La responsabilité d’expression : trop rarement défendue

Si Mariloup Wolfe poursuit Gab Roy, c’est qu’elle défend son droit d’exister sans que ce droit soit empiété par quelqu’un qui ne sait pas être responsable avec la liberté d’expression.

(Ce billet est une réplique à celui d’Éric Samson, paru hier.)

Le but de la liberté d’expression n’est pas de dire n’importe quoi n’importe comment. En plus d’être un privilège, la liberté d’expression est une responsabilité. On ne peut pas se permettre de rêver que tout le monde prendra cette responsabilité au sérieux, mais il faut être conscient que quand tu dis des conneries, et que tu sais bien que ce sont des conneries, il y aura des conséquences. Même que ces conséquences font partie de l’échange inévitable qu’occasionne la liberté d’expression.

Alors dis-les, tes conneries. Et si elles sont plus connes que d’habitude, la liberté d’expression me donne également le droit de te dire ouvertement que tes conneries sont inacceptables.

De plus, si tes conneries sont haineuses – et oui, faire allusion au viol, ou au sexe non-consensuel, surtout à mon égard : c’est hyper haineux – la liberté d’expression me donne le droit de te poursuivre pour envoyer un message clair face à la responsabilité et au privilège dont tu as abusé.

Soyons francs : si Gab Roy avait écrit un édito ayant des propos racistes, et que Dany Laferrière avait décidé de suivre les mêmes démarches que Mariloup Wolfe, on n’aurait jamais réagit en disant : « Heille, quel mal est-ce que ce blogue ridicule a fait à Dany Laferrière ? Ça ne change pas sa réputation et ça n’a rien fait à son image! »

Parce qu’en 2014, en Amérique du Nord, les propos racistes ne sont pas juste inacceptables, ils peuvent être illégaux. Ça tombe dans le discours de la haine et ça peut se finir en prison.

Et vous savez pourquoi on inclut le discours de la haine dans le code criminel ? Parce que de façon fondamentale, le racisme juge que certaines personnes sont inférieures à cause de leur ethnie, et ça, c’est une façon plutôt efficace de leur enlever leur humanité. Puisque notre société et son système de justice tentent – avec des résultats variés, certes – de reconnaitre l’égalité de chaque être humain, ce genre de propos est inadmissible.

Ça ne veut pas dire que le racisme n’existe pas en Amérique du Nord de façon systémique, mais de vive voix en tout cas, c’est tabou. Est-ce que quelqu’un qui dit des choses racistes va commettre des actes de génocide ? Pas forcément, mais on n’aime pas prendre cette chance, alors on le punit.

Cependant, on a de la difficulté à voir comment le discours du viol déshumanise ses cibles. Pourtant, après des décennies de recherche, on sait que les violeurs pensent que leurs victimes sont des objets pas dignes de respect ou de consentement. On sait qu’ils essaient d’exercer le contrôle sur quelqu’un qu’ils jugent inférieurs. Cette victime, c’est tout sauf une personne.

Le discours du viol, ce n’est que des mots, même si trop de mentalités périlleuses – la culture du viol, le racisme, l’homophobie – sont alimentées par des mots qu’on a formulés n’importe comment. Mais touche pas à ma liberté d’expression!

Je ne dis pas que Gab Roy est un homme dangereux à cause de son texte, mais le fait qu’il soit tellement à l’aise d’écrire un tel récit, et non moins parce que plusieurs internautes l’ont félicité, me laisse croire que notre société n’est pas si évoluée que ça à l’égard de la femme. Je connais beaucoup d’hommes qui ont de la place pour le consentement dans leurs fantasmes, mêmes les très cochons. Gab Roy et ses fans, eux, non.

Ceci dit, Éric Samson a surement raison : Mariloup Wolfe ne gagnera probablement pas son procès. On risque de ne pas réprimander Gab Roy, parce que même si l’égalité des sexes tombe dans les droits de la personne, on ne considère pas qu’un propos qui fait allusion au viol soit une transgression du principe de cette égalité.

On n’est pas encore rendu là, et c’est triste. Mais surtout, c’est inquiétant.

Twitter: @Olivia_Collette

En guise de réponse à ce billet, j’aimerais simplement souligner que j’ai déjà écrit un billet portant sur l’expression responsable, il y a déjà plus de 7 mois. Bonne lecture. –Éric samson. 

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Passe-Partout  : come on ! #lesparents

Partager ses intérêts, ça ne se fait pas à sens unique.

Dans le même esprit