La supposée fin des idéologies

Il paraît que faire l’austérité c’est faire de la bonne gestion. Ah bon. Je l’ignorais.

Ces temps-ci, j’exerce une fascination sans limites pour la page Facebook d’Éric Duhaime, cet animateur/chroniqueur libertarien anti-gouvernement, anti-syndicats, anti-État bref, très bien assis dans le rétroviseur droit de l’échiquier politique. Étant un pur communo-socialo-syndico-voleur-d’impôts-des-contribuables-québécois (c’est-à-dire un étudiant qui roule à vélo), je suis généralement pas mal à l’opposé de lui. C’est ben correct, c’est la démocratie, on n’est pas d’accord alors on débat pis toute pis toute.

Mais là, en stalkant sa page, je suis tombé sur une phrase, dans un de ses statuts, qui m’a titillé la matière grise. Voici un screenshot du statut en question, accompagné d’un gros trait rouge qui dissimule très mal mes talents avec Photoshop.

Nonobstant le désopilant concept de « riche lobby de la minorité gauchiste ultra-bruyante », je me suis attardé à ces fameuses manifs idéologiques bidons (!!!). Qu’entend-il lorsqu’il qualifie d’idéologiques ces manifestations?

Ah ben, ouvrons le dictionnaire, question de définir qu’idéologie signifie un ensemble plus ou moins systématisé de croyances, d’idées et de doctrines. Intéressant. Selon Duhaime, manifester contre le programme politique du gouvernement Couillard, ça signifie être contre les idées et la doctrine du gouvernement en place.

Ben oui. Tout à fait. Ça s’appelle être contre le néolibéralisme, pis c’est généralement défendu par des gens idéologiquement proches de la sociale démocratie.

J’ai toutefois un sourcil qui fronce puisque Duhaime, quand il traite d’idéologiques tous ceux qui sont allés exprimer leur désaccord de façon super démocratique en manifestant, il le fait en attaquant les manifestants. Comme si le mot « idéologique » était vilain en soi. Comme si l’idéologie était le petit frère de l’égoïsme et de l’obscurantisme.

En pointant du doigt ses adversaires pour les traiter d’idéologues, Duhaime semble doucement indiquer que lui, contrairement à ces poilu(e)s cyclistes radio-canadiens voleurs d’impôts, n’a pas d’idéologie. Il est au-dessus de ça, lui, les idées politiques qui embrouillent l’esprit et camouflent les vraies affaires. Comme si les idéologies, c’était une méchante paire d’oeillères, et que certains illuminés auraient la présence d’esprit de ne pas en avoir.

Et ce sont quoi les vraies affaires, admettons? L’économie, évidemment! Quoi de plus VRAI que l’économie, que le roulement incessant de la croissance et du PIB, que les colonnes de chiffres montrées au bulletin de nouvelles de 18h et fraîchement décortiquées par des analystes experts en économie? Les chiffres, ça ne ment pas! Les chiffres, ça ne peut pas être idéologique, voyons, ce sont des preuves!

L’économie va bien? Diminuons les impôts aux particuliers et aux entreprises! L’économie va mal? Eh merde, diminuons l’offre de programmes sociaux! Ce n’est pas idéologique, franchement, ce sont les chiffres qui le disent. Ce n’est que de la bonne gestion, on ne fait que bien gérer les colonnes « revenus » et « dépenses » pour que l’équilibre tienne. C’est pas idéologique, ça s’enseigne aux HEC! L’économie, ça marche de même! Le Québec est dans le rouge, le compteur de la dette du Québec gentiment fourni par l’IEDM ne fait que grossir, alors il faut l’arrêter au plus vite!

Ça, ce sont les vraies affaires : le contribuable québécois ordinaire paie beaucoup d’impôt, son État est endetté jusque dans la merde, alors on n’a pas le temps d’aller manifester dans la rue pour un média public ou pour des services sociaux offerts aux plus démunis de notre société ou pour demander d’autres ressources naturelles que de l’or noir polluant et épuisable. Nenon, travaillez! Le travailleur québécois, lui, il TRAVAILLE! Il n’est pas IDÉOLOGIQUE!

Ah ben désolé les amis, mais demander une réduction de le la taille de l’État et une tarification des services publics, c’est très très idéologique. Ça s’inscrit dans le courant économique néolibéral super populaire à travers le monde par les temps qui courent. Je suis contre ces valeurs, je crois profondément qu’elles font accroître les inégalités entre les pauvres et les riches et qu’elles demandent des énergies pétrolières qui salissent et dégradent l’environnement. Certains sont d’accord, d’autres non. Pis c’est bien correct.

Mais la prochaine fois que vous pointez quelqu’un du doigt pour lui faire accroire que c’est un méchant idéologue qui n’a rien compris, rappelez-vous que dans le mot idéologique, il y a le mot idée, et que, par le fait même, n’importe qui ayant des idées se retrouve immanquablement à être idéologique. Même les personnalités publiques de droite. Tout est politique, disait probablement le sage.

Illustration : cette très jolie image de Cartoon Movement. 

Du même auteur