La salle Wilfrid-Pelletier : le haut lieu de l’humour ?

Après le Théâtre St-Denis, la salle de la Place des Arts est en voie de devenir un temple de l'humour québécois.

URBANIA et Juste pour rire s’unissent pour vous faire découvrir une salle ou les rires résonnent longtemps. 

L’humour, plus que bien des moyens d’expression artistiques, est une question de contexte. Par exemple, si vous allez voir le dernier blockbuster dans votre petit cinéma de quartier ou dans un gros complexe, l’expérience risque d’être somme toute semblable. 

Mais si vous voyez le même spectacle d’humour dans un petit bar ou dans un amphithéâtre, vous allez vivre deux expériences complètement différentes. Dans une petite salle, vous vivez une expérience plus intime, alors que dans les énormes salles, vous vivez un moment en groupe. Et l’effet n’est pas le même, ni pour le public ni pour les humoristes.

À Montréal, pour les humoristes, il n’y a pas plus énorme comme salle que Wilfrid-Pelletier. En fait, c’est la plus grosse salle multifonctionnelle au Canada, avec tout près de 3000 places. 

Mais est-elle considérée comme un temple de l’humour au Québec?

Une salle historique

Inaugurée en 1963, la Salle Wilfrid-Pelletier (qu’on appelait à l’époque assez justement la Grande Salle) apparaît à Montréal en pleine période d’effervescence. C’est la Révolution tranquille, l’Expo 67 se prépare, bref, c’est la période dont les baby-boomers parlent avec nostalgie. 

D’ailleurs, ça ne prend pas de temps avant que la salle s’inscrive dans les mémoires. 

En janvier 1969, le mythique Osstidcho, qui mettait en vedette Mouffe, Robert Charlebois, Louise Forestier et un humoriste de la relève dont vous avez peut-être déjà entendu parler, Yvon Deschamps, présente sa dernière représentation à la salle Wilfrid-Pelletier. 

D’ailleurs, Yvon Deschamps est étroitement associé à la Place des Arts, assez pour qu’on ait donné son nom à un bar à vin au sein du complexe, la Place Deschamps. 

 

Juste pour rire et la salle Wilfrid-Pelletier

Par contre, c’est certain que si on parle humour et Wilfrid-Pelletier, on pense immédiatement à Juste pour rire et ses galas. J’en ai d’ailleurs parlé avec Jonathan Racine, Directeur TV chez Juste pour rire. 

Ma première surprise, c’est que l’union entre Juste pour rire et Wilfrid-Pelletier est récente: JPR n’y présente ses galas que depuis 2011. 

Mais c’est que l’union s’est faite naturellement: «Comme le Saint-Denis a longtemps été synonyme de Juste pour rire, aujourd’hui c’est Wilfrid-Pelletier». Bien que le festival présente encore beaucoup d’événements au Théâtre Saint-Denis, il semble que Juste pour rire ait décidé de s’approprier les meilleures salles du centre-ville, question que les rires résonnent de St-Denis à Bleury!

Une salle difficile? Ça dépend de l’expérience

En effet, la notoriété et la qualité de la salle y sont pour beaucoup dans la décision de présenter des spectacles d’humour de grande envergure:

« Pour moi, Wilfrid-Pelletier ça représentait le plus gros, le plus big qu’on pouvait atteindre », raconte Jonathan Racine.

En effet, c’est une bonne question. À l’ère où tout le monde peut trouver un humoriste qui semble écrire pour soi spécifiquement, qui parle de sujets hyper-précis, peut-être que les immenses galas grand public sont moins en phase avec notre présent. 

Il y a aussi le fait que c’est une salle qui demande une excellente maîtrise de son public, selon plusieurs humoristes: « Les humoristes trouvent que Wilfrid-Pelletier est une salle difficile à affronter. C’est une mer de monde, et eux, leur art repose sur le rythme. Le retour de la vague du public est tellement plus gros avec Wilfrid-Pelletier qu’elle enlève une habitude qu’ils ont avec des salles plus petites. Ils entendent le rire partir et revenir ».

Des humoristes faits pour les grandes salles

Par contre, ça ne veut pas dire que ces salles sont difficiles pour tout le monde. Certains humoristes brillent dans ce contexte. 

« Pour réussir dans une salle pareille, il faut avoir du métier, avoir une maîtrise de son art qui permet de captiver le public même s’il est loin. »

Quand je demande à M. Racine de me nommer des exemples, les noms qui lui viennent spontanément à l’esprit sont les François Morency et Laurent Paquin de ce monde, ce qui m’étonne un peu. Pour une si grande scène, j’aurais pensé à des humoristes plus physiques, alors que les noms qu’il me donne sont ceux de stand-up très traditionnels. Sauf que leur arme secrète, c’est leur charisme; ils sont capables de rassembler plusieurs personnes sur la même longueur d’ondes, grâce à leur personnalité.

« Pour réussir dans une salle pareille, il faut avoir du métier, avoir une maîtrise de son art qui permet de captiver le public même s’il est loin ».

Un défi que seuls les grands peuvent surmonter.  Et quand ils réussissent, il y a toujours un peu de magie dans l’air. Ou du moins, des éclats de rire.

*********

La salle Wilfrid-Pelletier sera le théâtre idéal des Soirées Carte Blanche du festival Juste pour rire cet été. Des spectacles prometteurs animés par Katherine Levac, Anne-Élisabeth Bossé, Adib Alkhalidey & Julien Lacroix, Phil Laprise et Jay Du Temple. Ces 6 animateurs recevront leurs propres invités chouchous, ce qui promet de nombreuses belles surprises.

Pour en savoir davantage sur la programmation des Soirées et pour acheter vos billets, c’est juste ici!

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up