Le con de la semaine

Nous sommes entourés d’imbéciles, d’ignares, d’iconoclastes, de… Retenez-moi, sinon je vais écrire des gros mots et il y a mes enfants qui me lisent…

Et je ne veux même pas parler de ces dangereux conservateurs qui, depuis qu’ils sont majoritaires, mêlent allègrement le bon sens avec le non sens en encourageant les armes à feu, en rouvrant les questions de peine de mort et d’avortement, en censurant sur le champ les web séries qui ne leur plaisent pas, en permettant une intrusion sans mandat dans votre vie numérique, en encourageant le suicide par pendaison dans les prisons, en faisant la promotion de l’énergie fossile la plus polluante depuis la découverte du pet de vache par Nathalie Normandeau, en coupant les vivres aux forces vives de l’art et de la culture, et j’en passe des plus déprimantes aux plus révoltantes.

Non, le con dont je veux vous parler habite près de chez vous. C’est le king de la connerie, un champion du monde de la stupidité, un virtuose hors catégories de l’imbécillité.

Ce cons-là, c’est le plus dangereux de tous parce qu’il a l’air inoffensif.

Le dernier en date vient de Sorel-Tracy.

Attention, il ne s’agit pas d’une guerre entre le Plateau Mont-Royal et le reste du monde. Ça tombe que le type dont je vais vous entretenir et qui a eu son heure de gloire hier sur toutes les lignes ouvertes et dans tous les réseaux sociaux de la province vient de Sorel-Tracy. Notez que je connais même quelqu’un qui habite là (amitiés Marie-Josée) et que j’y suis même allé à une épluchette de blé d’Inde. Mieux que ça, Sorel-Tracy est la ville de la semaine dans Urbania. Comme quoi, nous n’avons vraiment, mais vraiment rien contre cette municipalité.

Hier, nous avons appris avec stupéfaction qu’un professeur de musique d’une école primaire de Sorel-Tracy que nous ne nommerons pas pour ne pas faire ombrage à l’école Saint-Gabriel-Lalemant, un prof, donc, avait décidé de censurer L’Hymne à l’amour d’Édith Piaf. Mais il pensait peut-être que c’était de Gerry Boulet.

Ce professeur qui ne voulait pas enseigner le sens des mots à ses élèves a décrété que le mot «Dieu» qui se trouve à la fin de la célèbre chanson était «inapproprié». Rappelez-vous des paroles : «Dieu réunit ceux qui s’aiment». Hé ben le bonhomme ne voulait pas que ses élèves entonnent ces mots choquants lors du spectacle de fin d’année. Exit donc la réunion de ceux qui s’aiment par une force plus grande qu’eux.

Heureux les simples d’esprit aurait justement dit Dieu si on ne l’avait pas éjecté aussi cavalièrement.

C’est une décision stupide et un geste indécent. Mais pas autant que la Commission scolaire de Sorel-Tracy qui les justifie ni la direction de l’école qui les défend.

Sorel-Tracy est donc la ville de la semaine. Et son professeur qui vandalise une des plus belles œuvres de la chanson française est le con du jour.

Les choses sont bien faites tout de même…

Du même auteur