cru comprendre que c’est ton ami Vincent qui construit les skateboards à la main. Mais toi, c’est quoi ta relation avec le skate?

J’en ai fait quelque temps quand j’étais ado, mais plus maintenant. Ça n’a pas duré longtemps parce que je me faisais mal haha. Puis un jour j’ai eu un appareil photo et je suis devenu tranquillement le photographe de mes copains qui skataient.

J’ai toujours eu une admiration pour le skate. C’est moins le cas ici, mais en Europe y’a un côté marginal avec le skate. Y’a beaucoup de gens qui aiment ça ou que ça dérange pas, mais y’en a aussi plein que ça fait chier. Quand t’es au centre-ville, ils appellent la police, ils te disent « tu peux pas skater ici ». Y’a tout le côté rebelle que j’aime, et aussi le côté musical. J’ai découvert beaucoup le skate via la musique, et la musique via le skate.

En regardant tes œuvres, ton style me fait penser à des decks très « old school ». As-tu des artistes visuels ou des marques de skate qui t’ont inspiré?

Depuis que je suis petit, j’ai toujours aimé la « screaming hand » de Santa Cruz faite par Jim Phillips. Ça m’a toujours fait capoter. J’ai pas mal de grosses bouches sur mes skates et mes illustrations. J’y ai pas pensé au moment où j’ai commencé à dessiner mes premières bouches, mais j’imagine que le logo de Santa Cruz a dû avoir une influence à ce niveau-là.

Screaming Hand de Santa Cruz par Jim Phillips.

J’aime aussi tout ce qui est 80 s, genre Dogtown. J’aimais leurs decks en bois, avec une sérigraphie très simple d’une couleur ou deux.

Deck de la compagnie Dogtown.

Je pense aussi qu’une influence indéniable pour moi c’est Charles Burns. C’est un illustrateur et auteur connu entre autres pour sa bédé Black Holes, et qui travaillent beaucoup dans le noir et blanc et les petits détails. Moi je capote sur le noir et blanc. Dès que j’ai la chance de ne pas mettre de couleur, j’en mets pas!

Donc clairement le skate a influencé ton art…

Ça, mais aussi la culture « white trash ». Quand t’es kid en Europe tu regardes la télé et c’est plein de sitcoms américaines, et tu te mets à croire que c’est comme ça l’Amérique. J’ai toujours tripé là-dessus, le côté white trash : t’sais le dude qui a un « mullet », avec son berger allemand, son pick-up dégueulasse et son cure-dent dans la bouche. J’aime le « mullet » haha

Chandail réalisé pour Atikin Clothing.

Je suis aussi beaucoup influencé par la musique. Surtout la culture rock et psychédélique des années 70. Les posters, les pochettes d’albums… Mon père écoutait du Led Zeppelin et du Black Sabbath alors j’ai toujours baigné là-dedans.

C’est drôle parce que justement quand je regardais tes dessins, je les trouvais très… « sales ». Qu’est-ce que tu dirais à propos de ça?

C’est marrant que tu me parles de ça parce que bien que j’aime beaucoup le côté poli et propre dans l’art, j’aime garder un côté rough dans mes trucs. Souvent quand j’ai une idée je l’esquisse vite ou je travaille directement à la tablette. Ça donne une espèce de côté cru et instantané.

Ça dépend des projets, mais normalement j’essaie toujours de garder à certains degrés ce petit côté rough et dirt-là. Ça peut être autant visuellement que dans l’idée, en mettant plein de petits détails un peu trash.

Parle-nous un peu de R.L.C. Skateboards.

C’est la compagnie de mon ami Vincent Perrocheau. Il fabrique des skates à la main et il fait tout dans la production. C’est lui qui l’a créé, qui a pensé au nom et tout ça. Mais toute la suite on l’a fait ensemble. Je m’occupe des communications et aussi du design des boards. Nous on appelle ça notre « association de malfaiteurs ».

L’idée est venue quand, il y a une couple d’années il a fabriqué un board à la main et j’ai dit en rigolant que tout ce qu’il manquait c’était un design dessus. Depuis quelque temps il produit des boards plus sérieusement pour en faire son métier et on s’est mis à travailler ensemble pour créer différents designs.

Il m’a laissé pas mal carte blanche là-dessus. C’qui était vraiment cool c’était de faire un design très simple pour laisser le bois apparent. Ça permet de garder l’authenticité du produit et de montrer son savoir-faire manuel.

C’est quoi tes futurs projets?

Récemment j’ai commencé à faire de l’animation, pour aller dans l’idée que l’image statique commence à bouger, faire des clips pour des bands, etc.

Je fais aussi des trucs avec un brand qui s’appelle « Broke and Stoked » et on travaille avec la COOP Coup d’Griffe, qui nous aide pour la sérigraphie sur les boards.

Sinon Vincent et moi on continuera notre avec R.L.C. Skateboards : on aime travailler ensemble, on aime rigoler et faire la fête… On est deux p’tits vauriens!

*****

Pour les curieux qui aimeraient voir les decks Vincent et Arno, c’est juste ici.

Vous pouvez aussi regarder ses autres œuvres directement sur son site internet.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Dans le même esprit