Le coup de pied dans le ventre

Lettre ouverte de la rédaction sur l'arrivée d'Éric Duhaime dans les pages d'URBANIA.

La « moitié » du staff d’URBANIA qui n’est pas d’accord avec le porte-voix tendu à Éric Duhaime, c’est nous. En partie.

Ce « nous », c’est la rédaction. Celles et ceux qui sont en première ligne dans la conversation avec ce qu’on aime appeler « notre communauté ».

Ça, c’est vous. Qui recevez nos histoires en plein coeur, qui vous identifiez aux récits qu’on publie, qui riez de nos mèmes un peu caves, qui êtes curieux d’aller à la rencontre des singuliers personnages qu’on déniche, qui êtes parfois d’accord et parfois pas d’accord avec les propos qu’on retrouve sur nos plateformes, mais qui continuez de nous lire parce que vous y retrouvez de la chaleur humaine, de l’ouverture, de l’empathie.

Y’a un écran qui nous sépare, mais on vous feel.

Parce qu’on partage votre colère.

Parce que comme plusieurs d’entre vous, on est déçus.

Parce qu’on a l’impression de vous laisser tomber, malgré nous.

Parce que ce nouveau « collègue », on l’a reçu comme un coup de pied dans le ventre.

Les journalistes parmi nous qui ont la mission de publier de l’information exacte et rigoureuse ont fulminé. Certains collaborateurs qui ont déjà subi les conséquences de propos haineux se sont sentis trahis. Des collaboratrices, qui utilisent l’espace qu’on leur offre pour présenter des points de vue qui nous font progresser, ont l’impression de s’être soudainement trompées d’adresse. Des chroniqueur.euse.s ponctuel.le.s qui nous ont fait confiance l’ont troquée pour un énorme WTF.

Et toute la semaine, c’est aux personnes les plus vulnérables qu’on a pensé. Celles et ceux qui encaissent le fiel des polémistes à longueur de journée et qui n’avaient certainement pas besoin qu’on en rajoute une couche.

Cette « expérience médiatico-sociale » nous laisse un goût amer.

On a eu un p’tit frisson en lisant Mathieu Charlebois, même si on voulait lui crier qu’on pense pas mal comme lui (moins le « Fuck off, URBANIA », qui jette le bébé avec l’eau du bain). On a applaudi silencieusement les mots d’Isabelle Hachey sur la tolérance et ses limites.

Ce sont par ailleurs les mêmes arguments qu’on a exprimés quand on nous a annoncé que cette «main tendue» allait se concrétiser. 

On avance en se disant qu’on dispose toujours de la liberté, 99,9% du temps, de publier ce qu’on juge pertinent, notamment le texte que vous lisez en ce moment. Et que les récits d’histoires touchantes et émouvantes continuent de trouver leur place dans cet espace, qu’on essaye de garder le plus safe possible.

On n’est certainement pas des saints et parfois on se trompe. Mais ce qui nous anime, c’est donner une voix à des gens qu’on entend moins, qui nous donnent une perspective éclairante, qui nous font progresser comme humains. Ce qui nous motive, c’est raconter des histoires qui rapprochent les gens, qui nous font renouer avec l’espoir, la bienveillance, la compassion. Et qui nous donnent le goût de sourire plutôt que de pitcher notre téléphone au bout de nos bras.

On accueille à bras ouverts les points de vue de tous les horizons. On aime ça confronter des idées, brasser les choses, choquer, se péter la gueule et faire des articles avec des gifs de chats. Ça fait partie de notre travail. La vision de notre média, « rendre l’ordinaire extraordinaire », on y adhère avec enthousiasme depuis le début. Faire preuve d’audace, comme notre patron l’a fait si souvent et le fera encore, on respecte ça.

Mais pas au prix de la désinformation. Et surtout pas sur le dos de personnes qui pourraient en souffrir par la bande.

+++

De l’équipe URBANIA :

Barbara-Judith Caron

Jean-Pierre Bastien

Philippe Côté-Giguère

Audrey PM

Hugo Bastien

Jasmine Legendre

Alexandre Perras

Xavier Havitov

Gabriel Lajournade

Catherine J. Lalonde

Arianne Laurier Montpetit

Gabrielle Julien 

Lucie Fournaison

De notre équipe de collaborateur.trice.s

Rose-Aimée Automne T. Morin

Pierre-Luc Racine

Pier-Luc Ouellet

Zacharie Routhier

Billy Eff

Julie Lemay

Mélanie Leblanc

Michelle Paquet

James Lynch

Simon ST

Maude Carmel

Alexandre Demers

Mali Navia

Brigitte Hébert-Carle

Claire-Marine Beha

Guillaume Mansour

Laïma A. Gérald

Marc Etienne Mongrain

Léa Martin

Olivier Bruel

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Lettre à Francine Pelletier : les femmes trans méritent le même respect – et la même rigueur journalistique – que les autres

Réponse à la chronique de Francine Pelletier du 11 décembre dernier dans le Devoir.

Dans le même esprit