La ville de la semaine : Guadalajara

On me propose d’écrire quelque chose sur ma ville d’adoption, Guadalajara… j’hésite, je trouve ça vraiment gênant, premièrement parce que je ne prétends pas du tout connaître à fond cette belle ville et surtout parce que, je ne sais pas trop comment jouer avec les mots pour en former des phrases inspirantes et dignes de votre intérêt!

J’accepte quand même l’invitation en me disant que j’allais profiter de l’occasion pour partager avec vous quelques-unes de mes pensées sur cette ville qui m’a si bien accueillie il y a déjà 10 ans. On peut dire que je lui suis reconnaissante. Je vais à peine effleurer quelques aspects, souvent plutôt anodins j’ose dire, de Guadalajara, mais j’espère piquer votre curiosité et peut-être même vous donner envie d’en connaître davantage. C’est comme un mini hommage sans prétention! Deal?

Aussi, j’aimerais souligner que je suivrai un conseil que mon père m’a généreusement donné afin de passer mon examen de français pour entrer à l’université. Son conseil étant le suivant : faire des phrases courtes et ne pas oublier : introduction, développement, conclusion.

Mon introduction étant faite, j’y vais de mon développement. On entend souvent dire que Guadalajara (ZMG*) est la ville la plus “mexicaine” du Mexique… Entre autres parce que c’est la capitale de l’état de Jalisco d’où sont originaires la Tequila et les mariachis. Elle est la deuxième ville en importance au Mexique. Beaucoup de monde… genre 6 millions répartis dans 6 municipalités tellement toutes collées les unes sur les autres qu’on ne se rend même pas compte lorsqu’on change de ville. Moi, j’habite en fait Zapopan, qui signifie en langue aztèque “endroit de zapotes” (arbre fruitier du Mexique et d’Amérique centrale).

En parlant d’arbres, il y en a beaucoup à Guadalajara.

Les grandes avenues et les plus petites rues en sont remplies et très (trop) souvent leurs racines en arrivent à détruire les trottoirs.  Ce qui fait que ce n’est pas toujours évident se balader avec une poussette de bébé! Certains de ces arbres fleurissent tout en couleur et c’est vraiment beau! Mes préférés sont les arbres de tabachin de couleur orange foncé. Il y a aussi les Jacarandas, couleur lilas. Il y a un très grand parc plus ou moins au centre de la ville (le “Central Park” de Guadalajara) qui s’appelle Los Colomos et où les gens vont faire leur jogging. Il y a un circuit de 5 km vraiment bien avec des sculptures en béton tout le long du parcours. Il y en a même une du sculpteur québécois Pierre Tessier! Elles ont été créées lors d’un symposium international en 1995 (+/-).

Tous ces arbres font quand même beaucoup de dégâts, mais les gens ont la bonne habitude de presque quotidiennement balayer les trottoirs pour ramasser les feuilles mortes. Dans les secteurs résidentiels, les rues sont en général très propres et bien entretenues et ce n’est pas grâce à la bonne administration de la ville, mais plutôt grâce à ses citoyens consciencieux.

J’ai encore beaucoup de plaisir à découvrir la ville à chaque balade en voiture.  On dirait qu’il y a toujours quelque chose de nouveau! J’avoue avoir rarement utilisé le transport en commun… Pour plusieurs raisons et la première étant que j’habite un quartier un peu en dehors de la ville alors je dois forcément utiliser la voiture pour sortir.  Aussi, même si le métro est vraiment recommandable, le service d’autobus lui, laisse franchement à désirer. Ok, on s’entend que ça coûte pas cher… parce que ça vaut pas cher.

Plusieurs compagnies privées se partagent les différents trajets à travers la ville et plus tu embarques de gens, plus tu fais d’argent! Alors, imaginez la vitesse et les dépassements de fou que font parfois les chauffeurs. Et ce sont plus souvent qu’autrement les usagers qui en subissent les conséquences. C’est triste, mais c’est régulier d’entendre aux nouvelles parler d’accident et de décès causés par les autobus. Alors voilà, petite note négative dans mon ode à ma ville d’adoption, je prends pas souvent le bus, disons… Ils ont installé plusieurs stations de location de bicyclettes, mais les pistes cyclables sont insuffisantes et surtout il manque encore beaucoup d’éducation routière.

Il faut parfois manger aussi et Guadalajara est remplie de restos chics, sympa, fashion, ou plus ou moins nice. Et bien sûr, tout plein d’endroits sur la rue où manger des tacos.

Les meilleurs tacos sont selon moi ceux de Tacorte. Surtout à cause des petites sauces délicieuses et des tortillas fraîchement faites. Mes deux frères seraient d’accord avec moi! Providencia ou la Colonia Americana sont les deux quartiers où je vais le plus régulièrement déjeuner ou manger en soirée en famille ou entre amis. La bouffe mexicaine est remplie de saveur, de couleur et à mon avis délicieuse! Mais, il faut alors retourner au parc Colomos faire un peu de jogging pour ne pas faire partie des statistiques qui indiquent que presque 30 % des Mexicains souffrent d’embonpoint.

En se baladant dans les rues, on peut souvent admirer des graffitis ou plutôt de véritables œuvres d’art urbaines.

C’est sans aucun doute une ville très colorée. Pas mal de maisons sont repeintes à chaque 3 ans plus ou moins donc les gens s’amusent souvent avec la couleur sur les murs extérieurs. Ce n’est pas la ville de Guanajuato mais bon…certaines rues sont pas mal du tout! Un des architectes mexicains les plus reconnus internationalement, Luis Barragan est né à Guadalajara.

Il a joué avec les couleurs, la lumière naturelle et les formes géométriques simples dans plusieurs de ses projets. L’architecture est vraiment variée. Le centre historique est de type colonial, mais il y a aussi des constructions de type baroque, néo-classique, art nouveau, etc. une des nouvelles parties de la ville située autour du centre commercial Andares est remplie d’édifices plus hauts les uns que les autres.

Il y a un nouveau stade de soccer vraiment beau en périphérie de la ville. La nouvelle bibliothèque de l’État est assez impressionnante aussi.

Il n’y a pas vraiment de communauté canadienne à Guadalajara. J’ai eu la chance de rencontrer une seule Québécoise jusqu’à présent et c’est parce que j’ai eu besoin de ses services pour la traduction d’un document officiel. Il y a beaucoup de Français par contre et des Italiens aussi!

Petite touche culturelle, il y a une foire du livre annuelle à la fin-novembre qui vaut vraiment le détour. C’est une des plus grandes d’Ibéro-Amérique. Aussi, le Festival international de Cinéma de Guadalajara au début mars est le plus important d’Amérique latine.

Les deux évènements sont organisés et administrés par la UdG (Université de Guadalajara), qui est la plus importante institution académique publique de l’état de Jalisco. Il y a une sculpture de Sebastian qui s’appelle Arcos del Milenio, mais qui n’a malheureusement jamais été terminée faute de manque de fonds. C’est plate parce que moi je la trouve intéressante. Je pense qu’il manque les plus grands des morceaux en forme d’arche. En tout cas, c’est jaune et c’est très gros!

Les gens sont très gentils en général. C’est une très grande ville alors tu n’as quand même pas l’impression de petit village, mais, les gens normalement se préoccupent de leurs voisins, de leur famille et de leurs amis. On sent une solidarité et aussi une certaine entraide naturelle entre les gens.  Comme étrangère, j’ai été très bien reçue. Lorsque je dis que je suis canadienne-française, les gens souvent ne comprennent pas comment j’ai pu vouloir quitter le Canada pour venir vivre au Mexique.  J’ai quitté Montréal parce que j’étais amoureuse et non parce que j’étais malheureuse…

Je suis toujours amoureuse et plus heureuse que jamais!

Je ne pense pas qu’il existe un endroit parfait au monde, chaque pays à ses propres richesses et malheureusement ses défauts. À nous de nous assurer d’y trouver notre bonheur! Voilà ma réponse… j’ai encore mon passeport canadien et maintenant ma résidence permanente au Mexique. J’ai une fille qui a les yeux et les cheveux pâles, adore les taquitos, le guacamole (mes sœurs sont pas mal fières d’elle) et le sirop d’érable! Elle est le parfait mélange de deux cultures heureuses de partager ce qu’ils ont de meilleur.

En conclusion, Guadalajara est une ville accueillante, remplie de couleurs et de gens intéressants, culturellement active et en pleine expansion.  J’ai déjà hâte de voir dans 10 ans à quoi elle ressemblera. Et j’espère, du fond de mon cœur, que quelques-uns d’entre vous auront un jour le bonheur de la visiter!

Ah aussi, je pense que je m’ennuie de ma famille… que je salue tendrement si jamais ils prennent le temps de me lire!

*ZMG: Zone métropolitaine de Guadalajara qui comprend 6 municipalités centrales: Guadalajara, Zapopan, San Pedro Tlaquepaque, Tonalá, Tlajomulco de Zúñiga et Salto.

Du même auteur