La ville de la semaine : Trois-Pistoles

Après avoir passé les 18 dernières années un peu partout en Amérique et les 10 dernières à Montréal avec mon groupe de musique, je suis revenu en juin dans mon patelin par écoeurantite aigu du trafic, de l’odeur du monoxyde de carbone, du bruit incessant et de la chaleur du béton, sans compter le stress de tout.  L’appel du fleuve a été plus fort que tout le reste et je suis maintenant de retour dans ma ville natale de Trois-Pistoles.

1. Une ville ou un village?
Ne vous détrompez pas, les Pistolois appellent toujours leur chez-eux « une ville » même si elle ne l’est plus théoriquement, souvenir du bon vieux temps où Trois-Pistoles avait 10 000 habitants au tout début du 20e siècle.  La population dépasse maintenant à peine les 3000 citoyens (5000 pour être une ville), mais depuis quelques années, il y a une lumière au bout du pont de la rivière Trois-Pistoles, les jeunes reviennent.  Comme le vieil adage dit si bien : « On peut sortir un gars de Trois-Pistoles, mais pas Trois-Pistoles du gars ! »

2. Ceci n’est pas une cathédrale
Vous ne connaissez pas Trois-Pistoles, n’y avez jamais mis les pieds, mais vous connaissez sûrement l’image la plus connue de la ville, la gigantesque église. Un architecture unique, qui fait d’elle une des plus belles du Québec. Fier emblème d’une autre époque, elle avait été construite pour devenir la cathédrale du coin mais nous avons perdu notre pari au détriment de celle de Rimouski. Visible de tous points de la ville, point de repère pour tous, attraction touristique à ne pas manquer, vous la connaissez non pas parce que vous y êtes venu, mais parce qu’elle est l’étiquette connue de la fameuse bière forte d’Unibroue, la Trois-Pistoles.

3. Le yâbe est dans la place
Comme toute localité qui se respecte, Trois-Pistoles a son lot de contes et de légendes. Que l’on parle de l’origine du nom de la ville (un gobelet d’argent qui avait une valeur de 3 pistoles, la monnaie du temps) ou de la fameuse légende du diable transformé en cheval noir pour  nuire à l’érection de l’église (c’est cette légende qui est représentée sur la bière Trois-Pistoles), en passant par le fameux trésor caché sur la montagne par un quêteux et qui devrait se dévoiler à nous un 26 août, la ville regorge de mystères. En passant, je vous mets au défi de vous rendre un 26 août à minuit au lieu indiqué pour trouver le trésor du quêteux. Année après année des gens s’y rendent, mais se perdent dans un boisé de quelques centaines de pieds carrés, se font prendre par l’orage du siècle ou par quelque chose d’autre qui les empêche de venir à leur fin. Aussi étrange que cela ne puisse paraître, personne n’a encore réussi à passer la nuit du 26 août à l’endroit indiqué sans rebrousser chemin. Des légendes comme ça, il y en a encore bien d’autres.

4. Le jeu de la langue
Un des facteurs qui fait la vitalité de la place est sans contredit l’arrivée chaque printemps de centaines d’étudiants, en majorité des étudiantEs, principalement anglophones et d’Ontario, qui viennent apprendre la langue de Molière chez nous. On les attend avec impatience lorsque le printemps se veut trop long.  Plus vieille école de langue seconde en Amérique, l’école de langue française de Trois-Pistoles a permis, depuis plus de 80 ans, de dynamiser la ville, d’offrir une qualité d’événements culturels sans précédent  et de faire sentir un quasi « nightlife » lors des chaudes journées d’été.  J’oubliais… on ne compte plus les couples anglo/franco qui se sont formés à Trois-Pistoles et oui, quelques uns sont toujours bien solides!

5. Les irréductibles Pistolois
Une autre force de la région est le dynamisme des jeunes et leur désir de prendre leur destin et celui du coin en main. Les irréductibles Pistolois, c’est nous! En 2002, un projet de barrage était en voie de se réaliser lorsque quelques jeunes et moins jeunes de la région, dont Mikaël Rioux et votre humble serviteur entre autres, ont décidé de mettre un stop à cette aberration. Pour montrer qu’ils avaient une vision et étaient prêt à mettre leurs idées à exécution, cette gang d’allumés ont mis sur pied le premier festival environnemental au Québec, Échofête.  2012 sonnera le 10e anniversaire du festival.

6. Pfff, j’te crois pas! Ben j’te l’dis!
Saviez-vous que mentir pouvait être payant?  Certains ici l’ont appris rapidement avec le concours de la plus grande menterie qui se déroule à chaque année lors du Rendez-vous des Grandes Gueules, en octobre, et qui permet aux plus honnêtes d’entre nous d’utiliser leur imagination pour « enfirouaper » le public et ainsi courir la chance de gagner ce concours.

7. Une communauté de culture
Oui le culturel est fort ici. Les arts visuels, le conte, la musique et aussi le théâtre. Vous allez sûrement le croiser, pipe en bouche, la barbe fournie et le béret en angle, Victor-Lévy Beaulieu a fait de Trois-Pistoles un lieu propice aux mots et aux jeux d’acteurs. Sans vouloir jouer avec les mots, c’est l’Héritage qu’il a transmis un peu à tous, la pipe et le « ostie tosté des deux bords » en moins. On vient de loin pour voir une pièce au Caveau à patates transformé en théâtre. Cette passion culturelle se fait sentir un peu partout dans le coin. Expositions, spectacles, pièces de théâtre, soirée d’improvisation, groupe de percussions, les événements culturels et artistiques se succèdent. C’est notre force, notre identité et ce qui nous tient en vie. Encore ici, c’est les jeunes qui reprennent tout ça en main aidé par les expérimentés de la place. Qui est-ce qui a dit que les jeunes n’avaient pas l’esprit entrepreneur et que les générations différentes ne pouvaient coexister?

8. Un fromage vedette

Vous voulez manger à Trois-Pistoles? Plusieurs très bons restos arriveront à vous satisfaire, mais il y en a un endroit incontournable qui se jase jusque sur l’île de Montréal. La fromagerie des Basques, est l’arrêt de tous ceux et celles qui se rendent vers l’est (ou vers l’ouest, c’est selon). Le fromage en crotte qui fait Kwick-Kwick est probablement l’un des plus connus du Québec et agrémente la poutine comme le fait une jolie jupe à une charmante dame. C’est maintenant des dizaines de fromages qu’ils fabriquent quotidiennement et qui font le bonheur des Pistolois comme des touristes.

9. Lève ton cul et bouge!
Faut bien manger et profiter des bons repas, mais il faut aussi bouger! Tous les sports conventionnels sont évidemment praticables, du Kayak de mer avec la Coop de Kayak au vélo sur la route verte ou en montagne, à la nage dans la rivière Trois-Pistoles jusqu’à l’escalade sur mur tout récemment instauré par l’organisme Endorphiiine. C’est justement derrière un mur rouge d’une dizaine de mètres de haut que s’est installé l’organisme. Ce mur appelé fronton, vous n’en retrouverez nul par ailleurs en Amérique, car c’est à Trois-Pistoles que l’on retrouve le seul terrain de pelote basque.  Un célèbre tournoi international s’y déroule d’ailleurs chaque été.  Été comme hiver, on ne cherche pas qu’est-ce qu’on pourrait faire. Ici, on le fait tout simplement.

10. Le fleuve, vous avez dit le fleuve?

Cliché? Classique? Il faut avoir passé un moment ici pour comprendre que lorsque j’étais à Montréal, ce qui me manquait le plus c’était bien le fleuve. Qui peut se vanter de lever les yeux et de pouvoir voir à plusieurs dizaines de kilomètres de distances? De pouvoir faire 10 minutes de vélos pour se retrouver les pieds dans le sable et avoir l’air salin emplir les poumons pour décrasser nos corps intoxiqués à la vie du 21e siècle? On dit que les cours d’eau aident à calmer l’esprit. Et bien les gens riverains sont des gens calmes et éveillés et c’est en grande partie à cause du fleuve. Lorsqu’on quitte le patelin, on emporte un petit bout de fleuve avec nous pour les jours où on en aurait besoin. Si une entreprise arrivait à trouver un moyen pour vendre des bouts de fleuves aux citadins, elle le ferait. Mais je vous garantis qu’elle trouvera les irréductibles Pistolois sur son chemin!

NDLR: Urbania mettant Trois-Pistoles à l’honneur cette semaine, nous offrons 10% de réduction sur les abonnements à tout résident de la ville! Écrire à annie@urbania.ca.

Trois-Pistoles en images

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up