L’actualité de la semaine en 5 événements marquants

Vous avez pas vu la semaine passer ? URBANIA, oui.

Chaque semaine, URBANIA se donne le mandat de vous faire un tour d’horizon de ce qui a retenu notre attention.

1 – Départ d’Anthony Scaramucci, ex-directeur des communications de Donald Trump

Juste avec son surnom, «The Mooch», on aurait dû se douter que ça allait mal se passer. Personne ne se fait surnommer «The Mooch» et est en même temps un adepte du bénévolat et de la philosophie. Personne.

En poste depuis même pas 24h, le nouveau «porte-parole officiel de la Maison-Blanche» s’est ridiculisé dans une discussion avec un journaliste qui s’est retrouvée, évidemment, dans les médias. Menace de mort, langage ordurier, attaques vulgaires sur des collègues; tout y est passé. Le genre de propos que Mike Ward aurait trouvé un peu heavy, tsé. Et visiblement, Donald Trump n’aime pas avoir quelqu’un d’encore plus épais que lui à ses cotés. Quelques jours plus tard, il était congédié. Mais il nous aura quand même laissé quelques leçons de vie importantes. URBANIA a d’ailleurs sorti le guide sur «Comment perdre sa job rapidement en 10 étapes faciles.» So long, The Mooch!

2 – Séparation de Marilou et Alexandre Champagne

«On passe de 3X par jour à une fin de semaine sur deux.» – Marie-Lyne Joncas 

Coup de tonnerre au parfum de safran et lavande dans le showbizz québécois: le couple derrière le succès 3 fois par jour n’est plus. On les a vu grandir, on les a vu s’aimer, on les a vu devenir parents, on les a vu capoter devant une soupe froide aux betteraves et poivre rose… et maintenant on va les voir séparés. Comme quoi l’amour, aussi parfait peut-il avoir l’air sur Instagram, n’est pas toujours aussi beau qu’une nappe blanche placée nonchalamment sur une table en chêne.

N’empêche que le couple possède un véritable empire avec la marque 3 fois par jour et il sera intéressant de voir comment tout ça évoluera. En attendant, va peut-être falloir trouver quelqu’un d’autre pour venir photographier les assiettes de lasagnes-végé aux aubergines.

3 – Des sièges d’autobus confondus pour des burqas

L’histoire est magique: un journaliste a publié dans un groupe d’anti-immigrés norvégien une photo de bancs d’autobus vides et les extrémistes un peu brainwashés ont vu des femmes en burqas et se sont déchaînés en commentaires racistes et haineux. Mais ce qu’ils insultaient n’était, en fait, que des bancs d’autobus vides qui pourraient s’apparenter à ceux de la STM, d’ailleurs. C’est un ti-peu gênant, quand même. L’histoire montre, entre autres, l’étroitesse d’esprit que la plupart des membres de ces types de groupes possèdent et le peu d’esprit critique de certains usagers des réseaux sociaux.

4 – Le Stade Olympique accueille des réfugiés haïtiens 

Cette semaine, les autorités canadiennes ont installé des dizaines de lits de camp dans le Stade pour accueillir des familles de réfugiés, majoritairement haïtiens, en attendant qu’on leur trouve un endroit plus adéquat où, justement, se réfugier. C’est encore Trump qui est dans l’portrait… Suite au tremblement de terre de 2010 en Haïti, certains réfugiés avaient reçu un statut de protection temporaire qui leur permettait de vivre et de travailler légalement aux États-Unis. Sept ans plus tard, monsieur le nouveau Président pense à leur retirer ce statut particulier. Situation d’urgence, exige une solution d’urgence et tant qu’à remplir le stade avec des salons de la mariée ou des expositions de machines agricoles, pourquoi pas utiliser pour aider des gens qui en ont vraiment besoin!

5 – Le Prince Philip prend sa retraite

Et oui, le mari de la Reine Élizabeth II prend sa retraite à 96 ans. Ça fait beaucoup d’années à porter des chapeaux-melons pareil. Mais il prend sa retraite de quoi au juste? Sa retraite de Prince, man. Fini les soupers-bénéfices et les apparitions publiques lors d’une commémoration militaire quelconque, le gars peut maintenant passer ses journées à Netflix and chill. Il a quand même mené une vie plus wild qu’on pense. En 96 ans, t’as le temps d’en vivre, des affaires. Par exemple, à cause d’un coup d’état lorsqu’il était bébé, le Prince a déjà du être évacué d’urgence du Royaume-Uni dans une caisse d’oranges et a passé du temps sur un bateau entouré d’agrumes! Pas plate, comme anecdote de feu d’camp, mettons.

N’empêche qu’au Québec, contrairement au reste du Canada, on ne sent pas vraiment l’influence que peut exercer la Reine d’Angleterre. La nouvelle aura eu le mérite de nous rappeler collectivement à quel point la monarchie britannique qui nous «gouverne», garde toujours un aura de mystère… À part dépenser notre argent quand ils viennent visiter des affaires full canadiennes à tous les trois ans, ils font quoi pour nous?

Pour lire un autre texte d’Antoine Desjardins: «Complète la phrase avec Katherine Levac, humoriste de velours».

Je pense donc je sue.

Du même auteur